IESF Magazine n°2 jui à déc 2018
IESF Magazine n°2 jui à déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui à déc 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 31,5 Mo

  • Dans ce numéro : refonder la mobilité avec les technologies.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
En France, hormis pour un cercle restreint d’initiés, la perception du brevet est souvent caricaturale  : consécration d’un gadget présenté par un inventeur plus ou moins loufoque au Concours Lépine, objet d’arguties juridiques ou de batailles financières surréalistes, source d’espoirs utopiques d’élimination de toute concurrence... Les plus réalistes auront une impression désabusée  : « nos brevets ne nous servent à rien… mais ceux de nos concurrents nous empoisonnent la vie ». 1 Vers un renforcement de la propriété industrielle Les entreprises chinoises maîtrisent à présent parfaitement cet outil pour conforter leur pérennité et leur développement. Le gouvernement chinois soutient les déposants pour en faire un instrument de conquête internationale. Les principaux offices (australien, européen, japonais, NOTRE ANALYSE L’ingénieur français accorde-t’il une attention suffi sante aux brevets ? Dans la plupart des pays de forte ambition industrielle tels que l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Japon et depuis une dizaine d’années la Chine, les ingénieurs partagent une culture volontariste et assumée du brevet. ASSOCIATION américain) augmentent leur niveau d’exigences pour répondre à un certain laxisme qui conduisait dans les années 2000 à la délivrance de brevets de qualité médiocre. En Europe, après 40 ans de tergiversations, une juridiction unifiée des brevets est sur le point d’aboutir. Seul le Brexit crée encore une incertitude quant à l’entrée en vigueur effective. Même en France, les parlementaires ont décidé, dans le cadre du projet de loi PACTE, de mettre fin à la délivrance d’un brevet sans examen et sans opposition, au profit d’un « brevet fort » accordé par une pro- 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :