IGN Magazine n°97 jan/fév/mar 2020
IGN Magazine n°97 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°97 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : IGN

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : un IGN en trois dimensions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Francesca Mantovani/Editions Gallimard P O R T R A I T 30/IGN MAGAZINE/HIVER 2020 Erik Orsenna Erik Orsenna a mille vies. Conseiller d’État, économiste, académicien, romancier… mais aussi explorateur insatiable de notre planète et amoureux de la géographie. Portrait d’un « écrivain nomade » pour qui écrire et voyager sont une même aventure.
Une vie habitée par la géographie Enfant, Erik Orsenna lit Tintin et rêve de la planète comme d’un terrain de jeu. Tous les étés, avec ses parents, il séjourne sur l’île de Bréhat, retrouve « les pulsations de la mer » imposées par les fortes marées, navigue seul dès 8 ans, contemple les bateaux des derniers cap-horniers et écoute les récits sur son aïeul parti s’installer à Cuba au XIX e siècle. Avec sa grand-mère lyonnaise, il apprend la cuisine et découvre la variété des régions à travers les recettes et les produits. Aujourd’hui, son bureau est tapissé de cartes de géographie. « Plus j’y pense, reconnaît-il, et plus je vois que la géographie a habité ma vie. » À 12 ans, il décide d’être professeur d’économie. Un choix un peu austère pour un enfant si jeune… mais pas pour lui, qui a la passion de « comprendre comment ça marche et pourquoi ». Homme du concret, il étudie l’économie, s’intéresse aux matières premières et à la politique, et s’interroge sur le développement des anciennes colonies, nouvellement indépendantes, et sur la gestion de leurs matières premières. « De la géographie au sens plein du terme », dit-il encore. Un goût venu dès l’enfance Dans la vie d’Erik Orsenna, le goût de l’écriture, « une urgence psychiatrique », est venu dès l’enfance, comme son goût du voyage et de la mer. « Hisser la voile et se tenir devant une page blanche sont une même aventure. Aucun chemin devant soi mais la liberté de tracer le sien. » Il écrit tous les matins de 6 heures à 9 heures, aborde les rivages du roman, du conte, du reportage et de la biographie dans une même cohérence car « l’écriture rassemble avec cette connotation religieuse de «recueillir, lier» ». Ses livres-reportages parlent de sciences et de géographie. Il n’est ni géographe ni scientifique mais interroge, lit, écoute, voyage. Avec Isabelle Autissier, il a navigué dans l’archipel du Cap-Horn et dans le détroit de Béring. Si c’est à Julien Gracq qu’il a emprunté le pseudonyme d’Orsenna, la cité-État fictive du Rivage des Syrtes, Erik Orsenna aime aussi se souvenir de Marguerite Yourcenar, à qui il demanda pourquoi elle voyageait tant et qui lui répondit  : « Notre planète est notre cellule de prisonnier. Avant de la quitter, j’ai envie de l’explorer. » De son dernier roman, il dit qu’il est « un chant d’amour à la géographie ». L’amour et la géographie sont indissociables. Toujours ce côté concret. « Je ne crois pas aux amours abstraites mais à celles qui s’incarnent dans des lieux. » À l’Académie française, il est assis dans le fauteuil de Littré, célèbre auteur du dictionnaire. Il aime sa définition du détroit  : « bras de mer resserré entre deux continents ». Une parfaite définition de l’amour ! « Hisser la voile et se tenir devant une page blanche offrent la même liberté. » B I O G R A P H I E 1947 Erik Orsenna, de son vrai nom Éric Arnoult naît à Paris dans « une famille où on retrouve des banquiers saumurois, des paysans luxembourgeois et une papetière cubaine ». 1983-1985 Après plusieurs années d’enseignement et de recherche, et un passage au cabinet de Jean-Pierre Cot, ministre de la Coopération, Erik Orsenna devient conseiller culturel à l’Élysée auprès de François Mitterrand, puis conseiller d’État (1986). 1988 Il reçoit le prix Goncourt et le prix Goncourt des lycéens pour L’Exposition coloniale (Seuil). 28 mai 1998 Il est élu à l’Académie française au fauteuil du commandant Cousteau. Ce 17 e fauteuil a été occupé auparavant par Émile Littré et Louis Pasteur, dont il écrit la biographie, La vie, la mort, la vie. 2006 Voyage en Antarctique avec Isabelle Autissier à bord d’un voilier. Il en ramène un livre, Salut au Grand Sud, pour lequel, la même année, il reçoit la Grande Médaille d’or des explorations et voyages de découvertes, attribuée par la Société de géographie, qui couronne aussi un autre de ses ouvrages  : Voyage au pays du coton. « Cette distinction est celle dont je suis le plus fier. » 2020 Son dernier roman, Briser en nous la mer gelée, sort aux éditions Gallimard. Sur la quatrième de couverture, ces mots  : « Le saviez-vous ? Tout est géographie. » P O R T R A I T intim i'Lm HIVER 2020/IGN MAGAZINE/31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :