Illimité n°279 jui/aoû 2018
Illimité n°279 jui/aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°279 de jui/aoû 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 122 Mo

  • Dans ce numéro : mission impossible, fallout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 – Décryptage Par Alex Vandevorst Photos DR – Tutti rikiki, maousse costo Alors qu’il était condamné à rester le plus discret des super-héros, l’homme-fourmi se paie un come-back avec Ant-Man et la Guêpe. Sa petite taille serait-elle le secret de sa survie au sein de Marvel ? Passons en revue les bonus offerts par l’héroïsme miniature. 1. ÊTRE MINUSCULE, UN CONCEPT EN SOI Pour Stan Lee, le grand démiurge des comics Marvel, Ant-Man devait se distinguer grâce à sa taille. À l’origine, l’auteur y voyait un concept graphique qui ferait le sel de la série. Jouant avec les échelles (par exemple en figurant l’hommefourmi à côté d’une paire de ciseaux pour rappeler sa taille microscopique), les dessinateurs avaient tout le loisir de générer des situations de conflit inédites ailleurs  : l’univers domestique devient dangereux, donc fascinant. Si, d’après Lee, les continuateurs ont négligé cette donne en dessinant le décor d’Ant-Man comme n’importe quel autre (ce qui expliquerait sa baisse de popularité), la petitesse du héros était l’imparable atout des premières aventures. 2. UNE FOURMI ENTRE PARTOUT (SURTOUT DANS LES NICHES) Si la première adaptation d’Ant-Man en 2015 a connu une gestation difficile (Edgar Wright abandonna la mise en scène au profit de Peyton Reed), elle a représenté un pompon facile à décrocher pour Marvel. Cette année-là, Avengers 2 sortait avec fracas (1, 4 milliard de dollars de recette mondiale pour un budget de 250 millions). Ant-Man ne rapporta « que » 180 millions aux États- Unis, mais en récolta un peu plus de 500 dans le monde. Pour le studio, ce fut une réussite aussi ténue que son héros, mais la preuve qu’il y avait là un héros de niche, un nano-filon à développer en tâche de fond, en ciblant un public spécifique – d’où ce second volet. 3. PLUS ON EST PETIT, PLUS ON RIT Ant-Man et la Guêpe Sortie le 18 juillet. L’avantage d’être riquiqui, c’est qu’on échappe à la surveillance des géants. Tel un insecte furtif, on peut donc faire ses pitreries dans son coin. Comme l’homme-fourmi est vu par les décideurs comme un héros de seconde classe, bon à ramener un peu d’argent de poche mais pas à devenir le meilleur canasson de l’écurie, les petites mains d’Ant-Man et la Guêpe sont laissées en roue libre. Elles ont le loisir d’imprimer leur marque comme bon leur semble. Profitant de sa place d’outsider, Peyton Reed exerce un regard comique bien à lui, troquant l’humour « officiel » de Marvel (l’autodérision sur laquelle le franc-tireur Deadpool a lancé une OPA) contre un rire plus proche du Saturday Night Live et de Judd Apatow. La gouaille de Paul Rudd n’y est évidemment pas pour rien, d’autant que l’acteur collabore au script. Ici, on est en famille. 4. PLUS RAPIDE QU’UN INSECTE, TU MEURS Surtout, la joyeuse équipée sait qu’elle doit compenser sa modeste envergure grâce à des trouvailles inédites chez la concurrence. Par exemple, celle-ci  : avec la Guêpe, cette suite s’offre la première super-héroïne Marvel dont le nom apparaît dans le titre. Un fort geste égalitaire qui, mine de rien, prend un train d’avance sur les pachydermes que sont Captain America et consorts, permettant à l’homme-fourmi de rayonner. Et ça marche  : la presse anglo-saxonne évoque déjà un symbole féministe. Ant-Man a donc peut-être retrouvé le moyen de tirer profit de sa petite taille, redevenue un super- pouvoir au lieu d’une faille  : échappant au contrôle des capitaines d’industrie, le vengeur minipouce en profite pour inventer, à l’intérieur de l’univers Marvel, son petit monde à lui. Petit mais costaud.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :