IESF Magazine n°5 oct/nov/déc 2019
IESF Magazine n°5 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (211 x 298) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 56,6 Mo

  • Dans ce numéro : Louis Pouzin, l'un des pères d'Internet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
PORTRAIT DR Louis Pouzin l’un des inventeurs d’Internet Reconnu comme l’un des pères d’Internet, Louis Pouzin (X 50) est un passionné de réseaux. Créateur du réseau Cyclades, il défend aujourd’hui une nouvelle architecture pour l’internet  : RINA. Lors d’un entretien dans les bureaux d’IESF, il a répondu aux questions de Jean Dambreville, Délégué Général, et Christophe Dubois-Damien, Président du Comité Économie. Devenir ingénieur était-il un rêve d’enfant ? Je dirais que c’est ma mère qui en a décidé ainsi. Mon grand-père, qu’elle adorait, lui avait dit en parlant de moi  : « Il est intelligent ce petit, il faudra lui faire faire des études ! » Elle m’a donc envoyé au collège et comme j’avais de bonnes notes, j’ai poursuivi mes études. J’ai été élevé dans une scierie à la campagne. J’étais habitué aux travaux manuels mais je n’avais aucune idée de ce qu’était le métier d’ingénieur. J’ai été admis à Polytechnique sans savoir du tout ce que je voulais faire. J’ai ensuite commencé à travailler pour la Compagnie Industrielle des Téléphone (CIT), parrainé par un ancien élève, le Capitaine Bougé (X 47). Photo officielle de Louis Pouzin à son entrée à l’X en 1950. 16 L’INGÉNIEUR À LA UNE Erwan Floch
MIT Louis au MIT pendant la création de Shell-Multics en 1964-65. Vous êtes souvent cité comme l’une des personnes qui ont permis l’avènement de l’internet tel qu’on le connaît aujourd’hui. Pouvez-vous nous expliquer l’apport spécifique de vos travaux ? Le professeur Corbató du MIT m’a proposé un poste aux Etats-Unis de programmeur système. En 1964, nous avons créé CTSS, l’un des tous premiers systèmes d’exploitation en temps partagé. Des développements stratégiques m’ont été confiés et j’ai participé à la conception du successeur de CTSS, le système d’exploitation Multics, souvent utilisé pour expliquer comment fonctionnerait une machine du futur avec une nouvelle gestion de la mémoire. En 1965, j’ai développé le programme RUN- COM, un « interpréteur » permettant d’exécuter des commandes contenues dans un fichier et rendant possible la substitution de paramètres. J’ai baptisé cette technique inédite consistant à utiliser des commandes comme un langage de programmation le « shell » devenu plus tard le Shell-Multics. Revenu en France, la direction de Bull m’a proposé de prendre en charge le développement d’un système d’exploitation à temps partagé et de logiciels pour le GE 600 destinés à être utilisés par l’ancêtre de Météo France, la Direction de la Météorologie Nationale (DMN). En quelques mois, j’ai conçu avec mon équipe un OS en temps partagé permettant au GE 600 d’indiquer des prévisions à court moyen et long terme, et cela en temps voulu ! Six mois plus tard, General Electrics a décidé de stopper la commercialisation de cette machine en Europe car elle ne leur rapportait pas assez. J’ai alors quitté BULL pour un sous-traitant de la DMN. Un appel d’offre a « Cyclades a été le premier réseau à fonctionner sur un principe d’indépendance des paquets » été lancé qui a abouti à la commande d’un Control Data. Je me suis alors retrouvé à la tête d’une équipe de 5 informaticiens. Après deux ans de travail, nous avons créé « Meteos », un système de temps partagé adapté à la prévision du temps. La Météorologie Nationale a utilisé ce logiciel pendant plus d’une quinzaine d’années ! L’INGÉNIEUR À LA UNE PORTRAIT Les responsables de la Khômiss 50 de l’X. Quel est l’élément de votre carrière dont vous êtes le plus fier ? Sans aucun doute le réseau Cyclades ! J’ai conçu et dirigé ce projet pilote en 1971 à la suite des demandes du gouvernement français de l’époque. Cyclades a été le premier réseau à fonctionner sur un principe d’indépendance des paquets. Nommé datagramme, cette découverte a été implantée dans l’ancêtre du TCP/IP par Vinton Cerf et Robert E. Kahn. Quand Pompidou est mort, il y a eu bien sûr un changement de décor avec une nouvelle équipe gouvernementale et la délégation informatique a été supprimée. DISTINCTIONS Parmi ses nombreux prix à l’étranger, Louis Pouzin a reçu le premier « Queen Elizabeth Prize for Engineering » en 2013, un Lovie Award (jury européen) à Londres en 2015. Il a également été nommé homme numérique de l’année en 2016 en Arménie et en 2019 au Computer History Museum en Californie. 17 DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :