Horizons n°122 sep/oct/nov 2019
Horizons n°122 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°122 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Fonds national suisse de la recherche scientifique

  • Format : (220 x 266) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : des écoles en mutation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
LeaKloos Science et politique INTERVIEW « Ce ne sont plus des beaux textes » Heidi News  : tel est le nom d’un nouveau média romand en ligne lancé le 2 mai 2019. Les rubriques y sont des « Flux » et le premier se consacre à la science – un choix atypique. Il compte quelque 2000 abonnés (coût  : 160 francs par an). Olivier Dessibourg, cofondateur et rédacteur en chef adjoint, voit l’avenir avec optimisme. Comment va Heidi News ? Très bien. C’est comme une source qui déborde  : nous avons plein d’idées et d’entrain. La dizaine d’articles publiés chaque jour combine contenus originaux et reprises d’autres médias. Pourquoi ce mélange ? La rédaction est semblable à un radar qui capte les bruits venant du monde scientifique. Nous approfondissons les nouvelles les plus fortes, ce qui envoie un signal fort. Les nouvelles plus faibles sont retransmises telles quelles – un tweet peut parfois suffire. Nous nous voyons comme des curateurs  : nous sélectionnons pour nos lecteurs ce qui est essentiel. Votre média souligne qu’il se veut entièrement au service de ses lecteurs, qui doivent aussi assurer son financement. Qui offre un journalisme de qualité doit pouvoir en vivre. L’information de haut niveau n’est pas gratuite. Et 160 francs, ce n’est pas beaucoup. Nous ne croyons pas à la publicité  : 80% de ses revenus vont à CITATION « Il est temps de mettre fin à la tradition des panels composés uniquement d’hommes » Francis Collins, directeur des National Institutes of Health, déclare qu’il refusera dorénavant les invitations à des conférences qui ne démontrent pas leurs efforts consentis pour assurer une diversité des orateurs. 24 Horizons n o 122, septembre 2019 Google et à Facebook. Entrer dans cette compétition n’est pas sensé. Voilà pourquoi nous misons sur les abonnements. En outre, des privés ont investi un million de francs. Mais nous devons déjà réunir l’argent pour la deuxième phase. Dans ce but, nous prévoyons la création d’une fondation, entre autres. Les textes sont fortement balisés, avec des formules telles que « Pourquoi c’est important ». Les lecteurs ont-ils vraiment besoin de cela ? Ils l’apprécient. Aujourd’hui, 80% des articles sont lus sur des smartphones, et presque personne ne lit un texte continu de 8000 signes sur son mobile. Nous imaginons comment nous brieferions un CEO pour une séance où il devra expliquer en cinq minutes un problème complexe. Nous avons donc libéré les textes de tout ce qu’on y trouve d’habitude  : un début captivant, des transitions élégantes. Ce ne sont plus des beaux textes, mais le contenu est de qualité. Mais c’est la voie contraire qui est suivie par vos « Explorations », publiées en plusieurs épisodes qui sont tous très longs. En définitive, sur quoi misez-vous ? Sur les extrêmes. Tout ce qu’il y a entre les deux est éliminé. On veut soit lire une grande histoire sur son ordinateur ou sa tablette, soit les dernières news sur son smartphone. Heidi News se concentre pour l’instant sur la science. Vous voulez lancer une nouvelle rubrique tous les six mois. Jusqu’à quel point pensez-vous vous étendre ? Nous cherchons des sujets de niche pour lesquels il existe une communauté. Nous avons commencé par la science, mais ne voulons pas nous limiter à elle. Au fait, pourquoi « Heidi » ? Ce nom est évidemment une marque de Swissness. Mais réduit à ses consonnes, il donne HD, ou High Definition. C’est aussi notre logo. Nous offrons un journalisme HD. Le nom ne plaît pas à tout le monde. Mais on ne l’oublie pas. Interview  : Judith Hochstrasser OUTILS SURE La revue Series of Unsurprising Results in Economics (SURE) ne publie que des articles ayant été rejetés parce que les résultats sont statistiquement insignifiants ou jugés « sans surprise ». Son but est de lutter contre le biais de publication. Transposesci Cette plateforme résume les règles des journaux scientifiques sur le peer-review, les preprints et les postprints. NEWS La vie de chercheur sur Twitter Les tweets de @JustSaysInMice avertissent lorsqu’une percée médicale oublie de rappeler que l’étude sous-jacente n’a pas été faite sur des humains, mais simplement sur des rongeurs, tout comme son cousin @JustSaysInRats. @JustSaysRisks rappelle qu’il vaut mieux citer des risques absolus (« … fait passer le risque de 0,1% à 0,2% ») que relatifs (« … double la chance de… »). Et @OnlyInMen souligne que les résultats d’études réalisées avec des participants masculins ne sont pas facilement généralisables à l’ensemble de la population. Des hashtags dévoilent la vraie vie des scientifiques  : #OverlyHonestPaperTitles, #FieldworkFail, #WhatProfessorsDo, #ScientistsWhoSelfie et le précurseur #OverlyHonestMethods. Pas pour les hommes L’Université technique d’Eindhoven (TUE) aux Pays-Bas ouvrira une centaine d’emplois fixes uniquement à des femmes. Les hommes ne pourront se présenter que si le poste n’a pas été pourvu après six mois. Le président de TUE, Robert-Jan Smits, un ancien commissaire européen à la Recherche, assume  : il s’agit « absolument » de discrimination contre les hommes, déclare-t-il dans Science, mais l’inverse a été le cas pendant des années. EN 33% CHIFFRES Proportion de Français estimant que les vaccins ne sont pas inoffensifs, selon le Wellcome Global Monitor. Avec 22%, la Suisse est le cinquième pays le plus sceptique. USD 1700 milliards Estimation de la contribution de l’innovation académique aux revenus de l’industrie aux Etats-Unis au cours des vingtdeux dernières années, selon un rapport de l’Association of University Technology Managers. 58 000 Nombre d’articles publiés chaque mois sur la plateforme ResearchGate qui violent les droits d’auteur, selon une analyse faite par des maisons d’édition, qui ont également engagé des poursuites judiciaires.
TEST DE PERSONNALITÉ Une carrière dans la recherche exige une chose avant tout  : une longue liste de publications. Mais les choses changent. Les universités et les institutions de financement commencent à évaluer les scientifiques de manière plus globale en considérant également les activités annexes, de l’enseignement à la communication, en passant par l’open science ou l’engagement civique. Quel genre de scientifique êtes-vous ? Les profils des chercheuses et des chercheurs se diversifient. Faites notre test pour découvrir le vôtre ! Texte  : Daniel Saraga Illustration  : Christoph Frei



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :