Illimité n°277 mai 2018
Illimité n°277 mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°277 de mai 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 99,6 Mo

  • Dans ce numéro : tout sur les mères.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 – Banc d'essai Par François Rieux Photos DR L’Extraordinaire Voyage du fakir, tiré du best-seller de Romain Puértolas, est un peu plus qu’une comédie d’aventure rocambolesque. Avec son héros bienfaiteur, naïf et néanmoins obsédé par l'idée de faire le bien, il se situe dans une haute lignée. Tour d’horizon de ces paladins ordinaires qui sauvent leur monde. 1931 La belle et le clochard Dos voûté et regard vide, Chaplin hante de sa nonchalance mélancolique Les Lumières de la ville. Sous les traits du Vagabond, il prend sous son aile une jeune fleuriste aveugle en se faisant passer pour un homme riche prêt à l’aider à recouvrer la vue. Ange gardien par accident, il accepte fatalement son sort, se démenant pour une âme en peine mise au ban d’une société encore fragilisée par la crise de 1929. Comme quoi, tous les supers-héros ne portent pas de cape. – Aux innocents les salles pleines 1994 Cours Forrest, cours ! Forrest Gump prend comme toile de fond la guerre du Vietnam, période trouble où la société américaine est disloquée et l’opinion publique dans la tourmente. Des pages sombres feuilletées par Forrest, un simplet attachant qui réécrit le cours de l’Histoire. Le troufion naïf devient alors le messie d’une lutte des classes acharnée, au détriment de son propre bonheur soldé par la mort de la femme de sa vie. Quand on vous dit que ce n’est pas de tout repos. 2001 La valse d’Amélie Mélo cotonneux aux allures de carte souvenir sépia, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain met en scène une serveuse au grand cœur éclaboussant de sa bienveillance tous les gens qui gravitent autour. Jean-Pierre Jeunet fait dans le rétro, essorant un cinéma que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, accordéon à l’appui. Et ça marche  : gros carton au box-office, culte instantané et Audrey Tautou propulsée en icône. Au point qu’on la confond encore avec Amélie. 1941 Le cas John Doe Dans L’Homme de la rue, classique signé Frank Capra, Gary Cooper est John Doe, un SDF engagé par un journal peu scrupuleux en quête d’une histoire racoleuse. Une fois la supercherie démasquée, il devient le porteétendard des « sans-dents » en pourfendant une caste élitiste qui fait son beurre sur la misère humaine. Dans son superbe plan final, John pardonne au nez et à la barbe des actionnaires la journaliste qui l’a mis dans ce pétrin. Un working class hero pur jus. 1973 Paradis pour tous Relecture moderne de Candide dans une Angleterre à bout de souffle et kaléidoscope de son époque, Le Meilleur des mondes campe une dystopie psychédélique lardée d’une satire sociopolitique féroce que n’aurait pas reniée Pasolini. Le personnage principal, incarné par un Malcolm McDowell à peine sorti d’Orange Mécanique, passe une nouvelle fois sur le billard pour mieux comprendre son environnement. Merci Kubrick d’avoir défriché ce terrain expérimental deux ans plus tôt. 2018 Bons baisers de Mumbai L’Extraordinaire Voyage du fakir Sortie le 30 mai. Après avoir quitté l’Inde, Aja, protagoniste homérique de L’Extraordinaire Voyage du fakir, se retrouve bringuebalé aux quatre coins du monde. Redresseur de torts en Libye post-kadhafiste, tribun dans un centre de migrants anglais et Cupidon survolant un Paris romantique… Comme ses petits camarades, il résout les problèmes des autres telle une figure christique moderne. Des pirates lybiens, une actrice française en mal d’amour, une armoire Ikea magique… Le récit picaresque aspire toutes les bribres d'optimisme sur son passage. Sans multiplier les pains mais à coups de pas de danse et de magie, gagnant au passage 1000 points pour son karma – et le cœur de sa bien-aimée.
Le Cerveau des enfants Sortie le 23 mai. Par Léontine Bob Photos DR Masterclass – 25 – Cerveau, marmot, bingo ! Les nouvelles formes d’apprentissage pour respecter le rythme de l’enfant et renforcer son estime de soi sont toujours en vogue. Après Le Maître et l’enfant, à propos d’une classe Montessori française l’an dernier, c’est au tour de Stéphanie Brillant de faire le tour des écoles, expériences et experts dans son documentaire Le Cerveau des enfants. Mais que se passe-t-il dans la boîte crânienne de nos bambins ? Et dans ces nouvelles écoles ? ÊTRE PRÉSENT DANS LE MOMENT Imaginez une classe outre-Atlantique décorée de cerveaux où des bambins hauts comme trois pommes assis en tailleur prononcent le mot « amygdale » pour satisfaire la maîtresse. Pas croyable ? L’équipe du Cerveau des enfants est pourtant venue à la rencontre de ces instits qui encouragent la pleine conscience et la méditation adaptées aux plus jeunes. Être conscient de ce qui se passe à l’intérieur de son corps et focaliser son attention sur sa voûte plantaire pour pouvoir apaiser son esprit  : voilà ce qu’apprennent les enfants dans ces écoles qui ne sont pas réservées aux élites. REMETTRE EN CAUSE LES VIEUX SCHÉMAS Finis les cloisonnant bureaux, chaises et tableaux  : les nouveaux dispositifs éducatifs foisonnent. Au UCLA Lab School, c’est la technologie qui sert la pédagogie. Dans ce labo en pleine nature, la caméra portée s’introduit au milieu d’activités qui mêlent capture de mouvements et jeux de rôle. Pour faire comprendre à l’enfant le fonctionnement de la société des abeilles, il suffit de… le transformer en abeille ! Des capteurs et des ailes en carton sur le dos et le tour est joué  : ils se reconnaissent en bougeant. Un jeu auquel ils peuvent prendre goût jusqu’à vouloir rester des insectes quand on les suit en sortant du labo. CRÉER L'EMPATHIE Terminées les situations qui montent les élèves les uns contre les autres  : il faut les sensibiliser à ce que perçoivent leurs camarades. « Les enfants sont des machines à imiter », confie le directeur du Neuromodulation LAB. Et plus ils imitent, plus ils sont dans l’empathie. Comme avec les abeilles… Terminée aussi la peur de lever la main parce qu’on doute d’avoir la bonne réponse  : il faut entraîner son cerveau à commettre des erreurs pour renforcer sa capacité d’adaptation. Et, pour cela, quoi de mieux qu’un jeu de mémoire animé en direct ? Et si on redevenait des enfants ? APPRENDRE LA PATIENCE Comment évaluer la capacité d’un marmot à attendre et se contrôler ? Avec le fameux test du chamallow, dont le documentaire nous révèle les archives. Deux enfants se voient proposer la sucrerie, ils peuvent soit la manger tout de suite, soit attendre d’en avoir une deuxième. Résultat  : ceux qui résistent à l’envie de déguster la guimauve seront récompensés. Les études prouvent que les enfants les plus patients auront généralement plus de « facilités dans la vie ». Les grands impulsifs de la start-up nation devront en prendre de la graine.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :