Illimité n°279 jui/aoû 2018
Illimité n°279 jui/aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°279 de jui/aoû 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 122 Mo

  • Dans ce numéro : mission impossible, fallout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 – Découverte Par Marc Ponceau Photo RC – Cherchez la femme À l’issue d’une audition qui a duré plusieurs mois, Jeon Jongseo, 22 ans, a été choisie parmi des dizaines de postulantes pour jouer le personnage féminin principal de Burning, le dernier film de Lee Chang-dong. Dans le scénario, Haemi a cinq ans de plus. Elle est encore jeune, mais elle a suffisamment vécu pour choisir son destin en toute indépendance. Elle est au centre d’une sorte de ménage à trois qui commence avec le coursier Jongsu, un ami d’enfance perdu de vue qu’elle séduit avant de le convaincre de s’occuper de son chat pendant qu’elle voyage en Afrique. À son retour, elle a un nouvel ami, Ben, un citadin plein aux as. Jongsu voit Haemi lui échapper et il n’a aucune chance face à son nouveau rival. Jusqu’à ce que la disparition d’Haemi à la moitié du film incite le garçon à enquêter à sa façon, tel l’écrivain qu’il essaie de devenir. Les informations qu’il récolte sont parcellaires et, dans le doute, il est obligé d’interpréter. Son imagination est pessimiste, à la différence de celle de Haemi, capable de simuler le plaisir de la dégustation après avoir mimé l’épluchure d’une orange imaginaire. Burning est un film à combustion lente, qui dispense une quantité de données précises mais frustrantes parce qu’elles donnent envie d’en savoir plus. Dans ce monde mystérieux, l’absence prend parfois une importance démesurée  : le chat qu’est censé garder Jongsu n’est jamais visible. De même, on ne voit jamais les serres que Ben prétend brûler mais elles donnent beaucoup de souci à Jongsu qui arpente fébrilement Burning Sortie le 29 août. Dans Burning du Coréen Lee Chang-dong, Jeon Jong-seo joue une femme qui ensorcelle les hommes avant de disparaître et rend ainsi sa propre absence complètement envoûtante. Une découverte sidérante. la campagne dans l’espoir d’éteindre les incendies. Il n’en verra jamais la moindre trace, sinon dans son imagination. Quant à Ben, il pourrait aussi bien être un trader qu’un mafieux ou un tueur en série. Dans l’esprit de Jongsu, c’est surtout un ennemi, potentiellement responsable de la disparition de Haemi. Il est aussi un révélateur de disparités sociales énormes et du ressentiment qu’elles provoquent. Bien que physiquement absente pendant la dernière partie du film, la nouvelle venue Jeon Jong-seo est un ingrédient essentiel de la chimie composée par Lee Chang-dong. Avec son mélange d’ingénuité et de maturité précoce, elle représente une femme coréenne moderne qui utilise tous les moyens à sa disposition pour séduire, tout en gardant une part de mystère. L’effet qu’elle provoque sur Jongsu s’apparente à celui de la femme fatale traditionnelle des films noirs. Bien que sans expérience professionnelle, la comédienne n’est pas pour autant une novice dans le sens où elle a reçu une solide formation dramatique à l’université de Sejong. On peut faire confiance à Lee Chang-dong, qui avait révélé Moon So-ri dans Peppermint Candy, pour choisir des interprètes capables d’exprimer une gamme complexe de sentiments. À Cannes, où Burning était présenté en Compétition officielle, Jeon Jon-seo a charmé les photographes en les gratifiant chacun d’un regard unique. C’est à ce genre de détail qu’on comprend pourquoi elle a été choisie, et aussi pourquoi elle saura très vite devenir une star.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :