Illimité n°293 novembre 2019
Illimité n°293 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°293 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (197 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 117 Mo

  • Dans ce numéro : mémoire vive.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Midway sortie le 6 novembre Roland s’en va-t-en guerre Badaboum  : Roland Emmerich, le maître ès blockbusters explosifs, revient avec Midway sur la plus célèbre bataille Japon-USA. Et prouve que « show pyrotechnique » peut rimer avec « regard historique ». « Pas besoin de rajouter du conflit, de dramatiser avec des artifices. » De tous vos films épiques, Midway est le plus soucieux de véracité, si l’on excepte The Patriot… — Il y a plus de réalisme que dans Independence Day, c’est sûr ! C’était très important pour moi de coller de près au vrai déroulement de la bataille de Midway. Parce qu’en soi, les faits se sont enchaînés de manière spectaculaire… Pas besoin de rajouter du conflit, de dramatiser avec des artifices inutiles. On expose simplement comment l’attaque de PearlHarbor a conduit à l’offensive américaine, et puis l’épopée se déploie d’elle-même. L’ennemi japonais est décrit avec autant d’attention que la flotte américaine. Une manière, là aussi, de viser l’exactitude factuelle ? — Disons qu’il y a eu beaucoup d’héroïsme dans chaque camp. Alors oui, j’ai eu envie de dépeindre aussi le courage des Japonais. D’éviter le triomphalisme et les sempiternels « hourras » à la fin… J’ai lu toute la littérature sur cet épisode  : pour les Américains, il s’est achevé par un sentiment de soulagement plus que de fierté nationaliste. Ce réalisme vous sert à prendre le contre-pied du divertissement contemporain, obsédé par les guerres entre peuples imaginaires, entre armées surhumaines ? — J’ai effectivement un problème avec le cinéma hollywoodien  : il n’y en a plus que pour les super-héros et Star Wars, des univers qui proposent de s’échapper complètement du monde réel. Or, je pense qu’on a besoin, ces jours-ci, de faire des films qui disent vraiment quelque chose. Vous savez, j’ai voulu faire Midway il y a vingt ans, mais je n’ai pas réussi à le vendre. C’est une bonne chose, parce que le film est dix fois plus pertinent aujourd’hui ! Il montre des Américains se battant pour la démocratie, mettant leurs vies en danger pour elle. Et regardez ce qu’est devenu l’idéal démocratique… On dirait un autre pays. Je me trompe si je dis que Midway sert à démentir l’étiquette patriotique collée à vos films – là où on s’attendait justement à vous voir vanter plus que jamais la puissance américaine ? — Ce n’est pas complètement faux. En tout cas, je suis fatigué de me traîner cette image-là, parce que je suis tout le contraire  : un gauchiste total, qui a grandi en Allemagne en votant écolo ! À une époque où le parti vert était microscopique, en plus… Donc c’est vrai qu’en m’attaquant à une histoire vraie, avec toute la complexité que cela suppose, je remets les points sur lesi. N’oubliez pas que The Patriot est une histoire de rebelles hostiles à la monarchie. D’ailleurs, j’étais contre ce titre qu’on m’a imposé. Quant à Independence Day, qui est un film fantastique avant tout, je l’ai appelé comme ça parce que l’action a lieu le 4 juillet… et surtout parce qu’il fallait me démarquer de Mars Attacks ! Haha ! Alex Vandevorst Romain Cole



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :