Idées Japon n°22 mar à aoû 2019
Idées Japon n°22 mar à aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de mar à aoû 2019

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Association Jipango

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : diversité de la musique japonaise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DOSSIER Dans les années 60, le kayokyoku (c’est-à-dire « chant, paroles et musique ») remplace le ryukoka, lequel apparaît désormais démodé et trop associé aux tristes temps de guerre. Le kayokyoku perdure aujourd’hui, mais il en existe plusieurs sous-genres liés aux influences du jazz, du boogie-woogie, du rock, du folk américain... Misora Hibari Best 1949-1963 (Sony), Teichiku Million Series  : Ichiro Fujiyama (Teichiku), The Peanuts Original Songs (King records), Sukiyaki & Other Japanese Hits, Kyu Sakamoto (Go Bop). L’enka est un genre de kayokyoku populaire de par son style « ballade musicale sentimentale ». La caractéristique principale de l’enka est l’utilisation d’une gamme mineure sans ré et sans sol créant une mélodie mélancolique. Il est aussi connu pour son long vibrato et la technique kobushi, un style de mélisme. Enka - Love Song, Fuyumi Sakamoto (UPCY), Hiroshi Itsuki Nihon Kayoshi 100 Nen (King records), Sayuri Ishikawa Best (Pony Canyon Japan), Shin, Enka Meikyoku Collection 5 - Otoko no Zessho -, Kiyoshi Hikawa (Nihon Colombia), Kanashimi no Shuchakueki, Mori Masako (King records), Best Of Golden Best  : Enka, Kayokyoku, New Music, Folk, 80’s, Idol, J-pop [séries d’albums sur un genre musical]. (MH) Dans les années 70 apparaît le style pop showa-kayo. Certains musiciens créent une fusion entre l'enka et la pop. Dans les années 80, le terme J-pop est introduit et englobe tous les styles de musique inspirés des courants contemporains  : J-rock, J-rap, J-soul, J-hip-pop, J-punk, rock visual-kei... Idées Japon │ 12 Erotica Seven, Southern All Stars (Victor Entertainment), Golden Best Yamaguchi Momoe Album Selection (Sony Music), Pink Lady Best Hits Album (Victor Entertainment), Seiko Story - 80's Hits Collection - (Sony Music), Checkmate !, Namie Amuro (Avex), KPP Best, Kyary Pamyu Pamyu, Sing Out ! Nogizaka 46 (Sony Music), Hatsune Miku "Magical Mirai 2019" (Happinet). Les minyo étaient à l’origine des chansons rurales que l’on chantait au travail, les fermiers dans leurs champs, les pêcheurs sur leurs bateaux, les bûcherons dans la forêt... Elles ont par la suite rejoint le registre du divertissement, associées à de la danse et à des festivals, et accompagnées par des instruments comme le shamisen, le shakuhachi et les tambours. Takio-soranbushi, Takio Ito (Sony Music), Echoes of Japan, Minyo Crusaders [folklore nippon et afro-reggae] (MAIS UM DIS- COS), Tsugaru no Hibiki, Chikuzan Takahashi (King records), Another Side Of Yoshida Brothers (Sony Music), Japon/Okinawa/Chants Classiques et Courtois (Ocora Radio France), Okinawa Fool Orchestra, Begin (Teichiku), Taiko/Les Tambours de Tokyo (Sunset), Music Of Japanese People  : Japanese Dance Music, Work Songs, Jam Session of Tsugaru-Shamisen, Music of Okinawa, Japanese Festivals… (King Records). ​Le terme ani-son (chansons des génériques des dessins animés) s'impose comme genre musical dans les années 70. Joe Hisaishi Meets Miyazaki Films compilation (Milan Music), Neon Genesis Evangelion  : Cruel Angel Theses (King Records).
Entre France et Japon Tomuya, chanteur reconnu en France depuis son concert à l’Olympia en 2007, est un pont entre la France et le Japon en matière de musique et de cinéma. Né à Tokyo, Tomuya Endo étudie les Beaux- Arts, notamment le utai, le chant du théâtre nô, et le haïku. Il se nourrit de multiples influences musicales (pop américaine, musique classique occidentale, rock...) et devient parolier et chanteur pour exprimer ses idées. À la maison, déjà, sa mère chantait Yves Montant, Charles Trenet, en faisant le ménage... Lui découvre bientôt Brel, Brassens et Ferré, et il se produit au Ginparis, à Ginza, Tokyo. Avec son compère Ryuichi Sakamoto, ils interprètent en concert des chansons de Brigitte Fontaine, dont Tomuya se sent proche pour son esprit expérimental. Mais Tomuya est aussi un interprète reconnu du genre enka, blues mélancolique typiquement nippon, qui est un moyen pour lui de transmettre des messages à la fois humbles et passionnés. Il commence sa carrière de directeur musical en 1989, dirigeant le groupe Cabaret Children, qui s’inspire à la fois du rock, du classique et de l’instrumental. Lors d’un séjour à Paris, il visite des cabarets et rencontre des musiciens, ce qui l’amène petit à petit à se produire sur scène à Paris. Ses rencontres le mènent aussi à New York, où il enregistre l’album Ruby Dragonflies en 1996. Dans son album Un Japonais à Paris (2007), Tomuya revisite 11 grandes chansons françaises, en japonais et en français, Le Poinçonneur des Lilas, Le Jazz et la Java, La Bicyclette..., en duo pour certaines, avec Liane Foly, Bernard Lavilliers, Lio. C’est l’occasion du concert à l’Olympia en 2007. Après la guerre, la musique, mais aussi la littérature et le cinéma français ont gagné en popularité au Japon comme en réaction à l’américanisation galopante. Ainsi arrivent sur l'Archipel les films de Jean Renoir, René Claire, Jean-Luc Godard, François Truffaut... C’est l’autre passion de Tomuya, qui a vu 5 CD recommandés par Tomuya Misty kind of wind, Isao Tomita (BMG Victor). Kusa no Ran, Deep Forest (Independent Lavel). Last Emperor, Ryuichi Sakamoto (emi). 1 4 5 Un Japonais à Paris en japonais (1) et en français (2). Cinéma 映 画 (3). Cinéma France-Japon 日 仏 映 画 往 来 (4). L’Âge d’or du cinéma japonais 1935 – 1975, vol. II (5 et 6). Disponibles à la librairie Junku, Paris 1 er. presque tous les films français distribués au Japon et collectionne les affiches de films japonais et français. Sa collection compte presque 3 000 affiches aujourd’hui. En 2017, mariant ses passions pour la musique et le cinéma, il présente l’album Cinéma comprenant 9 chansons de films sortis entre 1947 et 1999 (Les Sept Samouraïs, Blue Christmas, Princesse Mononoké…). La même année, il publie Cinéma France-Japon, Nichifutsu Eiga Orai 日 仏 映 画 往 来, rassemblant en plus de 800 pages l’histoire des échanges et des influences entre la France et le Japon à travers le cinéma, organisée en 4 chapitres, littérature, œuvres, personnages et musiques. Publié en japonais. Enfin, en 2018, il participe à l’élaboration du Dictionnaire des acteurs et actrices japonais  : L'Âge d’or du cinéma japonais 1935 – 1975, vol. II, édité par Carlotta, retraçant le parcours insolite de 30 stars japonaises. L’ouvrage est vendu en coffret avec quatre DVD. Riche de multiples expériences autour de la musique et du cinéma franco-japonais, Tomuya a encore de nombreux projets artistiques pour partager sa passion et ses connaissances. ANTHROPOCENE, Shuta Hasunuma (Nippon Columbia). 2 DOSSIER Mizuno Hentai par Michio Miyagi, koto musician (Nihon Dento Bunka Zaidan) 3 6 Idées Japon │ 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :