IESF Magazine n°3 jan/fév/mar 2019
IESF Magazine n°3 jan/fév/mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jan/fév/mar 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,9 Mo

  • Dans ce numéro : aéronautique, un secteur vigoureux et plein d'avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
DOSSIER Focus sur la DIGITALISATION du ministère des Armées Arnaud Reichart, ancien Directeur des Systèmes d’Information au sein de la DIRISI, revient sur la digitalisation du ministère des Armées avec un focus sur l’axe de la cybersécurité. Quels sont les objectifs de cette digitalisation du ministère ? Trois objectifs stratégiques ont été fixés  : - Garantir la supériorité opérationnelle et la maîtrise de l’information sur les théâtres des opérations ; - Renforcer l’efficience des soutiens et faciliter le quotidien des personnels ; - Améliorer la relation au citoyen et l’attractivité du ministère. Plus précisément, l’ambition numérique exprimée par le ministère est explicitée dans le Schéma Directeur de la transformation numérique (SDNUN) dans le but de faire converger vers un objectif commun l’ensemble de nos métiers. Comment ce Schéma Directeur impacte-til les objectifs métiers dans le cadre de cette transformation numérique ? Concrètement, il s’agit de  : - Poursuivre la numérisation du champ de bataille ; - Renforcer et industrialiser les capacités de cyberdéfense au profit "L’ambition numérique exprimée par le ministère est explicitée dans le Schéma Directeur de la transformation numérique (SDNUN) dans le but de faire converger vers un objectif commun l’ensemble de nos métiers." 38 NUMÉRIQUE ET CYBERSÉCURITÉ de l’ensemble du ministère ; - Fiabiliser les décisions et en raccourcir les délais via les solutions numériques ; - Exploiter le levier numérique pour moderniser les dispositifs de préparation des forces et de formation du personnel ; - Ouvrir et valoriser les données au profit des opérations et du soutien ; - Simplifier l’échange d’information et favoriser la mise en réseau du personnel ; - Proposer des services accessibles en mobilité ; - Numériser et faire évoluer les démarches et les services usagers ainsi que les processus métiers. Ces objectifs métiers couvrent ainsi différents axes dont les principaux sont l’innovation numérique, l’ouverture des données, l’acculturation numérique, le socle des systèmes d’information, ainsi que la veille technologique.
"Dans le domaine de la cybersécurité et dans une logique de modernisation avec l’ouverture de nouveaux réseaux, la DIRISI joue un rôle de bouclier. " Qu’en est-il du rôle de la Direction Interarmées des Réseaux d’Infrastructures et des Systèmes d’Information ? La DIRISI met en œuvre des moyens techniques diversifiés  : satellites, câbles, téléphones portables, calculateurs de traitement des données, datacenter, stations de travail… Dans ce cadre, elle participe à la résilience notamment en termes de sécurité et de sûreté de l’État, de l’accompagnement de la transformation du ministère et de son fonctionnement au quotidien. Sur le plan opérationnel, la DIRISI joue donc un rôle fondamental dans cet environnement. En appui des La DIRISI en bref opérations, elle raccorde les forces aux infrastructures métropolitaines via des réseaux d’élongations, elle délivre l’ensemble des ressources nécessaires, et elle garantit la cohérence d’ensemble de l’architecture déployée, dont elle a une vision globale. Qu’en est-il de la dimension cybersécurité ? Dans le domaine de la cybersécurité et dans une logique de modernisation avec l’ouverture de nouveaux réseaux, la DIRISI joue un rôle de bouclier. En effet, la DIRISI est face à la nécessité de contrôler et surveiller les flux. En quelque sorte, elle doit La DIRISI est l’opérateur numérique du ministre des armées. Ses principales missions sont d’assurer le fonctionnement des moyens numériques, de garantir la maîtrise de la composante SIC des opérations et d’appuyer la transformation numérique du ministère. NUMÉRIQUE ET CYBERSÉCURITÉ DOSSIER Florence Parly, Ministre des Armées, et Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé du numérique, à la Direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information (DIRISI) de la défense. gérer les « autoroutes de l’information » sur lesquelles elle doit garantir la sécurité et filtrer les entrées. Elle opère donc en permanence 117 systèmes d’information et en héberge plus d’un millier pour plus de 300 000 terminaux connectés. C’est aussi plus de 200 projets pilotés en complément de l’appui apporté aux programmes d’armement SIC auxquels s’ajoutent 150 exercices, 80 nouvelles architectures et 4 théâtres d’opérations par an. La DIRISI est l’acteur SIC qui garantit le fonctionnement courant du ministère et soutient toutes les opérations militaires. Elle doit donc être en mesure de se protéger efficacement contre la cyber conflictualité. Concrètement, la stratégie de cybersécurité de la DIRISI s’articule autour de trois axes  : la mise en place de barrière de protection robuste ; la mise en place et l’adaptation continuelle de stratégies de détection d’attaques ; et, la capacité de réaction aux attaques. Enfin pour mener à bien ses missions, la DIRISI a besoin de pouvoir compter sur des ressources et des compétences expertes. 39 ECPAD



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :