IESF Magazine n°4 avr à sep 2019
IESF Magazine n°4 avr à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de avr à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : face aux enjeux incontournable de l'innovation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
DOSSIER L’enjeu est de rénover d’ici à 2050, plus de 930 millions de m² chauffés, et de parvenir à réduire de 60% la consommation d’énergie finale par rapport au niveau de 2010. Le Parc tertiaire public représente 37% du Parc tertiaire. Il fait l’objet de contrats spécifiques, les Contrats de Performance Énergétique (CPE). Le Parc neuf  : vers le bâtiment durable (horizon 2018 - 2020) La construction neuve, bâtiments résidentiels et tertiaires, obéit aujourd’hui à la Réglementation Thermique, dite RT 2012, visée à l’article 4 de la loi Grenelle du 1er d’aout 2009. Elle est la suite logique des premières mesures prises en 1979, après le second choc pétrolier. Elle s’inscrit initialement dans une politique mondiale qui a pour acte fondateur le Protocole de Kyoto (2005), complété par le protocole de Paris publié en 2016 lors de la COP 21. En se dotant de cette réglementation, la France s’est positionnée parmi les pays les plus ambitieux en matière de performance énergétique des constructions neuves. La RT 2012 vise à améliorer la consommation d’énergie des bâtiments en fixant une limite maximale. En même temps que quelques exigences de moyens avec comme objectif de réduire la consommation d’énergie, elle exprime une exigence 26 BTP ET GÉNIE CIVIL (2) Les aides financières de résultats mesurée à l’aide de trois coefficients  : Le coefficient Bbio rend compte de la qualité de la conception et de l’isolation du bâtiment, indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre, le système de chauffage en particulier, Le coefficient Cep prend en compte les systèmes énergétiques (chauffage, eau chaude, refroidissement et éclairage) et exprime un seuil d’énergie primaire, 50kWhEP/m 2/an, pour limiter les consommations d’énergie, Le coefficient Tic vise à limiter à la fois l’inconfort d’été et le recours à la climatisation. La RT 2012 est un outil réglementaire efficace pour mise en œuvre des principes du Plan Bâtiment durable. Cependant, ciblée sur la consommation d’énergie, elle ne prend pas en compte l’empreinte carbone du bâtiment neuf lors de son cycle de vie. D’où l’idée de l’expérimentation Énergie positive & Sobriété Carbone "La France s’est positionnée parmi les pays les plus ambitieux en matière de performance énergétique des constructions neuves" Figure 4  : évolution de la réglementation thermique depuis le protocole de KYOTO. Répertoriées par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (source  : ADEME)  : Les aides de l’ANAH  : le programme « Habiter mieux » L’Eco-prêt à taux zéro PTZ Les aides des fournisseurs d’énergie  : dispositif des certificats d’énergie CEE (loi POPE) La TVA à taux réduit Le crédit impôt pour la transition énergétique CITE L’exonération de la taxe foncière Le chèque énergie Les aides des collectivités territoriales E + C -, lancée fin 2016, pour tester de nouveaux niveaux de performance énergétique (Bâtiments à énergie positive BEPOS), connaître la sobriété carbone sur l’ensemble du cycle de vie des bâtiments et vérifier la faisabilité technico-économiques de ces solutions pour la Réglementation Environnementale RE 2020 qui
Visuel 1  : "Impression 3D" d'une maison expérimentale à Nantes à l'aide d'un robot mobile. se substituera prochainement à la RT 2012. La profession et son adaptation Face aux nouveaux défis posés par les exigences de la Règlementation Thermique qui évolue en même temps que les aides, les professionnels et ingénieurs recherchent des solutions alliant respect des normes, durabilité, maîtrise des coûts et facilité d'application. L’adaptation des professionnels est d’autant plus nécessaire que se développe aujourd’hui, le numérique avec le BIM (Building Information Management) associé à la maquette numérique et demain, « l’impression 3D » des éléments de construction qui ont fait déjà l’objet d’expérimentations probantes dans le BTP (visuels 1 et 2). Cette évolution suppose que des dispositifs adaptés soient proposés aux acteurs. C’est tout l’enjeu de la mention « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE) qui permet aux artisans de valoriser leur savoir-faire dans les domaines énergétiques et de la « Formation aux Économies des Entreprises du Bâtiment » (FEE Bat) rassemblant des ressources pédagogiques à intégrer dans les cursus de formation initiale y compris la formation des enseignants sur les sujets relatifs à la rénovation énergétique et aux énergies renouvelables. En même temps le Réseau Bâtiment Durable auquel l’ADEME et le Plan Développement durable sont associés permet de faciliter les synergies et la mutualisation entre professionnels grâce aux 24 centres de ressources et clusters régionaux. "La RT 2012 vise à améliorer la consommation d’énergie des bâtiments en fixant une limite maximale" BTP ET GÉNIE CIVIL DOSSIER Visuel 2  : Maison terminée en mars 2018. Un suivi attentif de l’ensemble de ces dispositifs par le Plan Bâtiment Durable est nécessaire pour vérifier leur efficacité et s’assurer que les réglementations sont assimilées et suivies à tous les niveaux des professions du BTP. Jean-François Coste Membre du Comité Génie Civil et Bâtiment d’IESF 1 Énergie livrée au consommateur pour sa propre consommation. 2 Énergie disponible dans l’environnement et directement exploitable comme le pétrole ou le gaz naturel par opposition à l’énergie électrique. 27 TICA Architectes & Urbanistes Nantes, Charles Coiffier TICA Architectes & Urbanistes Nantes, Charles Coiffier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :