Horizons n°122 sep/oct/nov 2019
Horizons n°122 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°122 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Fonds national suisse de la recherche scientifique

  • Format : (220 x 266) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : des écoles en mutation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Pour la première fois, les préférences politiques de la population suisse avant des élections fédérales sont uniquement mesurées à l’aide d’enquêtes en ligne – et non plus par téléphone. Les sondages par internet ont un atout de taille  : leur coût bien moins élevé. La récolte des données est facilitée au moyen de questionnaires diffusés sur les portails électroniques des médias que les internautes remplissent eux-mêmes. En quelques jours, des milliers de réponses sont recueillies. Mais il ne faut peut-être pas enterrer tout de suite le combiné. Codirecteur de l’institut Gfs Bern, Urs Bieri estime que les sondages téléphoniques sont « considérés à tort comme obsolètes », alors que « presque tout le monde » peut encore être joint par ce biais. Il rappelle que l’utilisation des numéros de portable a permis de réduire le problème de couverture. Urs Bieri s’étonne qu’à l’inverse d’autres pays, le débat à ce sujet soit absent en Suisse. Il souligne qu’en Allemagne, notamment, les enquêtes téléphoniques restent la référence et qu’elles sont revenues en force aux Etats-Unis après un emballement pour les sondages en ligne. Son institut mêle les deux pour les votations portant sur des initiatives et des référendums. 44 Horizons n o 122, septembre 2019 1 Les rois des sondages Leewas Créé à Zurich par les politologues Lucas Leemannet Fabio Wasserfallen, Leewas réalise depuis 2014 des sondages en ligne sur les votations fédérales pour le compte du groupe Tamedia et désormais aussi pour les élections. Cette infographie se base sur leur méthodologie. PROJECTIONS ÉLECTORALES Cliquez, vous êtes sondés ! Les sondages en ligne ont remplacé le téléphone pour mesurer l’opinion avant les élections fédérales. Explications. Texte  : Benjamin Keller Infographie  : CANA atelier graphique COMMENT FONCTIONNE UN SONDAGE EN LIGNE Un groupe de presse commande une enquête à un institut spécialisé avant les élections fédérales, lequel publie un questionnaire sur les sites des journaux du groupe. Ce sera l’unique source du sondage. Sotomo Fondé en 2007 à Zurich par le géographe Michael Hermann, Sotomo s’occupe pour la première fois, à l’occasion des élections fédérales 2019, des baromètres électoraux de la SSR (via des enquêtes en ligne). Ils étaient auparavant confiés à Gfs Bern (téléphone). Certains chercheurs examinent d’autres sources potentielles, notamment les réseaux sociaux. Le politologue Pablo Barberá de la London School of Economics a montré que l’on pouvait déterminer le positionnement idéologique des utilisateurs de Twitter en analysant les comptes auxquels ils sont abonnés. Mais prédire le résultat d’élections exige de savoir s’ils ont l’intention de voter. Et pour cela, un sondage s’impose. Gfs Bern Gfs Bern (1959, Berne) est chargé des sondages pour les votations (téléphone/en ligne) pour la SSR. Il effectue aussi des extrapolations le jour des élections fédérales en se basant sur les résultats de 300-400 communes, soit environ une commune suisse sur six.
2 Certains partis tels que l’UDC en Suisse donnent du fil à retordre aux sondeurs. En 2011, ils n’avaient pas vu le recul de la formation au Conseil national. Avant les élections zurichoises du 24 mars 2019, Sotomo avait annoncé une baisse de 1,8 point pour l’UDC, qui a en fait régressé de 5,6 points. Urs Bieri lie cela au profil de certains électeurs du parti  : pas forcément très politisés, protestataires et qui se décident parfois tardivement à voter. Lucas Leemannde Leewas n’exclut pas une « surprise » concernant l’UDC aux prochaines élections fédérales d’octobre 2019. 4 Une fois les calculs terminés, les politologues compilent les résultats dans un rapport, envoyé aux médias, en précisant que la marge d’erreur se chiffre à 1,5%. Une marge d’erreur de 1,5% signifie que le score réel d’un parti peut varier de plus ou moins 1,5 point par rapport au résultat indiqué dans le sondage. Elle se réfère toujours à un intervalle de confiance, le plus souvent de 95%  : les résultats ont, statistiquement, 95% de chances de se situer à l’intérieur de la marge d’erreur. Elle dépend du nombre de personnes questionnées, mais aussi de leur distribution – elle sera par exemple très élevée dans le cas où seules des femmes universitaires participent. 6 Jacques Bron lit le journal sur son téléphone. Il y découvre le sondage et décide d’y participer. Il donne des renseignements sur sa personne (sexe, âge, etc.) et dit pour quel parti il voterait – si les élections avaient lieu le jour même. Une base de données recueille ces informations. Les médias publient les résultats du sondage accompagnés de réactions des partis et d’analystes politiques. Jacques Bron remarque que son parti préféré est en baisse de 1,5 point. Mais cela n’aura pas d’influence sur ses intentions de vote. De nombreuses études ont été menées pour savoir si les résultats des sondages influençaient les électeurs. Elles arrivent toutes à la conclusion que les effets sont négligeables. Au pire, ils s’annulent  : certaines personnes sont influencées dans un sens et d’autres dans l’autre. Tant Urs Bieri que Lucas Leemannpartagent les conclusions des recherches menées jusqu’ici. 30 25 20 15 10 5 0 3 5 Précision des prédictions lors des élections fédérales de 2015 Force électorale en% au Conseil national –1,5 –0,4 +0,4 –0,4 +0,3 –0,6 Sources du graphique  : Statistique suisse, Gfs Bern, 20 minutes. 14 000 réponses sont récoltées en deux jours. Les politologues ferment le sondage et commencent l’analyse des données. L’objectif est d’extrapoler à partir de cet échantillon les intentions de l’ensemble des personnes prévoyant de voter. Les données sont d’abord nettoyées pour ne garder que les plus fiables. Environ 15% sont supprimées, par exemple si elles sont incomplètes ou si leur qualité paraît douteuse. Les politologues appliquent ensuite la méthode dite MRP (pour « multilevel regression with post-stratification »)  : ils classent les intentions de vote des sondés en fonction de paramètres démographiques (âge, formation, etc.), et créent des modèles de réponses pour des idéaux-types. Un exemple  : une jeune femme vivant dans une commune urbaine du canton de Zurich affectionne tel parti. Reste à ajuster ces préférences en fonction du poids démographique de ces types dans la population électorale réelle, basé sur les statistiques officielles. Jeanne Dupont, journaliste, prépare un article sur le sondage. Elle appelle ses auteurs car elle a des questions liées à sa fiabilité. Le fait que seules des personnes qui lisent les médias en ligne aient participé n’induit-il pas un biais ? Pour Lucas Leemannde Leewas, le fait que ce soient les gens intéressés par l’actualité qui participent le plus aux sondages constitue un avantage plutôt qu’un biais  : « Ce sont également les plus enclins à voter. Il s’agit donc d’une forme d’autosélection qui nous aide. Ce qui serait mauvais, ce serait que les gens les plus susceptibles de voter ne participent jamais aux sondages. Or il est difficile d’imaginer un tel profil. » C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il ne juge pas utile d’estimer la participation. Résultats réels Dernière enquête Gfs Bern/SSR (téléphone) Dernière enquête Sotomo/20 minutes (en ligne) –0,1 –0,2 +0,1 +0,3 +0,4 +0,6 UDC PS PLR PDC Les Verts Vert’libéraux PBD +0,5 +0,8 Horizons n o 122, septembre 2019 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :