IESF Magazine n°1 avr/mai/jun 2018
IESF Magazine n°1 avr/mai/jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de avr/mai/jun 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (211 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 41,7 Mo

  • Dans ce numéro : IESF, son histoire, ses missions et ses actions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
DOSSIER Focus sur les énergies renouvelables Quelle place les énergies renouvelables occupent-elles aujourd’hui en France ? Elles y sont déjà très présentes  : le bois de chauffage est le plus important avec plus de 40% du total ; suivent l’hydraulique produisant de l’électricité, les biocarburants et la biomasse, hors bois, basée sur les déchets organiques et la méthanisation produisant du gaz, les pompes à chaleur et la géothermie et, bien sûr, l’éolien pour 6% et le 40 ÉNERGIE Les énergies renouvelables intermittentes fascinent le monde. Elles n’occupent cependant encore qu’une place mineure, en France en particulier, mais sont considérées comme l’arme essentielle de la lutte contre le dérèglement climatique. Rencontre avec Bruno Wiltz, ancien président du Comité Énergie d’IESF. solaire pour 1,4% produisant de l’électricité, mais intermittentes. Toutes ces énergies ont un potentiel de développement parfois élevé, dont bois, biomasse, pompes à chaleur, insuffisamment pris en compte pour les énergies « pilotables ». L’éolien et le solaire ont probablement le potentiel le plus élevé, mais leur intermittence entraîne de nombreux inconvénients et ne conduisent qu’à l’électricité. Or la France produit celle-ci très majoritairement avec le nucléaire, depuis bientôt 40 ans, et sans émissions de CO 2 ; c’est donc une électricité très propre et très sûre. Pour elle-même, la France n’a donc pas techniquement besoin des énergies intermittentes. Aujourd’hui, quelles sont les principales alternatives ? Les inconvénients des énergies intermittentes sont non seulement leur prévisibilité limitée, mais aussi leur très grande variation entraînant alternativement excès et manque, alors que les technologies de stockages ne répondent pas aux besoins ; ces variations entraînent la
"Pour elle-même, la France n’a donc pas techniquement besoin des énergies intermittentes" création de capacités de productions très réactives comme des centrales au gaz, émetteurs de CO 2. Leur développement en France est donc contraire aux objectifs prioritaires. Le taux de marche de ces énergies est faible  : 12% pour le solaire, 24% pour l’éolien ; il entraîne donc des surcapacités énormes, expliquant ces variations, très mal maitrisées au niveau européen. On peut également souligner leur durée de vie faible. La technologie a permis d’obtenir des baisses de coûts de production significatifs, mais les inconvénients précédents entraînent des coûts « complets » très élevés, de sorte que le prix aux particuliers augmente significativement  : en Allemagne, le seul surcoût, affectant toute la consommation, mais créée par moins de 20% d’électricité intermittente, est de l’ordre de deux fois le prix de gros sur le marché européen… ! Ce prix de gros diminue ÉNERGIE DOSSIER continuellement sous l’effet des surcapacités installées, éloignant de plus en plus le seuil de rentabilité des opérateurs ; le prix de production ne compte plus que 12% du prix payé par les particuliers - 24% en France. Qu’en est-il des enjeux ? Les IESF ont une approche très volontariste dans la lutte contre le dérèglement climatique. Ils prônent la cohérence des décisions par rapport à la priorité affirmée de l’objectif de réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, dont le CO 2, ainsi que la transparence réelle des enjeux économiques. La France, et dans une moindre mesure l’Europe, sont relativement peu émetteurs de ces gaz ; être exemplaire est une chose, mais il s’agit d’un problème mondial ; il faut donc éviter que ce positionnement nuise à notre compétitivité. 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :