Illimité n°282 novembre 2018
Illimité n°282 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°282 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 154 Mo

  • Dans ce numéro : langue vivante.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 – Décryptage Par Paul Firmin Photos DR – Comment Les Veuves dépasse-t-il la question du genre ? STEVE MCQUEEN 1/C’EST (D’ABORD) UN FILM D’AUTEUR Gillian Flynndevrait être l’ultime caution féminine/féministe du film. Romancière à succès (Sur ma peau, Les Lieux sombres, Les Apparences), embarquée depuis Gone Girl dans la ronde du thriller hollywoodien, la scénariste vedette a fait de la mythologie et de l’émancipation féminines le sujet obsessionnel de son travail, comme l’a encore rappelé la récente série événement Sharp Objects, adaptée d’un de ses romans. Un bulletin de légitimité en béton, pourtant mis à mal par certains mouvements féministes radicaux qui n’hésitent pas à soupçonner Flynnde misogynie, lui reprochant de ne pas suffisamment accuser la domination patriarcale de la souffrance féminine, et au contraire de désigner les femmes coresponsables de la violence qui leur est faite. Un film de casse avec des filles, c’était le pitch de Ocean’s 8, il y a quatre mois. Signé SteveMcQueen, Les Veuves ne pouvait pas se contenter de si peu… Après l’Oscar de 12 Years a Slave, SteveMcQueen ne doute de rien  : ni de son talent, ni de son prestige, ni de sa légitimité à tourner dans tous les genres, sur tous les sujets. La faim et l’IRA (Hunger), l’addiction sexuelle (Shame), l’esclavage aux USA (12 Years…), la prise de pouvoir des femmes… Dans le monde 2018, où il faut une habilitation officielle pour prendre part aux débats « sensibles », SteveMcQueen n’en fait qu’à sa tête. Dans Les Veuves, sa personnalité de cinéaste imprègne chaque plan. Son discours, ses jugements, sa distance critique définissent le projet. Sa mise en scène (froide, clinique, étrangement spectrale) porte ses effets de signature, ajoutant même un plan-séquence concept (la caméra embarquée à l’extérieur d’une voiture, tandis qu’un dialogue crucial a lieu derrière les vitres teintées) à sa jolie collection. 2/LA COSCÉNARISTE EST ACCUSÉE DE MISOGYNIE ! Les Veuves Sortie le 28 novembre. 4/C’EST UN FILM INTERSECTIONNEL 3/LES STARS, C’EST LES MECS Menée par Viola Davis, la bande de filles a belle allure (Michelle Rodriguez, Cynthia Erivo, Elizabeth Debicki), mais SteveMcQueen l’encadre d’un all star cast masculin. Le candidat blanc à la mairie d’un quartier de la périphérie de Chicago est joué par Colin Farrell. En surplomb, le patriarche Robert Duvall est surpuissant en ogre politique prêt à dévorer son propre fils. Le tueur noir, avec ses grands yeux qui ne clignent jamais, est joué par Daniel Kaluuya, star montante de Get Out et Black Panther. Quant au mari gangster de Viola, celui par qui le polar arrive, il n’est autre que Liam Neeson… Sur le papier, l’équipe des filles ne part pas gagnante. Un choix loin d’être innocent, pour un film d’émancipation. Les veuves sont des femmes, ça oui. Mais elles sont aussi (surtout ?) définies par des couleurs de peau, des extractions sociales, des souffrances spécifiques, des sujets de société, de la matière pour les pages faits divers des magazines. Fille-mère des quartiers, femme battue immigrée, épouse hispanique abusée, toutes sont racontées par d’autres lignes de fracture sociales et sociologiques que la simple différence de genre. Viola Davis n’est pas à leur tête pour rien  : femme noire mariée à un notable blanc, le poids de cette mixité est souligné à chaque séquence, notamment par un jeu insistant sur le contraste de sa couleur de peau avec la blancheur qui l’entoure  : celle de Liam Neeson, celle de ses amis riches et puissants, celle des draps du lit où elle dort seule après sa disparition et jusqu’à celle du caniche qu’elle trimbale partout.
/mois 16 € 90* les 12 premiers mois puis à partir de 17,90 € /mois TARIFS SPÉCIAUX À PARTIR DE ON PEUT ÊTRE FOU D’ACTION MAIS REVER EN CHANSON Jusqu’où vous emmènera UGC ILLIMITÉ et les cinémas *Pour tout nouvel abonnement réglé par prélèvement. Voir détail des tarifs sur ugc.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :