IGN Magazine n°94 avr/mai/jun 2019
IGN Magazine n°94 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : IGN

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 17,0 Mo

  • Dans ce numéro : la géographie au service du progrès.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
L E DOSSIER Le Val-de-Marne, une histoire d’eau Dans le Val-de-Marne, l’établissement public Voies navigables de France (VNF), chargé du réseau fluvial français, gère plusieurs ouvrages de navigation sur la Marne, dont le tunnel reliant Joinville-le-Pont et Saint-Maurice, le barrage de Joinville-le-Pont et le poste de téléconduite de Saint-Maurice. C’est une particularité locale. La commune de Saint-Maur-des-Fossés est enserrée par une boucle de la Marne, longue de 13 km. Cette dernière est difficilement accessible. Les bateaux de commerce et de plaisance souhaitant remonter la Marne en direction de Meaux coupent donc la boucle au niveau du tunnel de Saint- Maur, construit entre 1809 et 1821. Sa spécificité  : les 6 000 bateaux qui l’empruntent chaque année ne peuvent s’y croiser, l’alternance se fait par un système de feux de signalisation. Un peu plus loin, les écluses de Saint-Maurice, Créteil et Saint-Maur sont gérées par un poste de téléconduite commun. « Lorsque les mariniers s’annoncent, l’éclusier reçoit les informations sur ses écrans et manœuvre à distance les portes des trois écluses. Son rôle est d’optimiser le passage des bateaux », précise Romain Allain, chef de l’itinéraire Seine-Amont à Voies navigables de France (VNF). Un million de tonnes de marchandises transitent annuellement par voie fluviale sur ce secteur. Un niveau d’eau régulé en permanence VNF est également garant de la gestion hydraulique des ouvrages. « Notre rôle est d’assurer un niveau d’eau suffisant pour que les bateaux puissent naviguer toute l’année sur le réseau », reprend Romain Allain. À titre de comparaison, sur le Rhin, l’été dernier, la sécheresse a entraîné un niveau d’eau au plus bas empêchant la navigation, « ce qui ne pourrait arriver sur la Seine ou sur la Marne grâce aux barrages qui régulent les niveaux d’eau. » Les travaux du Grand Paris Express, notamment le prolongement de la ligne 15, vont générer de nouveaux trafics sur la Seine et la Marne pour l’évacuation des déblais et l’approvisionnement en matériaux de construction. Sur la Seine en amont de Paris, les trafics ont déjà augmenté de plus de 5% en 2018 avec les chantiers du Grand Paris, et cette croissance devrait se poursuivre en 2019. 12/IGN MAGAZINE/PRINTEMPS 2019 Voies navigables de France Écluse de Créteil Bonneuil  : un port fluvial pour le Grand Paris Deuxième plateforme multimodale d’Île-de-France, le port de Bonneuil gère un trafic annuel d’un million de tonnes de marchandises par voie d’eau, sur une surface de 200 hectares. Situé à seulement 8 km de Paris, il accueille 140 entreprises et propose 100 000 m² d’entrepôts. « Ce port du Grand Paris offre une liaison directe avec la façade maritime  : c’est notamment la voie empruntée par la navette Bolloré Logistics entre Le Havre et Bonneuil », précise Éric Fuchs, directeur de l’agence Seine-Amont chez Haropa-Ports de Paris. Dans le cadre des travaux du Grand Paris Express, le port loue 4 hectares à la Société du Grand Paris pour le compte de l’entreprise Eiffage, qui réalise la caractérisation des matériaux issus du creusement du tunnel de la ligne 15 sud – notamment les tests établissant la présence de sulfate – et se charge de stocker ou d’évacuer les remblais du tunnel.
L E DOSSIER Villeneuve-Saint-Georges Les berges de l’Yerres bientôt réaménagées Sécuriser les riverains et préserver la richesse de la faune et de la flore des espaces naturels le long des cours d’eau  : ce sont les objectifs du projet de renaturation des berges de l’Yerres, commencé en 2011. Située dans le sud du Val-de- Marne, à 16 km de Paris, Villeneuve-Saint-Georges est limitrophe du département de l’Essonne. L’Yerres, rivière de 88 km prenant sa source à Coulommiers (77), se jette dans la Seine à cet endroit. Le quartier Belleplace-Blandin est situé à la confluence des deux cours d’eau. « Lors des épisodes de crue de la Seine, en juin 2016 et en janvier-février 2018, le quartier a été fortement inondé. De nombreux foyers ont dû être relogés », explique Agnès Bonhomme, directrice générale adjointe de la ville. C’est à ce moment-là que Sylvie Altman, maire de la commune, a demandé l’extension du projet de renaturation des berges. Cheminements piétons et prairies Petit retour en arrière sur ce projet. En 2011, le Département du Val-de-Marne classe la berge côté numéros impairs du chemin des Pêcheurs en « espace naturel sensible ». La voie devient zone naturelle dans le plan local d’urbanisme de la ville. « L’acquisition des premières parcelles a commencé en 2012 à l’amiable, reprend Agnès Bonhomme. L’extension du projet nécessite l’acquisition de 216 parcelles, dont 88 actuellement en « espace naturel sensible ». Quarante et une parcelles sont déjà acquises par la ville et le territoire. » L’objectif à terme  : créer, sur toute la zone la plus inondable du La ville de Villeneuve-Saint-Georges, touchée par les inondations en janvier 2018. quartier, un espace naturel permettant à la rivière de s’étendre en cas de crue et limitant ainsi l’impact sur les biens et les habitants du quartier. Le 21 mars 2018, les partenaires du projet ont confirmé leur engagement pour l’extension de L E S D A T E S C L É S D U PRO J E T 2006 Classement de la vallée de l’Yerres au titre des sites (art.L. 341-1 et suivants du code de l’environnement) par décret en Conseil d’État. Ville de Villeneuve-Saint-Georges 2012-2018 Acquisition des premières parcelles sur les berges. 2014 Premiers travaux de démolition. la zone. Cheminements piétons, prairies inondables  : d’ici environ six ans, après la période de négociation foncière, le quartier de Belleplace-Blandin pourra ainsi bénéficier d’un parc de plus de 10 hectares, relié à la Voie verte en Essonne, et aux berges de Seine réaménagées. 2019 Extension de la zone d’expansion des crues. 2025 Fin du projet de renaturation des berges. PRINTEMPS 2019/IGN MAGAZINE/13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :