IESF Magazine n°1 avr/mai/jun 2018
IESF Magazine n°1 avr/mai/jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de avr/mai/jun 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Ingénieurs et Scientifiques de France

  • Format : (211 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 41,7 Mo

  • Dans ce numéro : IESF, son histoire, ses missions et ses actions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
ASSOCIATION La représentativité de cette enquête est sans égal ; elle fait un vaste tour d’horizon de la situation des ingénieurs en activité ou retraités. Cette enquête est devenue au fil du temps la référence en France pour l’analyse de la situation et du parcours professionnel des ingénieurs. Depuis 2017, l’enquête s’adresse aussi aux scientifiques (Bac +5 et plus) mais le faible taux de participation de cette population (non structurée à ce jour en Alumni comme les ingénieurs) ne permet pas encore de tirer des informations fiables. L’enquête est réalisée en toute confidentialité, il est donc nécessaire de 18 ENQUÊTE 29ème enquête nationale Depuis plus de 40 ans, IESF réalise une enquête socio-professionnelle sur la situation des ingénieurs. Initialement réalisée tous les deux ans, voilà maintenant une dizaine d’année que l’Observatoire des Ingénieurs l’effectue chaque début d’année. En 2018, il s’agit de la 29 ème édition. disposer d’un certain nombre d’informations pour caractériser chaque répondant (école de formation, sexe, âge…). Sans ces informations, le questionnaire est jugé non valide et n’entre pas dans les analyses. Chaque année environ 10% des questionnaires sont invalides. Un contenu d’actualité Un certain nombre de rubriques « traditionnelles » portant sur la formation, l'emploi, l'innovation, la rémunération et la motivation forme le socle commun. Des questions spécifiques sont posées en fonction des réponses précédentes pour s’adapter aux particularités des activités, secteurs ou localisation. La durée de réponse à l’enquête est donc variable en fonction des parcours de chacun. Le comité Observatoire veille à ce que cette durée reste raisonnable et c’est pourquoi chaque année, il décide des thématiques complémentaires à traiter. Par exemple, en 2018, le comité a choisi de creuser un peu plus les leviers de l’entrepreneuriat, des questions complémentaires ont donc été ajoutées pour ceux qui se déclarent chefs d’entreprise. Pour l’ensemble des salariés, nous avons voulu refaire un point sur la qualité de vie au travail, sujet qui avait été abordé en 2011. Cela permet d’analyser les évolutions de notre société sur les avancées professionnelles. Cer-
taines années, l’engagement citoyen, associatif et politique avait fait l’objet d’une analyse et montré combien les ingénieurs sont fortement impliqués dans la vie publique, beaucoup moins en politique contrairement à l’Allemagne par exemple. Un calendrier précis Ce programme d’envergure suit un cadencement très précis tout au long de l’année. Le cycle débute en octobre de l’année précédente par la réunion de cadrage qui permet à un comité élargi de fixer la ou les thématiques spécifiques sur l’édition à venir, puis d’élaborer les questions correspondantes. Le mois de décembre est dédié au paramétrage de l’outil Sphinx avec l’ensemble des questions. Le mois de janvier est consacré aux tests ; opération fastidieuse qui est assurée par le comité avec l’aide précieuse de bénévoles car il faut répondre en prenant la place d’un maximum de profils différents afin de détecter les erreurs d’enchainements. Fin janvier, l’enquête est lancée pour deux mois avec l’aide des associations d’ingénieurs diplômés qui invitent leurs adhérents à répondre au questionnaire très détaillé qui leur est proposé par Internet. Plus de 50 000 réponses sont recueillies chaque année grâce à la mobilisation des Alumni ; cela représente plus de 150 écoles françaises. L’ordinateur est toujours majoritairement le média privilégié pour répondre au questionnaire ; néanmoins entre 2017 et 2018, le smartphone a progressé significativement (17,3% en 2018 versus 11,6% en 2017). Sur avril et mai, le travail de retraitement et d’analyse des données recueillies s’effectue pour produire la brochure générale diffusée à l’issue de la publication des résultats fixée cette année le 26 juin. Cette brochure est très appréciée par les futurs diplômés qui y puisent une mine d’informations pour les guider dans leur vie professionnelle. Merci aux écoles et Associations qui participent à ce programme chaque année. La méthodologie La participation à l’enquête est fondée sur le volontariat et non sur un échantillon tiré aléatoirement. La diversité et la taille de la base de données ainsi constituée ont permis d’appliquer des méthodes d’analyse statistique élaborées avec l’INSEE, qui rendent les résultats et les conclusions représentatifs pour l’ensemble des ingénieurs en activité, diplômés en France. Les résultats des enquêtes passées se sont montrés cohérents avec les autres sources disponibles. La reconduction annuelle dans des conditions comparables, auprès d’une population de répondants fidèles (50% répondent à l’enquête d’une année sur l’autre) est un gage de qualité et facilite l’analyse des évolutions. Les données reçues sont pondérées en fonction des effectifs diplômés des écoles, de l’âge et du sexe des ingénieurs de façon à représenter au mieux la population d’ensemble. ENQUÊTE ASSOCIATION Quelques résultats 2018 en avant-première sur IESF et les associations Le répertoire est un service mis à disposition sur le site internet d’IESF qui permet aisément de vérifier si une personne est diplômée de telle école et en quelle année. A l’heure des falsifications de diplômes, c’est une source précieuse pour les recruteurs. Les informations sont fournies par les associations membres d’IESF. L’utilisation de ce service est en forte croissance ces dernières années et on constate aujourd’hui plus de 10 000 consultations par mois. Nous avons souhaité savoir si les ingénieurs connaissaient et utilisaient ce service. Les résultats montrent que les ¾ ne connaissent pas son existence et ils sont un peu moins de 50% à l’utiliser parmi ceux qui le connaissent. En ce qui concerne les associations, 30% des répondants n’ont jamais cotisé à une association Alumni. La cotisation à vie n’est pas encore une pratique répandue des associations, elle ne représente que 4%. Parmi les services proposés par les Alumni à leurs membres, le réseau qu’elle offre est largement plébiscité aussi bien pour la vie professionnelle que pour l’aspect humain et convivial. Chaque association pourra analyser plus finement l’ensemble des résultats de l’enquête grâce à la possibilité de disposer auprès d’IESF d’une brochure spécifique d’une trentaine de pages de tableaux et graphiques permettant de situer leurs diplômés par rapport à l’ensemble des ingénieurs. Cette brochure est à commander avant fin juin 2018 pour une mise à disposition en septembre 2018. En savoir +  : enquete.iesf.fr 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :