IESF Magazine n°3 jan/fév/mar 2019
IESF Magazine n°3 jan/fév/mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jan/fév/mar 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,9 Mo

  • Dans ce numéro : aéronautique, un secteur vigoureux et plein d'avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
DOSSIER sociétés de service pour les passagers, les avions, le fret et la poste, et bien d’autres bureaux, hôtels, entreprises, commerces, etc. qui trouvent intérêt à cette localisation « aux frontières ». L’aéroport devient une destination en soi, ce qui lui confère un « ancrage local » important  : il n’est plus considéré par le voisinage comme un centre de nuisances réservé à des « étrangers », mais comme une cité source de richesses et d’emplois, ce qui facilite son acceptation locale. Ainsi, le site de Roissy/CDG, 3300 hectares, génère plus de 100 000 emplois directs sur place alors qu’il était presque désert il y a 50 ans. Ces « cités aéroportuaires », créatrices de richesses locales durables, continueront à se développer. Le projet d’une troisième piste à London Heathrow. 30 AÉRONAUTIQUE "La plupart des aéroports du futur seront les 500 grands aéroports actuels fortement réaménagés." Aéroports du futur, 4 grands défis à relever La maîtrise des nuisances autour de l’aéroport Les avions seront de moins en moins bruyants et les procédures d’approches aériennes plus efficaces avec la procédure de descente continue. Les plans d’urbanisme des communes alentour devront ensuite permettre le développement raisonnable de l’aéroport, avec des zones tampons donnant droit, pour les habitations préexistantes, à une indemnisation destinée à leur insonorisation ou à leur rachat. Enfin, pour diminuer la pollution de l’air, les moteurs d’avion (de plus en plus « économes ») resteront éteints aussi longtemps que possible et la majorité des roulements se fera grâce à leurs roulettes à moteur électrique ou avec des tracteurs automatiques électriques. Les bâtiments seront bien sûr bien isolés et chauffés sans émission de gaz à effet de serre. La sûreté et le contrôle aux frontières La prévention contre les malveillances y compris la cyber-sécurité est devenue essentielle et occasionne aujourd’hui une perte de temps et de confort pour les passagers. Les dispositifs mis en place dans les aérogares pour la sûreté ont entraîné un besoin de surface supplémentaire de plus de 15% par passager entre 2000 Plan masse d’Atanta et d’Heathrow. et 2010 ! Et cela continue… Avec les contrôles biométriques et des couloirs équipés de grands scanners très fiables où les passagers défileront avec leurs bagages, il ne devrait plus y avoir de file d’attente dans les aéroports du futur. L’information personnalisée des passagers Le téléphone portable sera l’outil n°1 du personnel et des passagers. Les bagages Beaucoup d’aérogares existantes manquent cruellement de place pour améliorer la situation et respecter les nouvelles normes de sûreté. L’objectif est la livraison des bagages 20 minutes après l’arrivée de l’avion à son poste pour les passagers à destination, et 40 minutes entre les soutes des avions pour les bagages en correspondance, sans erreurs d’acheminement (souvent inférieur à 2% actuellement). L’aéroport du futur utilisera systématiquement le même système de repérage de chaque bagage dans tous les aéroports (comme cela est déjà le cas pour les conteneurs dans le transport maritime) avec par exemple des puces RFID dans toutes les valises et les sacs de voyage. Il y aura aussi des aides mécaniques à la manutention des bagages. On pourrait aussi changer radicalement le processus en encourageant le passager à porter lui-même ses bagages au plus proche de l’avion, voire dans l’avion… Cela demanderait de la place dans la cabine, mais aussi dans les aérogares pour permettre aux passagers qui le souhaitent une aide à leur manutention. Cette simplification radicale a eu lieu il y a un siècle pour le chemin de fer !
Il est aussi possible que la généralisation d’un service un peu décalé de collecte et de livraison à domicile des bagages (type « Amazon ») voie le jour et simplifie beaucoup l’aéroport du futur. Vers des aéroports rénovés, définitivement plus modernes La plupart des aéroports du futur seront les 500 grands aéroports actuels fortement réaménagés et moins de 100 nouvelles plateformes existeront d’ici 2060. En voici quelques exemples  : - le nouvel aéroport de Pékin-Daxing s’ajoutera en 2019 à Pékin-Capital, devenu aujourd’hui l’aéroport le plus L'aéroport de Hong-Kong a été entièrement gagné sur la mer. L'extension prochaine pour la troisième piste et le futur terminal de 70 Mpax sera également gagné sur la mer (+650 ha). Plan masse du nouvel aéroport d’Istanbul qui aura une capacité de 200 Mpax à terme avec 6 pistes ! En bleu, le premier Terminal qui vient d’entrer en service. AÉRONAUTIQUE DOSSIER "L’aéroport du futur sera bien fréquenté car le coût du billet d’avion restera raisonnable grâce aux progrès de productivité des avionneurs et des compagnies aériennes. " fréquenté du monde, devant Atlanta encore leader en 2017 avec 104 millions de passagers (Mpax). - le nouvel aéroport d’Istanbul remplacera l’actuel aéroport Atatürk. Sa capacité potentielle à terme de 200 Mpax/an est comparable à celle prévue pour l’aéroport Al Maktoum, deuxième aéroport de Dubaï en construction à Djebel-Ali, ce qui en ferait le plus fréquenté du monde s’il était utilisé à plein ! A Paris, ADP va construire le Terminal 4 à l’intérieur du périmètre actuel de CDG ; il devra ouvrir pour les JO de 2024 avec une capacité à terme de 40 Mpax, soit 120 Mpax pour l’ensemble de l’aéroport Paris-CDG. L’aéroport du futur sera bien fréquenté car le coût du billet d’avion restera raisonnable grâce aux progrès de productivité des avionneurs et des compagnies aériennes, malgré le coût de l’énergie qui pourrait tripler et représenter 6c$/km, soit la moitié du prix moyen futur du billet, 12c$/km (10c aujourd’hui)… Bio Express Ancien DGA d’Aéroports de Paris et Président d’ADPI, société d’ingénierie qui étudie et construit des aéroports dans le monde entier, Marc Noyelle (X, Ponts et Chaussées) a exercé sa carrière dans les domaines des Transports, de l’Energie, et de l’Environnement. 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :