Illimité n°292 octobre 2019
Illimité n°292 octobre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°292 de octobre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (197 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 102 Mo

  • Dans ce numéro : fini de rire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Chambre 212 sortie le 9 octobre Belle de nuit Chiara Mastroianni est la lueur dans la nuit de Chambre 212, huis clos noctambule en chambre d’hôtel qui lui a valu un prix d’interprétation à Cannes. Maria quitte un soir l’appartement conjugal et file dans l’hôtel en face. Elle va passer la nuit à repenser à ses vingt ans de mariage. On vous a rarement vue incarner un personnage si tranchant, si éclatant… — Christophe (Honoré, le réalisateur, NDLR) voulait une femme qui se comporte comme le pire d’un certain archétype masculin, avec tout ce qu’on attribue comme clichés à ce type d’hommes. Maria est multi-conquêtes, consommatrice de partenaires plus jeunes et d’une mauvaise foi telle qu’elle raconte à son mari que son attitude n’a pas d’effet sur leur vie de couple. Jubilatoire à jouer ! L’énergie est différente quand j’arrive pour jouer une fille qui se suicide ou qui pleure parce que son mec l’a larguée. Derrière cet abord léger, le film interroge le temps qui passe, l’usure dans l’amour et sous ses airs de comédie, il n’est pas tendre… — Dans le cinéma de Christophe, il y a une petite musique de joie mais le fond est remuant, le sous-texte est noir. Mais j’ai adoré cette légèreté de surface. Sur le plateau, avec Vincent Lacoste, on avait deux ans d’âge mental. Benjamin Biolay, votre ancien époux, joue justement votre mari. Cet effet miroir entre votre passé et la fiction n’a pas plombé cette belle ambiance ? — On a gardé un lien très fort. On se voit beaucoup, c’est presque fraternel. Je vais vous décevoir mais l’histoire de Maria et Richard est tellement différente de « Je n’ai aucune qualité, aucun hobby, je ne sais rien faire d’autre que du cinéma. » ce qu’on a vécu que c’est presque de la science-fiction ce film. Surtout quand je vois Benjamin vider un lave-linge et étendre une lessive (rires) ! Ça valait le coup d’attendre autant avant de retourner avec Christophe Honoré ! — Heureusement que j’ai une notion du Romain Cole temps catastrophique parce que huit ans depuis Les Bien-Aimés, c’est long… D’autant que le désir et l’attente, deux constituants forts de votre métier, font sentir le passage du temps plus intensément, non ? — C’est surtout que, entre deux films, je suis la spécialiste du « je fous rien ». Je n’ai aucune qualité, aucun hobby, je ne sais rien faire d’autre. Mais mon père m’avait donné ce conseil  : « Sois patiente. Sur un plateau, car on attend beaucoup. Et dans la vie. Tu devras attendre des rôles, des rencontres avec des metteurs en scène, ne tourne pas pour tourner et éviter si possible les erreurs. » J’ai des moments de doute et de solitude terribles mais j’ai réussi à l’appliquer. Anouk Féral
Vincent Cassel GAUMONT présente Une production QUAD et TEN CINÉMA Reda Kateb un film deEric Toledano et Olivier Nakache LE 23 OCTOBRE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :