Illimité n°289 juin 2019
Illimité n°289 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°289 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (197 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 117 Mo

  • Dans ce numéro : que serait un monde sans les Beatles ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
DR DR 10 Wolf Creek de Greg McLean (2005) Le contexte est différent (le bush australien), mais les conditions sont familières  : un personnage d’apparence accueillant offre l’hospitalité à des touristes égarés, avant de se révéler un tueur fou qui conserve les restes de ses victimes dans sa cave. L’affaire est inspirée de faits divers réels, dont l’un a été rendu public grâce au témoignage d’une survivante. John Jarratt, qui incarne le tueur, a tellement plu à Tarantino qu’il lui a donné un rôle dans Django Unchained. Psycho-note  : 7/10 Greta sortie le 12 juin Psycho Généalogie Jusqu’à Greta de Neil Jordan, Psychose a inspiré une multitude de films et reste un modèle du genre thriller horrifique. La preuve par 3. Pulsions de Brian De Palma (1980) Entre autres clins d’œil à Hitchcock, l’hommage à Psychose est revendiqué par De Palma lui-même, qui disait avoir voulu tourner un film dans lequel « on s’attache à décrire soigneusement un personnage qu’on tue ensuite ». Ici, Angie Dickinson incarne ce personnage de victime inattendue précédemment joué par Janet Leigh dans Psychose, tandis que Michael Caine est le tueur, un homme psychologiquement travaillé par son rapport aux femmes et son identité sexuelle. Psycho-note  : 10/10 Greta de Neil Jordan (2018) Cette fois, New York sert de décor à un thriller gore puissamment mis en valeur par ses deux interprètes principales  : Isabelle Huppert dans le rôle d’une prédatrice qui se cache sous des allures de veuve chic, et Chloë Grace Moretz dans celui de la jeune ingénue qui croit bien faire en retournant à sa propriétaire un sac à main trouvé dans le métro. Neil Jordan transforme ce classique schéma hitchcockien en y ajoutant des touches de conte de fées pour adulte. Psycho-note  : 8/10 Marc Ponceau DR
DR 23 ans de carrière, 11 films et aucun premier rôle. Zlatko Burić est sans conteste le plus connu des acteurs danois inconnus. Dans Teen Spirit, il joue le mentor d’une Elle Fanning arpentant le chemin sinueux de la pop p music. Noureev sortie le 19 juin Ralph Fiennes est-il le nouveau Stéphane Bern ? Pour sa troisième réalisation, Le Corbeau blanc, Ralph Fiennes se la joue historien en tirant le portrait du génie du ballet russe Noureev. Quitte à détrôner le présentateur-star ? OUI. Il est féru d’Histoire Après Shakespeare et Dickens, dans Ennemis jurés et The Invisible Woman, Ralph s’empare de la vie de Rudolf Noureev. Lumière sur l’immigration, topo sur le conflit russe, rétrospective du ballet et étalage du gotha parisien… Rien n’a de secret pour le bonhomme. Au diable le prompteur. En premier de la classe, il connaît ses fiches sur le bout des doigts. OUI. Le patrimoine est son dada Quais de Seine brumeux, terrasses bondées de Montmartre, place grouillante du Trocadéro ou couloirs bruyants de l’Opéra, Ralph déambule en chaussons dans ces cartes postales pittoresques à la gloire du vieux Paname. Homme d’influence, Teen Spirit sortie le 26 juin À la papa Cool atko Burić aurait pu affronter James Bond. Bedonnant, Z c’est le nouveau taulier du Palais Garnier et la coqueluche des soirées de l’ambassadeur. Avec ou sans Ferrero Rocher. 11 épaules d’armoire à glace montées sur une carcasse slave et visage impeccablement cerné  : tout ceci coche parfaitement les cases du méga vilain hollywoodien. Pas de chance  : sa gueule patibulaire ne lui a pas fait franchir les frontières. Ou trop peu. Il doit sa renommée à la trilogie Pusher, cartographie brutale d’un Copenhague underground gangrené par la drogue où il incarne Milo, mafieux sanguin et papa poule. Un air de paternité flotte aussi dans Teen Spirit. L’acteur troque son costard Armani, son flingue et ses hommes de main contre une chemise plouc, un van déglingué et des pintes de bière. Il y incarne un chanteur d’opéra devenu pilier de bar s’improvisant manager zinzin d’une Elle Fanning électrisante en ado star. L’embonpoint est toujours là, le regard vitreux aussi. Sa dégaine, entre Einstein pour la coiffure et Shrek pour la maladresse, l’impose comme un voleur de scène. Un chien dans un jeu de quilles, figure paternelle tendre protégeant sa fille de substitution des requins du show-biz. Quitte à fracturer quelques mâchoires en boîte de nuit. Le gangster n’est jamais très loin. C’est moins glamour que les mamours de Lady Gaga et Bradley Cooper dans A Star Is Born, mais sacrément plus rock’n roll. François Rieux NON. Relax Ralph Au placard, l’uniforme nazi chez Spielberg et la toge de Lord Voldemort. Ralph, qui incarne devant la caméra le mentor de Noureev, Alexander Pouchkine, opte pour une coupe moderne et un costume trois-pièces. Démarche élégante et sourire bienveillant, il est le prof cool qu’on rêverait d’avoir  : 10/10 sur l’échelle du dandysme. Désolé Stéphane, il est temps de passer le flambeau. F.R. DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :