IGN Magazine n°98 avr/mai/jun 2020
IGN Magazine n°98 avr/mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°98 de avr/mai/jun 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : IGN

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : la géodata au service de la biodiversité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Observatoire de la Côte Aquitaine, Com’by AVM E N S E I G N E M E N T & I N N O V A T I O N Un comité scientifique anticipe les impacts du changement climatique « Anticiper les changements climatiques en Nouvelle-Aquitaine, pour agir dans les territoires »  : c’est le nom du rapport publié en 2018 par un réseau de plus de 240 chercheurs et auquel l’IGN a participé. Avec cette démarche, la Région expérimente une initiative, unique en France, d’accompagnement de la transition écologique par la voie de la connaissance scientifique. O bjectiver et documenter le plus précisément possible le changement climatique, c’était l’ambition de l’ex- Région Aquitaine en 2011, lorsqu’elle a demandé à un groupe transdisciplinaire de mener une expertise sur « les impacts du changement climatique en Aquitaine ». Sous l’égide du climatologue Hervé Le Treut, le groupe a produit, 24/IGN MAGAZINE/PRINTEMPS 2020 A C C L I M A T E R R A au terme de deux années de travail, un rapport de synthèse enrichi par le savoir collaboratif de plus de 160 experts. Dans la continuité de ce premier ouvrage a été lancée, en janvier 2016, la démarche AcclimaTerra, mobilisant plus de 240 experts scientifiques néo-aquitains, toujours sous le pilotage d’Hervé Le Treut. Le rapport « Anticiper les changements climatiques en Nouvelle-Aquitaine, pour agir dans les territoires » a été publié le 1er juin 2018.
P A R O L E D’E X P E R T - - - Benoît Sautour, enseignant-chercheur en écologie et biogéochimie des systèmes côtiers à Arcachon (33) « L’élaboration des deux ouvrages AcclimaTerra s’est développée au sein d’un large consortium de chercheurs néo-aquitains. Nous avons identifié de nouvelles pistes de recherche auxquelles va maintenant s’intéresser le réseau de recherche AcclimaT (Anticipation des changements climatiques à l’échelle des territoires). L’idée générale est que nous puissions proposer différents scénarios d’anticipation de l’adaptation au changement, variables en fonction des thèmes et des caractéristiques des territoires. » Il passe en revue la qualité des milieux naturels, la disponibilité en eau, les spécificités régionales en termes de climat, de consommation d’énergie et de ressources exploitées, l’impact du réchauffement sur les forêts, les massifs montagneux, l’agriculture, les zones urbaines et sur le littoral. « L’échelle régionale est particulièrement adaptée pour mesurer les impacts du changement climatique, explique Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. C’est également à l’échelon local que nous pouvons agir le plus efficacement. » Une vision à 360° La finalité du rapport, outre d’informer les citoyens, est en effet d’éclairer la prise de décision politique sur ces enjeux. D’où la feuille de route Néo Terra, votée en juillet 2019, qui fixe à la Région onze ambitions pour accompagner l’effort de E N S E I G N E M E N T & I N N O V A T I O N transition énergétique, écologique et agricole d’ici à 2030, par des actions concrètes et chiffrées. « Autour d’AcclimaTerra, l’idée est d’avoir une vision à 360° sur tout ce qui produit le réchauffement climatique et de massifier les initiatives de transition, pour passer à la vitesse supérieure dans notre adaptation au changement », reprend Alain Rousset. Car, avec une augmentation moyenne des températures de 1,4 °C au cours du XX e siècle, une récurrence des inondations, des tempêtes, des épisodes de sécheresse et le phénomène d’érosion du littoral, cette région est l’une des plus touchées par le réchauffement. Fabienne Benest, cheffe du département écosystèmes forestiers à l’IGN Sud-Ouest, ne contredira pas ce constat. Elle a fait partie des experts qui ont participé au rapport Acclima- Terra. Avec des chercheurs du laboratoire bordelais Biogéco du centre Inrae Nouvelle-Aquitaine, son équipe a étudié l’impact de la modification du climat sur la composition des peuplements forestiers, et sur l’abondance des différents chênes, véritables marqueurs du changement climatique dans nos forêts. « Les chênes pubescents remontent vers le nord » En s’appuyant sur les travaux de l’inventaire forestier national, et en croisant les données – concernant le nombre de tiges, leur volume, leur grandeur –, il est possible de suivre l’évolution des abondances des différentes espèces de chênes depuis les années 1980 dans la région. « Ce travail a démontré que le chêne pubescent ainsi que le chêne vert sur le littoral remontent vers le nord. Nous observons par ailleurs un dépérissement du chêne pédonculé dans le nord de la Nouvelle-Aquitaine », décrit Fabienne Benest Dans ce travail de recherche, « le protocole de l’inventaire forestier national, stable et basé sur des échantillons bien définis, a été précieux pour interpréter les données sur des séries temporelles et participer ainsi à la réflexion des chercheurs », reprend l’experte. Après la sortie du rapport, Chêne pubescent Acclima Terra s’est transformée en association en 2018. « Nous avons pris notre bâton de pèlerin pour aller expliquer au public le fruit de nos recherches », précise Fabienne Benest, qui a donné des conférences en Dordogne et en Charente-Maritime pour faire découvrir son travail au grand public. PRINTEMPS 2020/IGN MAGAZINE/25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :