Horizons n°124 mar/avr/mai 2020
Horizons n°124 mar/avr/mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°124 de mar/avr/mai 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Fonds national suisse de la recherche scientifique

  • Format : (220 x 266) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : en quête de l'explication suprême.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Science et croyance toutefois que cette position puisse faire l’objet d’une validation scientifique. Elle n’est rien de plus qu’une conviction. La science ne parviendra-t-elle jamais à se libérer totalement de la croyance ? Nous avons parlé jusqu’ici du rôle que les croyances jouent dans les sciences, et c’est essentiel d’en avoir conscience. Cela dit, il est important de souligner que les sciences ont mis au point des outils puissants pour lutter contre les préjugés en développant le système le plus fiable qui soit pour produire des connaissances. Mais ce système n’est pas parfait. Il peut échouer, ce qui rend la plupart des résultats scientifiques à la fois fiables et provisoires. De plus, les scientifiques même travaillent parfois avec des croyances, conscientes ou inconscientes. Et il y a dans notre société des forces qui n’acceptent pas l’idée que les sciences sont les sources les plus fiables sur des sujets tels que le changement climatique et sa nature anthropique. Ce dernier point complique la discussion. Si nous nous plaçons sur un plan purement historique et épistémologique, nous arrivons inévitablement à la conclusion que la science ne peut pas être exempte de croyances. Mais si l’on affirme cela dans un contexte politique, il est facile pour les négationnistes climatiques et pour d’autres fondamentalistes de s’emparer de cette affirmation et de l’exploiter à leurs LE LONG DOUTE 1997 – 2010 Malgré le prix Nobel, de nombreux chercheurs doutent toujours de la théorie des prions. Le problème reste le même  : personne n’est encore parvenu à démontrer que les prions pouvaient transmettre leur mauvais repliement aux protéines saines et donc les infecter. On rencontre en outre une large variété de prions dans les diverses maladies dégénératives du cerveau. Ceci est interprété comme une indication que l’agent pathogène réel est différent. « Les croyances peuvent être le moteur de nouvelles idées et contribuer à l’exploration de territoires que le courant dominant ne trouve pas pertinents. » propres fins. C’est le dilemme auquel les épistémologues historiques comme moi doivent faire face aujourd’hui. Vous disiez que les croyances avaient également eu des effets positifs dans l’histoire des sciences. Lesquels ? Les croyances peuvent être le moteur de nouvelles idées et contribuer à l’exploration de territoires que le courant dominant ne trouve pas pertinents. En d’autres termes, les croyances peuvent rendre le système scientifique plus complexe et plus intéressant. Si le système est trop rigide et impénétrable, il devient tôt ou tard improductif. Le terme « pseudoscience » est utilisé comme moyen pour distinguer le savoir légitime des croyances qui se déguisent en sciences. Il y a une dizaine d’années, vous plaidiez contre l’utilisation de cette notion. En voyant comment l’environnement numérique actuel donne une caisse de résonance aux croyances pseudoscientifiques, avez-vous changé d’avis ? Dans l’étude de 2008 que vous mentionnez, j’avais rendu attentif au fait que les philosophes et les scientifiques n’ont pas réussi à tracer une frontière nette et sans ambiguïté entre science et pseudoscience. Aujourd’hui, la communication numérique et les médias sociaux rendent toujours plus difficile la distinction entre des LA CONFIRMATION 26 février 2010 Un groupe de chercheurs publie dans Science les résultats d’une expérience dans laquelle ils ont réussi à isoler totalement le prion pathogène et à contaminer des souris sauvages avec des prions purs. Des protéines mal repliées ont été trouvées dans les cerveaux tombés malades. Tous les postulats de Koch sont satisfaits  : l’agent peut être cultivé hors de l’organisme et induit à lui seul la maladie. connaissances pertinentes et solides et des scories dépourvues de pertinence et de fiabilité. C’est un gros problème, mais je ne pense pas que la catégorie épistémologique de pseudoscience soit utile pour le résoudre. Nous devons analyser et expliquer précisément les différences catégoriques entre ces connaissances fiables et ces produits déchets. Par ailleurs, il faudrait restreindre le pouvoir des cinq grandes entreprises numériques. Leur pouvoir monopolistique est devenu si grand qu’elles font toujours plus penser à un régime totalitaire. Nic Ulmi est journaliste indépendant à Genève. De la médecine à l’épistémologie Michael Hagner, 60 ans, est professeur à l’ETH Zurich. Il examine la science sous l’angle de l’histoire, de l’épistémologie et des aspects culturels. Après une formation en médecine et en philosophie, il a longtemps étudié la trajectoire historique des neurosciences jusqu’à l’époque moderne et contemporaine. Il a également publié des ouvrages et articles scientifiques sur des sujets tels que le rôle des images dans les sciences, l’histoire de la cybernétique et, plus récemment, la place du livre dans le monde numérique. ESPOIR ET DÉCEPTION présent La théorie des prions est également pertinente pour la recherche sur Alzheimer. Deux pro téines mal repliées, la bêta-amyloïde et la Tau, déclencheraient conjointement cette maladie toujours plus répandue. Stanley Prusiner figure au 1er rang de la recherche. Toutefois, après quelques échecs thérapeutiques, la responsabilité de ces protéines dans le déclenchement de la maladie est fortement mise en doute.
C’est ainsi qu’un corps est congelé dans les vases Dewar de l’Alcor Life Extension Foundation en Arizona. La fondation a été créée en 1972 déjà, dix ans après la parution du livre « La perspective de l’immortalité » de Robert Ettinger, dans lequel est née l’idée de la cryonie. Photo  : Murray Ballard



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :