Illimité n°290 jui/aoû 2019
Illimité n°290 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°290 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (197 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 100 Mo

  • Dans ce numéro : un film de wouf !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 Le roi Jon Il a séduit Monica dans Friends, transformé Will Ferrell en superstar dans Elfe, lancé le MCU sur de bons rails avec Iron Man et s’impose aujourd’hui comme un pionnier du cinéma virtuel avec Le Roi lion. Dans l’inconscient collectif, Jon Favreau est Happy Hogan, l’homme à tout faire sympa et un peu grassouillet de Tony Stark. À l’intérieur du business hollywoodien, c’est également un homme qui pèse  : à peu près plus de 2,5 milliards de dollars à ce jour. C’est à lui qu’on confie désormais d’énooormes projets comme ce remake du Roi lion, que tout le monde a envie de voir, ou la série Star Wars  : The Mandalorian, figure de proue de la future plateforme vidéo de Disney. Depuis qu’il est devenu réalisateur, au début des années 2000, ce New-Yorkais de 52 ans compte ainsi dans sa fiche IMDB au moins quatre méga hits, qui ont été autant de « game-changers » pour l’industrie. D’abord avec Elfe, comédie familiale à base de pets (un bide ici, un phénomène culturel là-bas) qui a imposé Will Ferrel comme le comique US le plus important depuis Jim Carrey, puis en signant les deux premiers Iron Man, posant ainsi les bases du MCU et enregistrant toute sa pertinence commerciale, et enfin en élaborant le remake « live » du Livre de la jungle pour Disney, carton monstre doté d’effets spéciaux stupéfiants. Mais enfin, qui est ce garçon ? Un gentil rigolo ? Un artisan chanceux à la solde des studios ? Un défricheur fou des technologies numériques ? Tout ça à la fois, oui, vous avez deviné. Chez Favreau, le tout vaut mieux que la somme des parties. Ce sont les zigzags de sa filmo, la multiplicité de ses jobs (acteur, scénariste, réal, producteur, showrunner  : il a occupé tous les postes possibles en trente ans de métier) et son goût de la réinvention permanente Le Roi lion sortie le 17 juillet JON FAVREAU qui le rendent passionnant – plus que les films eux-mêmes. Le boyfriend millionnaire et fou d’UFC de Monica Geller est ainsi arrivé à la force du poignet à la tête d’un projet comme Le Roi lion, probablement l’une des révolutions techniques les plus importantes depuis Avatar. Entièrement fabriqué via des ordinateurs surpuissants, le film fait le pari d’un photoréalisme saisissant, confirmé par les bandes-annonces, à mi-chemin entre le docu animalier et l’animation 3D. Pas d’animal capturé en motion capture, pas d’humain au milieu des SFX et des fonds verts, tel le Mowgli du Livre de la jungle, pas de caméra. Ça ne sera que du cinéma virtuel. Et peu importe ce qu’on en pense  : ça sera du jamais-vu. La prouesse se situe là  : le modeste réalisateur de Chef, comédie riquiqui sur la gastronomie dans laquelle Favreau s’est offert le premier rôle, mange désormais à la table d’auteurs comme James Cameron. Et, tel qu’on le connaît, il ne va pas hésiter à se resservir. Romain Thoral DR À l’intérieur du business hollywoodien, Jon Favreau est un homme qui pèse.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :