Illimité n°279 jui/aoû 2018
Illimité n°279 jui/aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°279 de jui/aoû 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 122 Mo

  • Dans ce numéro : mission impossible, fallout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
30 – Le grand papier Par Alex Vandevorst Photos DR Cette fois, c’est vraiment personnel Après 22 ans de service et cinq épisodes à sa gloire, le très discret agent Ethan Hunt devrait enfin dévoiler un peu de son intimité dans Mission  : Impossible – Fallout. Préparez-vous à faire connaissance avec l’un des héros les plus secrets d’Hollywood.
Mission  : Impossible Fallout Sortie le 1er août. 31 « Vous ne m’avez jamais vu quand je m’énerve » disait Ethan Hunt, mâchoire serrée et veines saillantes dans Mission  : Impossible au boss de la CIA, après que ce dernier ait menacé de mettre son papa et sa maman en taule. Juste après cela, l’espion faisait péter l’aquarium géant d’un resto de luxe de Prague, rendant leur liberté aux homards et manquant de peu d’inonder la ville. Depuis ce coup de sang, il a toujours su garder son calme. Qu’il fasse de la varappe sur les rocheuses de Monument Valley (dans le 2), qu’on menace de zigouiller sa femme (dans le 3), qu’il se prenne une tempête de sable dans les écoutilles (dans le 4) ou qu’on le retrouve accroché au fuselage d’un avion en plein décollage (dans le 5)  : Ethan Hunt sait traverser toutes les épreuves qui se dressent sur son chemin avec un sang-froid impeccable. Ce sens du professionnalisme, duquel rien ne dépasse, cette rigueur quasi protestante mêlée à un gout du spectacle hollywoodien, c’est la distance qui sépare Hunt de l’autre super espion, James Bond, dont le cynisme débonnaire, le jemenfoutisme alcoolisé et la frime british sont des composantes essentielles de l’amour qu’on peut porter au personnage. S’il n’est pas très compliqué d’imaginer le quotidien de Bond dans ses moments hors-service (club de strip-tease, gueule de bois en peignoir, après-midi chez le tailleur), celui d’Ethan Hunt laisse plus songeur et moins amusé (régime hyper protéiné ? séances de détartrage ? rédaction d’un guide de développement personnel ?). Après 22 ans de vie commune, il est temps de s’avouer la vérité  : on ne connaît rien de ce garçon. À vrai dire ce n’est pas si grave, surtout si l’on considère, en toute objectivité bien sûr, qu’il y a probablement plus de cinéma, de scènes anthologiques et de spectacle dans les 5 volets de Mission  : Impossible que dans les 25 épisodes (officiels) de James Bond. Oui mais voilà Bond a des fans (hystériques, intransigeants, fidèles) là où Hunt a plutôt des admirateurs (polis, esthètes, volatiles). Bond possède une mythologie tandis que Hunt, lui, construit une œuvre. Ce constat repose bien entendu sur la personnalité de sa star Tom Cruise, qui a choisi de sous-louer pour chaque film une aile de sa franchise personnelle à des cinéastes prestigieux (De Palma, John Woo, J.J. Abrams, Brad Bird) et aux obsessions plutôt éloignées. Ainsi, de la même manière que les messages que Hunt ▶ ▶



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :