Horizons n°124 mar/avr/mai 2020
Horizons n°124 mar/avr/mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°124 de mar/avr/mai 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Fonds national suisse de la recherche scientifique

  • Format : (220 x 266) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : en quête de l'explication suprême.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
1990 SOFIA BULGARIE Peu de postdocs reviennent Pour la recherche en Bulgarie – le membre le plus pauvre – l’appartenance à l’UE est à la fois une malédiction et une bénédiction. D’une part, les chercheurs ont accès aux fonds du programme-cadre et l’Union européenne investit également dans les infrastructures de recherche bulgares. D’autre part, la concurrence au sein de ce large espace de recherche accentue les problèmes déjà existants de ce pays de la mer Noire. Ivan Atanassov, directeur de l’institut agricole AgroBio à Sofia, perçoit par exemple un problème de relève  : « Les mouvements de postdocs entre les universités et instituts de recherche se font principalement de la Bulgarie vers l’étranger. » Cela est dû aux traditions socialistes, mais aussi Europe de l’Est Population  : 7 mio PIB par habitant  : 22 000 USD Chimiste connue  : Nina Berova Encouragement de la recherche  : BNSF DÉPENSES DE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT (R&D) Dépenses annuelles totales de R&D du pays, y compris les investissements d’entreprises privées. (En mia de USD, mesurées en parité de pouvoir d’achat) Etats-Unis USA Corée du Sud SK Suisse CH Afrique du Sud südAf Argentine ARG Vietnam Vie Bulgarie BULG Serbie SERB Uruguay URU Côte d’Ivoire 26 CdI 0 100 au manque de fonds d’encouragement. Seuls ceux qui veulent « être de bons chercheurs tout en restant des ‹Bulgares› reviennent. » De plus, le soutien de l’UE aux infrastructures n’inciterait guère l’économie à investir dans la recherche. « Cela encourage l’industrie à rechercher des technologies ‹prêtes à l’emploi› au lieu de trouver des solutions sur mesure en collaboration avec les organismes de recherche nationaux », explique Ivan Atanassov. Il relève que le bouleversement qui a suivi la fin de l’ère communiste a détruit les liens entre l’industrie nationale et la recherche. La recherche orientée vers l’application aurait toujours eu à affronter des difficultés. 200 GER BE SWE CH ZUI BNG ZWU CON 0 300 20 400 40 60 500 80 100 1990 HANOI VIETNAM Le FNS comme modèle En 2005, une délégation de l’administration vietnamienne a visité le Fonds national suisse (FNS) pour s’informer sur le système suisse d’encouragement à la recherche. La version vietnamienne du FNS est opérationnelle depuis 2008  : la National Foundation for Science and Technology Development (Nafosted) finance des recherches évaluées par des chercheuses et des chercheurs. L’objectif  : encourager la qualité, la relève, les échanges internationaux et la recherche fondamentale. Toutefois, les liens entre la Nafosted et le Ministère des sciences et des technologies restent forts, comme le trahissent entre autres le site Internet de l’organisation et les adresses e-mail de ses collaborateurs. Asie du Sud-Est Population  : 96 mio PIB par habitant  : 7400 USD Mathématicien connu  : Ngô Bảo Châu Encouragement de la recherche  : Nafosted PART DES DÉPENSES DE R&D PAR RAPPORT AU PIB Dépenses de R&D du pays par rapport à la production économique, mesurée par le produit intérieur brut (PIB). (En pourcents) Corée du Sud SK Suisse CH Etats-Unis USA Serbie SER Afrique du Sud SüdAf Bulgarie Bulg Argentine ARG Vietnam VIET Uruguay URU Côte d’Ivoire CdI 0 1 « Avant, la recherche et la formation supérieure étaient logées dans deux systèmes bien distincts », dit Thị Hồng Nhung Nguyễn, directrice ad interim du département « Planning and General Affairs » du Nafosted. On ne faisait pas de recherche dans les universités, mais dans des instituts séparés. Ce serait en train de changer lentement. Au Vietnam, plus de 50% des fonds d’encouragement à la recherche viennent de l’économie privée, une part comparativement élevée. Les groupes Vingroup et Phenikaa, par exemple, gèrent leurs propres universités et disposent de fonds de recherche considérables. 2 3 4 5 1990
100 1990 YAMOUSSOUKRO CÔTE D’IVOIRE Une recherche forte en agronomie Lorsque la Confédération a annulé la dette de la Côte d’Ivoire, une partie de cette somme a été investie dans la coopération scientifique – comme le recommandait l’Unesco. Aujourd’hui, ce pays de la côte ouest de l’Afrique est considéré comme un modèle en matière de recherche dans la région. Toutefois, la Banque mondiale attend davantage de progrès, en particulier plus de fonds de recherche issus de l’économie privée. « La recherche en agronomie est relativement bien subventionnée dans mon pays », dit Yaya Sangaré, directeur du Programme d’appui stratégique à la recherche scientifique (Pasres), dont l’objectif est d’investir le fonds du programme suisse d’allègement de la dette dans la ARGENTINE BUENOS AIRES Amérique du Sud Population  : 44 mio PIB par habitant  : 21 000 USD Ecologue végétale connue  : Sandra Díaz Encouragement de la recherche  : Conicet L’inflation réduit les contributions à la recherche PART DES ENTREPRISES PRIVÉES À LA R&D PART DU GOUVERNEMENT À LA R&D Investissements d’entreprises privées par rapport aux dépenses totales du pays dans la R&D. Cette part est également typiquement basse dans les pays en développement. (En pourcents) Corée du Sud SüdK Etats-Unis USA Vietnam VIE Bulgarie BULG Suisse CH Afrique du Sud SüdAf Serbie SERB Argentine ARG Uruguay URU Côte d’Ivoire CdI 0 n/a 25 Afrique de l’Ouest Population  : 25 mio PIB par habitant  : 4200 USD Ethnobotaniste connu  : Laurent Aké Assi Encouragement de la recherche  : Fonsti recherche locale. C’est sur cette base qu’a été créé, en juin 2018, le Fonsti – par analogie avec le FNS – dédié au financement de la recherche. Une institution distincte, la Firca, est destinée à la recherche agricole. La coopération à la recherche de la Suisse avec ce pays ouest-africain date de 1951. Elle a ainsi fondé le Centre suisse de recherches scientifiques en Côte d’Ivoire lorsque le pays était encore une colonie française. Le centre était administré par une commission de l’Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT) jusqu’en 2007, année de sa transformation en fondation ivoirienne indépendante. La SCNAT et Swiss TPH siègent dans son conseil de fondation, présidé par le Ministère ivoirien de la recherche. 50 GER BE SWE CH ZUI BNG ZWU CON 0 20 75 40 60 100 1990 80 100 1990 « Notre pays dispose d’un cadre de recherche structuré et il offre de nombreuses possibilités d’encouragement. Il forme de jeunes chercheurs et encourage la coopération internationale », dit Edith Taleisnik, biologiste végétale auprès de l’Institut national de technologie agricole (INTA) qui dépend du Ministère de l’économie. « Le principal problème réside dans les crises économiques récurrentes. » La forte inflation en Argentine entrave aussi la recherche  : en cinq ans de durée de projet, les subventions perdent beaucoup de leur valeur, empêchant de réaliser tout ce qui était initialement prévu. Dépenses R&D du gouvernement par rapport aux dépenses totales du pays dans la R&D. Les dépenses pour les hautes écoles sont exclues du calcul, d’où la faible part en Suisse. (En pourcents) Côte d’Ivoire CdI Argentine ARG Uruguay URU Serbie SERB Bulgarie BULG Afrique du Sud SüdAf Vietnam VIET Corée du Sud SüdK Etats-Unis USA Suisse CH 0 25 C’est pourquoi il est difficile de planifier à long terme, selon Edith Taleisnik. C’est « presque un miracle » lorsque les contributions sont versées à temps. Tout comme il n’existe pas de politique scientifique et technologique à long terme, celle-ci étant redéfinie à chaque changement de gouvernement. La coopération internationale en matière de recherche se fait principalement avec les Etats- Unis et l’Europe, moins avec les pays voisins. « Les chercheurs argentins seraient très contents s’ils pouvaient profiter d’une collaboration avec la Suisse similaire à celle que connaît le Brésil », souligne Edith Taleisnik. 50 75 27 PIB par habitant (mesurées en parité de pouvoir d’achat) et population en 2018  : Banque mondiale 100 1990



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :