Illimité n°276 avril 2018
Illimité n°276 avril 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°276 de avril 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 129 Mo

  • Dans ce numéro : attention, Lagaffe crève l'écran.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Graphisme  : Hartland Villa TP_GOT_STBB_T_W_DL_PMD’ACT_SMSERIESMANIA.COM S_AND T_CB_MET VOUS, QUELLE EST VOTRE SÉRIE PRÉFÉRÉE ? VENEZ DÉCOUVRIR LES SÉRIES DE DEMAIN 27 AVRIL - 5 MAI
Le grand bain… – Go, go Rigot ! Déjà presque dix ans que Solène Rigot a tapé dans l’œil des réalisateurs. Repérée encore mineure au cirque pour jouer dans La Permission de minuit aux côtés de Lindon et Devos, elle décroche depuis à un rythme très régulier les beaux rôles – comme le très remarqué Orpheline (Arnaud des Pallières, 2016) où elle performait en jeunette de 13 ans à la féminité exacerbée, alors qu’elle en avait déjà 23. Aujourd’hui, dans le premier film de Julien Hallard, Comme des garçons, Solène s’attelle à un autre genre de performance  : nous faire marrer. Entre un championnat de roller derby et des répètes de piano, elle nous raconte brièvement son expérience dans ce long-métrage qui revisite les prémices mouvementées du foot féminin en France  : Comme des garçons Sortie le 25 avril. Après Tonnerre, Les Révoltés, et Saint Amour, la chouchou du ciné indé, Solène Rigot, se tourne vers la comédie popu dans Comme des garçons – et nous révèle sa face comique. Par Léontine Bob Photo Romain Cole « J’avais déjà fait des trucs comiques, mais un peu malgré moi. Là, c’est la première fois que je faisais vraiment rire les gens. Lors de la projection au Festival de l’Alpe d’Huez, tout le monde s’est marré à l’une de mes répliques. Ça m’a fait un drôle d’effet, j’avais jamais vécu ça. » Elle incarne dans le film la gardienne de l’équipe qui est aussi une étudiante hippie, accordéoniste et militante engagée. Un rôle d’hyperactive donc, un trait commun avec la personnalité de son interprète  : « Le combat de jeunesse de mon personnage est encore naïf mais il était primordial à cette époque, en 69. Il l’est encore aujourd’hui d’ailleurs. Pas besoin de se plonger dans le passé pour se sentir des atomes crochus avec elle. » Et si l’émancipation était le leitmotiv de cette carrière qui file droit au but ? 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :