Illimité n°274 février 2018
Illimité n°274 février 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°274 de février 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 56,5 Mo

  • Dans ce numéro : le mois des tous les émois...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 – Décryptage Par Léontine Bob Photos DR – Que reste-t-il de nos ébats ? Ça y est, c’est fini... Cinquante Nuances plus claires, le troisième et supposé dernier r volet de la trilogie Fifty Shades, s’allume sur grand écran. L’heure est venue de faire le point sur ce phénomène romantico-érotico-BDSM, adapté du best-seller britannique éponyme, qui nous fait suer – et plus si affinités – depuis trois ans. 10 NUANCES DE STARS On a pu apercevoir le visage poupon de la non moins pouponne Lucy Hale lors du casting. Mais c’est avec le minois salement ingénu de la Texane Dakota Johnson que le personnage de jeune diplômée en littérature Anastasia Steele s’est illustrée dans le septième art. La fille de Don Johnson et Melanie Griffith, en bonne enfant de la balle, avait joué au côté de sa mère dès son plus jeune âge. Mais Fifty Shades of Grey a catapulté l’ex-mannequin au statut de star(lette ?). Jamie Dornan, lui, s’il avait su capter quelques regards coupables en sous-vêtements et en 4 par 3 dans des pubs, avait quand même joué les séducteurs pour Sofia Coppola. C’est dans la peau du désiré milliardaire Christian Grey qu’il a pris de la hauteur. De la couche de Marie- Antoinette aux plans bondage dans la Red Room… une étoile file. Romances épicées… Films d’horreur… Films d’animation trognons… Films d’auteur… Quoi voir pour la Saint-Valentin ? Ainsi, la sortie de Fifty Shades of Grey chaque année en février se veut une évidence. Depuis trois ans, plus besoin de se cacher sous son bonnet à la quête de l’érotisme, Cinquante Nuances plus claires Sortie le 7 février. 5 NUANCES DE SAINT VALENTIN 15 NUANCES DE DÉVERGONDAGE Il y aurait d’un côté ceux qui ne pensent qu’au billard quand on leur parle de boules, qui croient que les punitions ne se donnent qu’à l’école et que les fessées, ça fait mal ; et de l’autre les initiés au plaisir de Fifty Shades. Car le film a bel et bien popularisé une certaine forme de pratiques BDSM. Dans des scènes pas toujours réalistes, certes, mais avec les bons accessoires. Et cette nouvelle et non moins superficielle distinction aurait une incidence sur la « vraie » société  : une gamme de jouets et objets de bondage identifiés 50 Nuances de Grey vendus dans les sex-shops, des pratiques sexuelles dont on parle plus librement, des faits divers dont les auteurs s’inspirent de Christian Grey… Les réactions ne sont pas toujours unanimes. Mais une chose est sûre  : des parents fâchés contre la diffusion de la bande-annonce pendant les séances grand public aux aficionados qui aiment autant le bouquin que la trilogie ciné  : tout le monde en parle. Et il paraît que c’est tout ce qui compte. c’est devenu un rendez-vous récurrent, une activité de groupe pour des millions de spectateurs. Et si on refuse toujours d’admettre qu’on y va pour avoir de nouvelles idées d’expériences, on pourra toujours prétexter que c’est l’excès de faste qui nous fait rêver  : Côte d’Azur, Audi R8 et chalet XXL… Un plaisir coupable chasse l'autre. 10 NUANCES DE FUTUR Pour l’heure, rien d’annoncé côté cinéma. Seulement la parution de deux nouveaux romans, qui revisitent les deux premiers tomes mais du point de vue de Christian Grey… Vu l’avantageux rapport dépenses/recettes, le film aurait ardemment intérêt à récidiver.
– Les Aventures… c’est l’aventure ? Transposer Spirou et Fantasio au cinéma, c’est la promesse d’une grande comédie, d’un vrai film d’aventure ou plutôt les deux ? C’est la grande question à laquelle répond le film d’Alexandre Coffre. La a version ciné des aventures de Spi- rou et Fantasio aurait pu s’appeler en toute simplicité « Spirou et Fantasio ». Il a été baptisé très officiellement par ses créateurs Les Aventures de Spirou et Fantasio – tout en sachant que tout le monde continuera à l’appeler malgré tout « le film avec Spirou et Fanta- sio ». On a décidé de voir dans ce choix d’appellation un véritable Les Aventures de Spirou indice sur les questionnements et Fantasio internes du projet. Adapter, dans Sortie le 21 février. le paysage français, les péripéties du duo crée par Rob Vel et sublimé par Franquin condam- nait quelque part ses géniteurs à accoucher d’une comédie en bonne et due forme. C’est avant tout une injonction industrielle  : ici, les plus gros budgets sont alloués à la franche rigolade, à moins que Luc Besson ne soit aux commandes du barnum. Le casting du film, qui empile les rigolos populos (Alex Lutz, Ramzy Bédia, Géraldine Nakache et même Christian Clavier...), raconte d’ailleurs que l’hameçonnage du public se fera sur la pro- messe d’une comédie pure. Oui mais voilà, les albums de Spirou et Fanta- sio ont encore leurs lecteurs. Ils sont nombreux, multi-générationnels, exigeants et ils savent tous que ces bandes dessinées là fonctionnent aussi, peut-être même surtout, ut, sur le registre de l’action, de l’aven- ture et du dépaysement. Contrairement au Petit Spirou ou à Gaston Lagaffe, pour ne citer que des cousins proches qui viennent ent ou sont en passe d’être adaptés au ciné, Décryptage Par Alex Vandevorst Photos DR – 21 le groom et le journaliste d’investigation n’ont jamais vraiment été caractérisés comme des personnages comiques. Ils sont amusants, oui, mais ce sont par-dessus tout des hommes d’action. En cela, l’ADN original de Spirou et Fantasio brodé par Franquin se situe pile à midistance entre Tintin et Astérix. Si son titre dit aussi vrai que son casting, alors Les Aventures de Spirou et Fantasio semble avoir totalement intégré cette idée d’hybridation tous azimuts. Dans l’absolu, cela exigerait du film qu’il se situe dans une zone floue située quelque part entre Steven Spielberg et Alain Chabat. Une petite île sur laquelle le cinéma français n’a plus mis le pied depuis 1964 et L’Homme de Rio. Et pourtant nous, on aimerait bien y refaire un tour. Ils sont amusants, oui, mais ce sont par-dessus tout des hommes d’action.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :