Illimité n°284 janvier 2019
Illimité n°284 janvier 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°284 de janvier 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 106 Mo

  • Dans ce numéro : famille, je vous (h)aime.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 – Interview Par Anouk Féral Photo RC – Pierre précieuse Derrière chaque grand homme se cache une femme ? L’Incroyable Histoire du facteur Cheval met en scène un Jacques Gamblin bâtissant pour son épouse un somptueux « Palais Idéal ». Celle qui se cache derrière ce grand homme, c’est Laetitia Casta, qui ne se lasse pas d’incarner à l’écran toutes les facettes de la féminité. Sans mauvais jeu de mots, Philomène est la pierre la plus solide de l’édifice Cheval. Elle l’aime sans condition, l’épaule, le cadre, assure le quotidien, le connecte à la vie… — On m’a proposé le rôle peu de temps avant le tournage. En lisant le scénario, ce qui m’a frappé, c’est l’amour de cette femme pour son mari. Tout le monde le traite de fou, mais elle reconnaît sa valeur. Elle a une sagesse et agit comme un révélateur sur lui. Je me suis dit  : il y a un truc à faire. Sa position n’est-elle pas ingrate  : toute une vie dans l’ombre d’un homme dévoré par sa passion ? — Elle n’est pas dans le sacrifice. Moi aussi, j’ai envie d’être reconnue par l’autre comme ça, pour ma valeur intrinsèque. Pouvoir être à nu devant lui sans être dans la démonstration. Philomène est profondément dans la vie, dans une toute-puissance. En l’incarnant, je ressentais une fierté d’être une femme. Je la vois comme victorieuse. Depuis toujours. Cette approche détermine vos choix d’actrice ? — Pour moi, un film est un engagement. Il ne s’agit pas juste d’interpréter un rôle, mais de vivre une révélation. J’ai un rapport un peu mystique aux projets ! (Rires.) Quand je joue Marianne dans Scènes de la vie conjugale au théâtre ou dans L’Homme fidèle au cinéma, je puise dans une chose qui me fait très peur, la soumission. Ma grand-mère, ma mère ont fait des sacrifices. Ce n’est pas agréable, mais en le faisant je nettoie une chose. Bientôt je serai dans Animal, une série pour Arte, qui m’a révélé mon côté animal, sorcière. Le pire, celui qui fait peur. Philomène m’a appris l’amour sans condition. Sans être dans un discours féministe, mes rôles me ramènent toujours à la femme en général, à son évolution. Et à sa liberté, ce qu’elle consent à céder ou pas ? — Absolument. Longtemps, je me suis vécue comme impossible à soumettre, mais heureusement, avec l’âge, on s’arrondit. J’ai L’Incroyable Histoire du facteur Cheval Sortie le 16 janvier. moins besoin de prouver cette chose-là. Bizarrement, accepter ma force, mon goût de la liberté me rend plus douce, plus ronde. Philomène est ainsi, elle a une puissance dans la douceur. Plus jeune, je ne l’aurais pas comprise. Le film est aussi sur la vie paysanne, la lenteur, la persévérance… — Je construis ma carrière comme ça. Sur une base de vérité donc, forcément, c’est plus long. Prendre le temps me rassure. Et puis, je suis une fille de la campagne vous savez, pas de la ville. (Rires.) Je sais ce que sont les saisons, le temps, la durée. Et qu’il faut rester humble face aux cycles de la nature. Dans mon cœur je suis une paysanne !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :