Illimité n°273 janvier 2018
Illimité n°273 janvier 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°273 de janvier 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : UGC Ciné Cité

  • Format : (200 x 285) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 142 Mo

  • Dans ce numéro : demandez le journal !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Jean-Pierre « Fair Lady » LE JOURNALISTE CINÉPHILE INSATIABLE JEAN-PIERRE LAVOIGNAT NOUS LIVRE SA NOUVELLE SALVE DE GRANDS CLASSIQUES, PROJETÉS EN JANVIER DANS LES CINÉMAS UGC. My Fair Lady 1964. De George Cukor. Avec Rex Harrison, Audrey Hepburn... Un grand film, souvent cité dans la liste des meilleurs films de tous les temps. Succès international, critique et public, couronné de huit Oscars, dont meilleur film, meilleur acteur et meilleur réalisateur. Fastueux, brillant, élégant, drôle et profond. Impossible d'en sortir sans être amoureux d'Audrey Hepburn, dont la beauté, le charme infini, la délicatesse et la fantaisie semblent défier le temps. Et la raison. Dead Zone (1983). De David Cronenberg. Avec Christopher Walken, Martin Sheen, Brooke Adams... Un film de commande, le premier film américain de Cronenberg, sa première adaptation (une nouvelle de Stephen King). Mais il fera sienne cette histoire d'un homme qui se réveille d'un coma de cinq ans et découvre à la fois que sa fiancée s'est mariée et qu'il a un don de voyance. À la fois film fantastique, thriller paranoïaque, pamphlet politico-social et même mélodrame sentimental. Memories of Murder (2003). Bong Joon-ho. Avec Song Kang-ho, Kim Sang-kyeong, Kim Loi-ha... Le film qui révéla sur la scène internationale Bong Joon-ho, futur réalisateur de The Host, Mother et Okja, et l’imposa d'emblée comme l'un des grands représentants de cette nouvelle vague du cinéma coréen qui déferle depuis les années 90. Magnifiquement mis en scène et brûlant de vie, magnifiant le mélange des genres et les ruptures de ton, un « thriller rural » où trois flics aux méthodes opposées (et douteuses) traquent un serial killer insaisissable. JEUDI 4 JANVIER Dead Zone de David Cronenberg JEUDI(S) 11 ET/OU 18 JANVIER My Fair Lady de George Cukor JEUDI(S) 25 JANVIER ET/OU 1 ER FÉVRIER Memories of Murder de Bong Joon-Ho ▶ AUX TARIFS HABITUELS POUR TOUS, 5 ¤ AVEC LA CARTE FIDÉLITÉ UGC** ▶ ABONNÉS UGC ILLIMITÉ, INVITEZ LA PERSONNE DE VOTRE CHOIX À UNE SÉANCE UGC CULTE ! ***** Tarif valable sur présentation d’une Carte fidélité UGC activée, sur ugc.fr et aux caisses des cinémas participant à l’opération. *** Invitation à retirer aux caisses de votre cinéma sur présentation de votre carte UGC Illimité, dans la limite des places disponibles. Paul Grelet. Viva l’Opéra ! MAESTRO GIAMPAOLO MARIA BISANTI LE GRAND CHEF VERDIEN POSE UN INSTANT SA BAGUETTE POUR COMMUNIQUER PAR MOTS SA PASSION POUR LES NOTES HALLUCINÉES DE MACBETH. PROPOS RECUEILLIS PAR FRANÇOISE GALLO Verdi n’a jamais cessé de lire Shakespeare  : comment celui-ci l’a-t-il influencé musicalement ? Verdi aimait tellement Shakespeare qu’il a composé trois opéras d’après son œuvre  : Macbeth, Otello et Falstaff. S’il s’est démarqué du texte original, il n’a jamais trahi le sens de l’histoire ou la trame. Musicalement, dans Macbeth, Verdi ne cesse de faire des rappels à la couleur sombre des paysages et atmosphères anglo-saxons shakespeariens. Macbeth relève du genre « fantastico »  : quelles en sont les caractéristiques ? Les éléments du genre « fantastico » sont inséparables de la trame et de son développement. L’évolution constante de l’action est impulsée et soutenue par les sorcières, les fantômes, les visions et les délires. Macbeth est un opéra « horror », très cinématographique. Verdi écrira  : « Les sorcières dominent le drame. » Comment, musicalement, obtient-il et développe-t-il leur présence ? Les sorcières sont le moteur de l’action. Verdi leur offre des pages d’effets musicaux et dramaturgiques très puissants en subdivisant la ligne de chant des choristes en trois moments et épisodes musicaux. Les tempi sont d’abord allongés, puis tourbillonants, puis agités et, enfin, calmes  : le mouvement musical correspond au destin inexorable auquel n’échappera aucun des protagonistes. Aucun duo d’amour entre Macbeth et sa diabolique Lady, aucun sentiment de tendresse  : comment s’exprime leur seul lien, l’ambition, le désir de domination ? Macbeth et sa Lady, magnifiques rôles, vivent une réalité unique, « parallèle », détachée du monde et créée selon leurs règles, sur un système de valeurs inversées. Aucun véritable amour, aucun lien sincère  : ils ne sont unis que par le goût du pouvoir, d’ascendant sur les autres. Quand Lady Macbeth meurt, Macbeth n’éprouve rien, ne souffre pas. Il reste concentré sur son but  : garder son trône. Ce sont des personnages captivants et très contemporains... MACBETH de Giuseppe Verdi, GRAND THÉÂTRE DU LICEU-BARCELONE. LES JEUDIS 11 ET 18 JANVIER 2018 DIRECTION MUSICALE  : GIAMPAOLO MARIA BISANTI ; MISE EN SCÈNE  : CHRISTOF LOY ; DISTRIBUTION  : MACBETH  : LUDOVIC TÉZIER ; LADY MACBETH  : MARTINA SERAFIN, BANQUO  : VITALIJ KOWALJOW. EN FÉVRIER  : ANDREA CHÉNIER d’Umberto Giordano LE 1 ER FÉVRIER 2018 ALCESTE de Christoph Willibald Gluck LES JEUDIS 8 ET 15 FÉVRIER 2018 EN PARTENARIAT AVEC  : INFOS & RÉSERVATIONS SUR VIVALOPERA.FR DR.
ABONNÉS UGC ILLIMITÉ, échangez vos points contre des places de cinéma, expos, spectacles… 1 LAISSEZ-PASSER = 400 POINTS* l’alchimiste Grand Palais 11 octobre 2017 22 janvier 2018 DR 1 PASS LIBERTÉ = 200 POINTS* LE EST 10 JAN. 28 FÉV. 2018 — Forum des Halles forumdesimages.fr EN PRÉSENCE D’OLIVER STONE L’AMÉRIQUE EN 80 FILMS 1 PLACE DE THÉÂTRE = 300 POINTS* 1 LAISSEZ-PASSER = 400 POINTS* Plus d’infos sur ugc.fr – Les Plus UGC Illimité GOSCINNY ET LE CINÉMA EXPOSITION ASTÉRIX, LUCKY LUKE & Cie 04.10.2017 04.03.2018 BILLETS CINEMATHEQUE.FR et #EXPOGOSCINNY Grands Mécènes de La Cinémathèque française Amis de La Cinémathèque française Avec le soutien de En partenariat média avec En coproduction avec En partenariat avec Astérix & Obélix  : Mission Cléopâtre Alain Chabat 2002 PATHE PRODUCTION - CHEZ WAM Photographie Etienne George. D’après l’œuvre de Goscinny et Uderzo. Dessin Uderzo./Logo Parc Asterix ALBERT RENÉ



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :