IGN Magazine n°1 septembre 2000
IGN Magazine n°1 septembre 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de septembre 2000

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : IGN

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,2 Mo

  • Dans ce numéro : Les bases de données à La Réunion

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
 » 10 limitées). Si l’on y ajoute les informations fournies, en permanence, par la direction régionale d’Île-de-France ou la ville de Paris, la base du système IGN Trafic est constituée. Il ne restait plus à l’Institut qu’à s’associer à BCI (Bechter Coiffet International), spécialiste de la navigation embarquée, pour passer du simple projet à une réalisation concrète, utilisant la BD TOPO comme fond cartographique. Les données routières sont, elles, extraites de GÉOROUTE. L’ensemble, complété par les données sur l’état de la circulation, est traité par des logiciels conçus et développés par BCI. Ils fonctionnent sur un simple PC à l’aide duquel la définition de l’itinéraire optimal prend moins d’une seconde. UN SIMPLE COUP DE FIL Concrètement, avant de partir, l’automobiliste contacte un centre d’appels, à partir d’un poste fixe ou d’un téléphone mobile. Il précise son point de départ et son point de destination à un opérateur, qui lui fournit, en retour, l’itinéraire le plus rapide, ainsi qu’une estimation de son temps de déplacement. IGN Trafic n’a pas la prétention d’être un service de guidage (au sens le plus sophistiqué du terme) mais, plus simplement, un conseil aux usagers empruntant les trajets les plus usuels en région parisienne. Il concerne 80% des déplacements. Cette limitation est liée au moyen de transmission utilisé : la communication téléphonique ne doit pas excéder 1 minute, ce qui exclut le développement d’un itinéraire exhaustif. Seuls les grands axes et les principaux points de passage sont indiqués. Les grandes lignes de ces itinéraires étant connues, les indications fournies sont, dans l’immense majorité des cas, amplement suffisantes. UNE SÉCURITÉ ACCRUE Le système présente des avantages considérables : en premier lieu, l’efficacité de son interactivité. Les données sont « rafraîchies », en moyenne, toutes les trois minutes. Ce qui permet de modifier un itinéraire en cours de route en appelant en mains libres (ou mieux, en s’arrêtant un instant) le centre d’appels, à partir d’un téléphone mobile. On peut ainsi, par exemple, éviter un embouteillage dû à un accident. L’usager peut également avertir la personne l’attendant à son lieu de destination d’un retard éventuel. Le second point fort du système tient à sa simplicité d’utilisation. Un itinéraire limité à ses grandes lignes est aisément mémorisable. Les avantages financiers ne sont pas négligeables non plus. En ce qui concerne l’usager, il gagne un temps précieux, tout en évitant l’installation d’équipements coûteux. Du côte de l’opérateur, l’investissement est minime, ce qui lui permet de proposer des redevances modérées. D’autant plus que le système est, pour l’essentiel, automatisable à moyen terme. Les conséquences psychologiques sont également importantes. Une durée d’attente définie est moins stressante qu’une plage de temps perdu indéterminée. Les conditions mentales de l’automobiliste sont meilleures et son comportement plus stable. Sa conduite est moins heurtée, ce qui participe à sa sécurité. Les résultats sont concluants. Un test, effectué pendant deux mois avec le concours d’une trentaine d’automobilistes, a permis de valider le concept et, en particulier, l’évaluation des temps de trajets. La marge d’erreur ne dépasse pas 10%. Quant aux communications téléphoniques, leur durée moyenne n’a pas excédé la limite fixée. Le principe pourra également bénéficier de la maîtrise des techniques de la reconnaissance vocale, ou de la possibilité de transmettre un itinéraire à l’usager sous forme de messages lisibles sur l’écran de son téléphone mobile. À condition qu’il s’arrête pour les consulter, cela va de soi. Il ne reste plus qu’à passer à l’application « grandeur nature », après consultation des entreprises intéressées. Ceci devrait se faire dans le courant de l’automne. ■ Fiche d’identité BECHTER COIFFET INTERNATIONAL SPÉCIALISTE NAVIGATION Partenaire d’IGN Trafic, BCI est une entreprise créée en 1992, dont la filiale BCI Navigation s’est spécialisée dans la recherche et le développement de systèmes d’aide à la navigation ou d’assistance aux conducteurs. À ce titre, BCI, basée à Évry, a fourni à PSA des prototypes destinés au programme européen Prometheus. La licence d’exploitation des logiciels a, par la suite, été cédée à Siemens et à Valeo. Enfin, l’an dernier, BCI Navigation a conclu un accord avec le constructeur américain Motorola dans le domaine des développements télématiques.
Siria Technologies SIRIA TECHNOLOGIES-IGN DRAG&FLY : LES DONNÉES IGN EN MOUVEMENT Deux spécialistes de deux domaines différents se sont rencontrés et ont décidé d’unir leurs compétences. Le résultat est spectaculaire : données géographiques et simulations combinées ont donné naissance à « Drag&Fly ». Le besoin était réel. Les collectivités locales utilisent de plus en plus les systèmes d’information géographique. Mais ces Sig sont encore lourds à installer, les études d’impact environnemental sont devenues indispensables lors de la définition des projets. Les systèmes conventionnels peuvent suffire mais les images fixes rendent mal compte des phénomènes et de leurs éventuelles conséquences. D’où l’idée d’associer les compétences du service Aménagement et Environnement de l’IGN à Siria Technologies, entreprise spécialisée dans la simulation d’impacts environnementaux. Ainsi que l’explique Jean Poulit, directeur général de l’IGN, « la démarche fait apparaître l’évidente complémentarité entre les objectifs poursuivis par un établissement public et une société privée développant des logiciels dans les domaines de l’aménagement et de l’environnement ». De son côté, le P-DG de Siria Technologies, Christian Kelma, souligne que « la qualité de nos modèles dépend de celle des données géographiques. En utilisant les outils de l’IGN, nous sommes assurés de la fiabilité de nos résultats ». 25 CENTIMES PAR AN ET PAR HABITANT Lors de l’étude d’un projet, il suffit que la collectivité locale ou l’entreprise intéressée s’abonne à l’un des services de Siria Technologies. Sont disponibles actuellement : Drag&Fly Air, Drag&Fly Bruit et Drag&Fly Trafic. Le client, en accord avec l’IGN, choisit l’outil le mieux adapté (BD TOPO , BD CARTO , BD ORTHO ou GÉOROUTE ). Une fois les données intégrées à l’équipement prévu ou existant, la collectivité peut récupérer sur le site de Siria Technologies les résultats des simulations demandées, dans les 48 heures : dilution de pollutions atmosphériques selon les vents dominants, niveau de bruit à l’intérieur des habitations en fonction de la circulation… Le tout pour 25 centimes par an et par habitant. Grâce à ce service, les élus locaux sont en mesure, au moyen des pages qui leurs sont réservées sur le site, d’étayer leurs choix et d’en présenter les conséquences aux populations concernées, sans avoir à s’équiper de matériels et de logiciels spécialisés. ■ Contacts : Siria Technologies, 03 20 34 45 67. www.siriatech.com IGN, 01 43 98 00 00. www.ign.fr On peut déterminer qu’il suffit parfois de déplacer l’entrée du parking d’une grande surface pour désencombrer un carrefour. Partenariat et innovation UN NOUVEAU SERVICE À partir des bases de données de l’IGN et de GVA, on peut réaliser un pont virtuel, plus vrai que nature. IGN AMÉNAGEMENT- ENVIRONNEMENT Les potentialités des bases de données produites par l’IGN ne sont que très partiellement employées. Pour mieux les valoriser, notamment la BD TOPO , l’Institut a décidé, au début de l’année 2000, de créer un nouveau service, IGN Aménagement-Environnement. L’objectif n’est pas de se substituer au secteur privé dans la production de produits à valeur ajoutée, mais au contraire d’aider les PME spécialisées à étendre leurs activités dans le secteur aval de l’information géographique. Pour mettre à la disposition des utilisateurs des applicatifs spécialisés adaptés à leurs besoins, dont certains n’existent pas actuellement, IGN Aménagement- Environnement développe des logiciels en partenariat avec des entreprises publiques ou privées. Il fait ensuite connaître ces nouveaux outils grâce à des dossiers-pilotes et des exemples d’applications. DES EXEMPLES DE DÉVELOPPEMENT Pour la cartographie du bruit et l’inventaire des points noirs des transports terrestres, un protocole d’accord a été signé avec le centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et la direction régionale de l’équipement de l’Île de France (Dreif). La visualisation des paysages en images de synthèse sera réalisée au moyen d’un logiciel développé avec le Cirad, GVA et JMG Graphics. La cartographie de la pollution automobile est réalisée avec Siria Technologies, l’école centrale de Nantes et le Cerma. Un logiciel permettant d’évaluer les indemnisations des riverains des aéroports pour des travaux d’insonorisation est réalisé à la demande de l’Ademe. Il sera bientôt possible d’évaluer, à partir de la BD TOPO , la population et les biens situés à l’intérieur d’une zone quelconque touchée par une pollution ou un risque. ■ 11

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :