IESF Magazine n°5 oct/nov/déc 2019
IESF Magazine n°5 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (211 x 298) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 56,6 Mo

  • Dans ce numéro : Louis Pouzin, l'un des pères d'Internet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
DOSSIER Pouvez-vous nous rappeler les missions de l’Académie des Technologies ? L’Académie des Technologies, sur un périmètre national et régional, a diverses missions complémentaires dont  : La promotion et la défense de la technologie face à un déficit d’image et des réticences du grand public qui tend à avoir une crainte exagérée des technologies ; L’évaluation des technologies et de leur impact sur un plan technique, social et sociétal. Dans ce cadre, nous évaluons, par exemple, l’impact 42 RÉGION PROVENCE Revaloriser la technologie et les sciences Bernard Tramier, délégué territorial de l’Académie des Technologies pour le Sud-Est (Auvergne Rhône Alpes, PACA et Corse), nous en dit plus sur cette entité et son rôle dans la région Provence. Dans les métiers des technologies, il existe un manque réel de jeunes talents. des antennes relais téléphoniques, des produits chimiques, l’impact des OGM sur la santé ou encore l’impact des technologies de manière générale sur l’emploi. Sur le territoire national, il y a en tout 4 délégations territoriales. À la tête de la délégation du Sud-Est, j’ai la responsabilité d’animer notre communauté sur ce périmètre, de créer des opportunités de rencontres entre les différentes parties prenantes, d’accroître la visibilité de l’Académie des Technologies. Nos actions et initiatives dépassent souvent le cadre national. Nous avons, en effet, noué des partenariats avec des organisations semblables en Europe et dans le monde entier. L’idée est de ne pas se contenter uniquement de ce qui se passe en France, mais de rester ouvert sur le monde. Actuellement, quels sont les principaux sujets autour desquels l’Académie des Technologies travaille ? Il n’y a pas de spécificités par délégation. Si chaque région dispose d’une culture et d’une histoire technologique, technique et industrielle différentes, elles sont mobilisées sur des sujets qui nous concernent tous. Ainsi actuellement, nous travaillons
La 3 e édition des Convention & Grands Prix de l’Académie des Technologies se tiendra à la Maison de la Chimie à Paris. beaucoup sur l’industrie du futur, une problématique d’ordre national. À cela s’ajoute un travail de fond pour promouvoir et valoriser les métiers techniques et technologiques qui souffrent d’une véritable pénurie de compétences et de candidats. Dans ce cadre, nous essayons aussi d’intéresser les jeunes aux formations techniques et technologiques en alternance. Pouvez-vous nous donner des exemples d’initiatives et de partenariats dans ce cadre ? Nous avons des partenariats avec des industriels et des institutions nationales comme les ministères en charge de l’emploi, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous collaborons aussi avec les pôles de compétitivité comme avec la ville d’Oyonnax où il y a une forte activité en plasturgie. Prochainement va se tenir à Marseille un colloque sur deux jours autour des technologies et de la mer. Une visite à Arles est aussi programmée pour voir le lien entre les technologies et l’archéologie. Nous travaillons avec les universités, les écoles et les académies nationales. Nous collaborons ainsi de manière significative avec l’Académie des Sciences, des Arts et des Lettres de Marseille. Et bien évidemment, nous avons des partenariats avec IESF. A l‘époque où j’étais président d’IESF pour la région, en collaboration avec l’Académie des Sciences, des Arts et des Lettres de Marseille, nous avons lancé le prix Henri Fabre décerné chaque année à une personne de la région ayant concrétisé une innovation technologique. Quels sont vos perspectives et vos enjeux ? Plus que jamais, notre principal défi reste de valoriser l’image et la perception des technologies par le grand public. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à toute sorte d’objections Séance publique sur l’apport des bioressources et des biotechnologies à la chimie, la santé, la cosmétique et l’agriculture. UcLy, Lyon, Septembre 2018. RÉGION PROVENCE DOSSIER L’éthique est naturellement au centre de la réflexion et de l’action de l’Académie des Technologies. concernant les évolutions technologiques qui, très souvent, n’ont pas de justifications réelles. Il est impératif de revaloriser l’image de la technologie, car elle joue un rôle essentiel pour le développement du pays. Par exemple, la lutte contre le réchauffement climatique ne pourra pas se faire sans l’apport des technologies. Cela passe aussi par la promotion de la technologie, des techniques et de leurs métiers auprès des jeunes. Contrairement à nos voisins européens, notamment l’Allemagne, très peu de jeunes s’orientent vers ces métiers où il y a un réel manque de jeunes talents et compétences. D’ailleurs, c’est aussi un moyen de créer de l’emploi. Bio Express Diplômé d’INSA Lyon et d’IP- SOI Marseille, Bernard Tramier est aussi docteur d’État en sciences physiques. Il a été élu à l’Académie des Technologies en 2009 et est le délégué territorial pour la région Sud-Est. Il a également été Administrateur délégué de la Fondation Total pour la biodiversité de la mer et Président de l'union régionale des Ingénieurs et Scientifiques de Provence. 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :