IGN Magazine n°98 avr/mai/jun 2020
IGN Magazine n°98 avr/mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°98 de avr/mai/jun 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : IGN

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : la géodata au service de la biodiversité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
L E DOSSIER « L’IGN est l’un des principaux producteurs de données sur la biodiversité des forêts françaises. » D epuis le début des années 1990, leur travail s’est transformé. En plus des essences, hauteurs et circonférences des arbres, ils relèvent les espèces végétales présentes, précisent l’exposition et la topographie des lieux, examinent l’état du sol… Ils respectent aujourd’hui un protocole comportant l’étude de 160 variables. À partir de 2011, ils ont aussi appris à identifier les différents types d’habitats naturels. « Ils », ce sont les 60 agents de terrain de l’inventaire forestier national qui visitent ou revisitent chaque année 14 000 placettes disséminées selon un échantillonnage statistique précis sur le territoire. En près de 30 ans et un peu plus de 213 000 relevés, ils ont constitué une base de données unique, en libre accès sur les sites de l’Inventaire national du patrimoine naturel et de l’inventaire forestier. L’IGN, producteur de données « La fusion de l’IGN et de l’Inventaire Forestier National (IFN), en 2012, a fait de notre Institut l’un des principaux producteurs de données sur la biodiversité des forêts françaises de métropole, explique Sophie Reynard, cheffe du département des relations institutionnelles et partenariales pour la biodiversité et de l’occupation du sol à l’IGN. Elles sont utilisées par les grandes institutions publiques qui œuvrent à la sauvegarde de la biodiversité  : l’Office français de la biodiversité (OFB 1) et l’UMS PatriNat qui, sous sa tutelle 2, assure une mission d’expertise et de gestion des connaissances scientifiques. Ces données alimentent aussi l’Observatoire national de la biodiversité, qui fournit au grand public une information fiable et pédagogique. » Cette mission de production de données environnementales, nouvelle pour l’IGN, revêt une importance particulière dans le cadre de la directive européenne « habitats-faune-flore » de 1992, qui exige des États membres qu’ils surveillent certains habitats naturels d’intérêt et qu’ils produisent, tous les six ans, 10/IGN MAGAZINE/PRINTEMPS 2020 Un agent de l’IGN réalise des mesures dans le cadre de l’inventaire forestier. L E X I Q U E Habitat naturel Ensemble d’éléments environnementaux caractéristiques d’un territoire, offrant les ressources naturelles suffisantes aux espèces qu’il abrite habituellement. Trame verte et bleue Réseau formé de continuités écologiques terrestres et aquatiques identifiées dans les documents de planification de l’État, des collectivités territoriales et de leurs groupements. Limite terre-mer Point de rencontre entre la terre et la mer à marée haute de coefficient 120, dans des conditions météorologiques normales.
un rapport sur leur évolution. Parmi les 132 habitats répertoriés en France, une trentaine se trouvent en forêt. Vers une carte des forêts à protéger ? « La possibilité de disposer de données écologiques et dendrométriques 3 sur les mêmes placettes est un autre atout pour estimer l’état de conservation des milieux, souligne Fabienne Benest, cheffe du département écosystèmes forestiers, pôle national de l’IGN pour l’écologie forestière. Elle suggère de nouvelles voies de sauvegarde de la biodiversité sachant, par exemple, que la présence de vieux arbres ou de bois mort lui est très favorable. » L’IGN a aussi lancé une cartographie des forêts patrimoniales, en se penchant sur des cartes parfois très anciennes pour localiser les secteurs boisés depuis au moins 150 ans, puis en recoupant toutes les informations disponibles – relevés de terrain, topographie, desserte, etc. – pour rechercher ceux qui n’ont pas été exploités depuis au moins 50 ans. Ce projet est lié à la préparation de la nouvelle stratégie nationale d’extension des aires protégées, qui devrait être annoncée par le président de la République lors du congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature à Marseille, en juin. L’expertise particulière de l’IGN sur les milieux forestiers lui vaut enfin une place dans la Plateforme biodiversité pour la forêt, une instance de concertation créée en 2012 par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et qui réunit les différents porteurs d’intérêt du secteur, des exploitants aux associations de défense de l’environnement. Elle doit construire des propositions pour améliorer l’observation de la biodiversité en forêt, en particulier de la faune. Retisser la trame verte et bleue Sans surprise, la production de cartographies sur l’ensemble du territoire métropolitain et ultramarin est aussi au cœur de l’action de l’IGN en faveur de la biodiversité. Depuis le Grenelle de l’environnement, la restitution de la trame verte et bleue constitue, dans ce domaine, la pierre angulaire des politiques publiques. L’IGN poursuit plusieurs projets pour affiner l’état des lieux. Côté vert, les plus ambitieux sont la carte des habitats naturels, ou CarHAB, le dispositif de suivi des bocages et le dispositif de suivi de l’artificialisation des sols. Côté bleu, la BD Topage, le nouveau référentiel hydrographique français, vient d’être mise à la disposition de tous les acteurs de l’eau sur le site du Sandre 4. Coproduit avec l’OFB, il est plus précis que le précédent (BD cartage), et porte surtout un système d’information complet qui sera mis à jour en continu par un large réseau de contributeurs. En complément, la création d’un portail sur les zones humides vient d’être mise à l’étude. Bien d’autres travaux de cartographie de milieux spécifiques sont appelés à jouer, demain, un rôle essentiel. En coproduction avec le Service hydrographique et océanographique de L E DOSSIER PAR O L E D’E X P E R T - - - Julien Touroult, codirecteur de l’UMS PatriNat « L’inventaire forestier national est l’un des rares protocoles à l’échelle nationale bien adapté à la notion d’habitat naturel tel que défini dans la directive européenne de 1992. Grâce à la quantité et la qualité statistique des données collectées, avec un intervalle de revisite de 5 ans, nous répondons de mieux en mieux à nos obligations de suivi pour la trentaine d’habitats forestiers concernés, tant sur leur superficie que sur leurs structures. Cela prouve a posteriori qu’il était judicieux d’enrichir un dispositif existant – l’IFN existe depuis 1959 – plutôt que d’en imaginer un nouveau, mieux adapté à son objet mais peut-être trop coûteux pour voir effectivement le jour. Nous manquons d’ailleurs d’équivalents pour les autres milieux. En bon scientifique, je souhaite bien sûr qu’il soit amélioré, et que toutes les données sources soient partagées, en continu, indépendamment du travail de synthèse réalisé pour l’Europe tous les 6 ans. » la marine, l’IGN travaille par exemple depuis quelques mois sur un nouveau tracé d’une limite terre-mer haute résolution. La frange littorale est l’un des milieux les plus riches en biodiversité, mais aussi l’un des plus fragiles… 1. L’Office français de la biodiversité regroupe depuis le 1er janvier 2020 l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). 2. Unité mixte de service Patrimoine naturel, sous tutelle conjointe de l’OFB, du CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et du MNHN (Muséum national d’histoire naturelle). 3. Mesures des caractéristiques physiques des arbres. 4. Portail national d’accès aux référentiels sur l’eau. PRINTEMPS 2020/IGN MAGAZINE/11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :