IESF Magazine n°4 avr à sep 2019
IESF Magazine n°4 avr à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de avr à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : face aux enjeux incontournable de l'innovation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ASSOCIATION L’INNOVATION dans le génie civil par la recherche collaborative Infrastructures et réseaux sont des composantes indispensables des modes de fonctionnement des sociétés contemporaines. Ils sont aujourd’hui confrontés, dans un pays comme le nôtre déjà largement équipé, à trois défis majeurs  : le défi de la transition écologique et énergétique pour faire des « infrastructures plus vertes » ; le défi de la transition numérique pour faire des « infrastructures plus connectées » ; le défi de la contrainte économique dans l’équité sociale pour faire des « infrastructures plus résilientes et plus acceptées ». Il y a plus d’un siècle que l’on construit des infrastructures et ouvrages en béton ou en acier et que l’on couvre les routes et les rues d’enrobés bitumineux. Pour autant, sous des vocables qui n’ont pas changé, ce sont des matériaux qui ont fortement évolué dans le temps, qu’il s’agisse de leurs performances techniques, de leurs performances environnementales, en termes d’impacts sur les ressources naturelles et, maintenant, sur la production de gaz à effet de serre, ou de leurs performances économiques, dans un souci d’optimisation des coûts sur leur cycle de vie complet. 8 NOTRE ANALYSE Il convient par ailleurs de souligner qu’une grande durée de vie est attendue des ouvrages de génie civil, d’une vingtaine d’années pour les chaussées à une centaine d’années pour les ouvrages d’art. L’évolution dans le temps des performances des matériaux et des structures, ce que l’on appelle leur durabilité, est donc essentielle. Les acteurs de la construction font l’analyse que les réponses à ces défis ont besoin d’innovations riches et diversifiées, même si ces réponses ne sauraient reposer uniquement sur la mise en œuvre de technologies performantes. La multiplicité Infrastructures et réseaux dans leurs différentes formes. des intervenants, et notamment des maîtres d’ouvrage, amène également à considérer que le développement d’une recherche collaborative, associant le maximum d’acteurs, est un élément important. Cette recherche collaborative est développée notamment dans le cadre "Les acteurs de la construction font l’analyse que les réponses à ces défis ont besoin d’innovations riches et diversifiées"
"Le développement d’une recherche collaborative, associant le maximum d’acteurs, est un élément important" des Projets Nationaux, labellisés par l’Etat (Comité d’Orientation de la Recherche Appliquée en Génie Civil animé par le Ministère de la transition écologique et solidaire) et montés et coordonnés par l’association IREX (Institut pour la Recherche appliquée et l’Expérimentation en génie civil). Chaque projet réunit de 30 à 60 partenaires, dure 4 ou 5 ans et mobilise un budget de l’ordre de 3 à 5 M € . Ces projets, dans lesquels sont mis en œuvre à la fois des travaux scientifiques de laboratoire, des modélisations numériques et des démonstrateurs de terrain, se donnent pour objectifs d’aboutir à des résultats directement opérationnels, qui sont donc, à court terme, susceptibles d’être appliqués aux infrastructures existantes ou à construire. Les exemples ci-dessous illustrent la diversité des sujets traités dans le cadre de projets nationaux mais aussi leurs enjeux pour l’évolution du secteur  : le développement du recyclage dans la construction et la maintenance lourde des infrastructures  : le projet Recybéton pour le recyclage des produits de démolition de constructions en béton pour fabriquer de nouveaux bétons ; le projet Mure sur le recyclage multiple des enrobés de chaussées ; dans les deux cas, la démonstration est faite que des taux de recyclages très élevés sont possibles ; l’amélioration de la protection des infrastructures contre les risques naturels, avec le projet C2ROP (Chutes de blocs, risques rocheux et ouvrages de protection) ; le renforcement de l’efficacité des politiques d’entretien des réseaux routiers, avec le projet DVDC (Durée de Vie Des Chaussées) ; le développement de la modélisation des données (BIM - Building Information Modelling) pour accélérer la transition numérique des infrastructures, dans le cadre du projet MINnD (Modélisation des informations interopérables pour les infrastructures durables), qu’il s’agisse de routes, de voies ferrées, d’ouvrages d’art ou de travaux souterrains, dans toutes leurs dimensions. Un maître d’ouvrage (SNCF Réseau) et quatre entreprises (Colas, Eiffage, Eurovia, Vinci construction) ont créé, à la fin 2017, la « Fondation d’entreprise recherche collective pour la construction et les infrastructures » (FEREC – www.fondation-ferec.fr), dont les interventions doivent permettre de déclencher et de soutenir des actions de recherche et d’innovation collectives avec un fort effet de levier, démultipliant les moyens qu’elle peut mettre. La fondation se propose de lancer un appel à projets chaque année. Le premier d’entre eux, lancé en 2018, a eu pour thème « Des innovations numériques Illustration du BIM pour les infrastructures. NOTRE ANALYSE L’IREX en bref L’Institut pour la recherche appliquée et l’expérimentation en génie civil (IREX) est une association créée en 1989 qui a pour objectif de contribuer au montage de projets de recherche collaborative, de coordonner leur réalisation et de valoriser leurs résultats. L’Etat mais aussi les maîtres d’ouvrages, les entreprises de construction, les producteurs de matériaux, les sociétés d’ingénierie, les universités et les organismes de recherche, publics ou privés, se retrouvent dans l’IREX et dans les projets nationaux. Quelques éléments clefs de l’activité de l’IREX en 2018  : www.irex.asso.fr pour la conception, la construction, l’évaluation et la maintenance des infrastructures »  : neuf projets ont été retenus et financés pour une action d’une durée d’un an. Par ailleurs, les quatre clusters dans le domaine de la construction (CREA- Hd en Nouvelle Aquitaine ; Eco-chantier en Bourgogne - Franche-Comté ; Indura en Auvergne-Rhône-Alpes ; Novabuild en Pays de Loire) et l’IREX viennent de créer le « hub de compétitivité pour l’aménagement et les infrastructures Innov’Infra » dans le but d’harmoniser, consolider et rendre plus visibles leurs actions. Jacques Roudier Président de l’IREX et membre du comité génie civil et bâtiment d’IESF ASSOCIATION 9 JR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :