Horizons n°110 sep/oct/nov 2016
Horizons n°110 sep/oct/nov 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°110 de sep/oct/nov 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Fonds national suisse de la recherche scientifique

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 9,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'université généraliste est-elle encore nécessaire ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Science et politique Flexibilité et nerfs d’acier Comment les scientifiques concilient vie de famille et carrière académique en Suisse Teresa Montaruli En attendant la crèche «J’élève seule mes jumeaux de 3 ans. C’est la crèche qui me permet de gérer l’équilibre entre travail et vie privée. Enfin, depuis que les enfants y ont trouvé une place, ce qui a pris plusieurs années. Ma mère m’aide aussi, ainsi que mon salaire qui permet de couvrir le babysitting lorsque mon travail m’éloigne de Genève. Ce fut très astreignant de tout concilier lorsque j’ai dû commencer à enseigner deux ans seulement après être arrivée en Suisse sans connaissances en français. J’ai alors imaginé prendre un congé non payé pour le bien des enfants, mais ai renoncé à cause des frais de garde élevés. Je pense que les questions liées au genre sont particulièrement aiguë s en physique, un milieu dominé par les hommes. Ça me soulage de voir que les familles de mes postdocs sont bien plus équilibrées que celles des collègues de mon âge.» Teresa Montaruli, 48 ans, est professeure ordinaire à 100% de physique nucléaire et corpusculaire à l’Université de Genève. Elle dirige un projet de construction de télescopes de détection de rayons gamma ainsi que les Gender in Physics Days, une initiative d’Horizon 2020. Elle vit près de Genève. 1994 Diplôme de physique, Bologne 1998 Doctorat, Bari 1998 Postdoc et professeure assistante, Bari 2005 Professeure assistante, associée et ordinaire de physique, Wisconsin 2013 Naissance des jumeaux 26 ans 30 37 45 Lunch PH Labmeeting Skype Meeting Prepare Workshop Alexander Bertrams Des périodes de doute «Je tiens absolument à être là pour mes jumelles et pour ma femme. Mais aussi à assurer une recherche et un enseignement de qualité. Le semestre dernier, j’ai fait des concessions au niveau de la recherche. Et bien sûr, les loisirs sont les laissés-pour-compte. Il faudrait que je me remette au sport. Ma femme fait une pause dans son métier d’éducatrice et s’occupe de nos filles de 2 ans. Jusqu’en août, je faisais les trajets entre Augsbourg, où vit ma famille, et mon travail à Berne. Ma belle-sœur me remplace dans mon rôle de papa quand je suis absent. Sans soutien social, ça ne fonctionnerait pas. Quand les filles étaient toutes petites et que je ne dormais pas assez, j’ai parfois douté d’être capable d’assumer un poste de professeur, physiquement et psychiquement.» Alexander Bertrams, 40 ans, est depuis 2015 professeur ordinaire à 100% de psychopédagogie à l’Institut des sciences de l’éducation de l’Université de Berne et directeur de l’institut depuis 2016. Depuis août 2016, il vit à Berne. 2006 Diplôme de psychologie, Erlangen 2009 Doctorat, Université de Mannheim 2010 Professeur junior de psychopédagogie, Université de Mannheim 2013 Habilitation 2014 Naissance d’Ida et d’Ilvy 30 33 34 37 38 Workshop Group Meeting Plane to London Patricia Purtschert Partager ses univers «La vie comme professeure et membre d’une famille est enrichissante, même si parfois j’ai l’impression d’être à bout de souffle. Avant, je passais souvent mes week-ends à l’ordinateur. Aujourd’hui, je chasse les escargots dans le jardin avec les enfants. Ce vécu enrichit mon travail, j’en suis convaincue. Les tâches familiales sont partagées avec ma partenaire, qui est aussi chercheuse. Cela exige beaucoup de concertation, mais l’avantage est que nous partageons nos univers. J’observe avec souci le débat actuel sur l’excellence. Ce concept s’aligne sur les carrières rectilignes et rapides. Les personnes qui ont des obligations familiales, surtout les femmes, risquent de passer au travers du filet.» Patricia Purtschert, 43 ans, est professeure associée à 75% en études genre et coresponsable du Centre pour la recherche en études genre de l’Université de Berne. Elle vit près de Zurich. 2000 Licence en philosophie, Bâle 2002 Séjour de recherche, University of California Berkeley 2005 Doctorat, Bâle 2009 Premier enfant 2010 Subside Ambizione du FNS, ETH Zurich 2013 Deuxième enfant 2014 Postdoc, ETH Zurich Skype Meeting 27 29 32 36 37 40 41 Conference Meet Robert ?
Call Teacher Dinner HF Claude Hauser Obligation de choisir «Dès le début, nous avons opté pour le modèle du job sharing. Ma femme est logopédiste, elle travaille à 50%. Je partage la chaire d’histoire contemporaine avec Alain Clavien. L’un des défis du temps partiel, c’est l’obligation de choisir. J’ai renoncé à un long séjour de recherche au Québec parce que l’organisation aurait été trop compliquée. Ma femme n’aurait probablement pas trouvé d’emploi. Nos enfants sont plus grands, il faut surtout être présent quand on nous le demande, écouter, discuter, gérer des agendas. Le plus important est de veiller sur la relation de couple. Si elle est bien huilée, il y a moins de frictions.» Claude Hauser, 51 ans, est professeur à 50% en job sharing d’histoire contemporaine à l’Université de Fribourg et doyen à 20% de la faculté des sciences historiques d’UniDistance, une institution universitaire à distance. Il vit à Fribourg. 1992 Licence d’histoire, Fribourg 1997 Doctorat, Fribourg 1997 Naissance de Gilles 1999 Naissance de Félicien 2001 Naissance de Zacharie 2003 Professeur associé d’histoire moderne, Fribourg 2003 Naissance de Perrine 2009 Habilitation, Fribourg 2009 Professeur d’histoire contemporaine, Fribourg 27 ans 32 34 36 38 44 Home Office Dentist Isabelle Wildhaber L’art du compromis «Dans la compétition pour une place de professeur, il peut être difficile de s’imposer si l’on a toujours travaillé à temps partiel comme moi. J’ai souvent renoncé à me rendre aux conférences internationales à cause des enfants. Je travaille actuellement deux jours par semaine à Saint-Gall pendant les semestres académiques. Berlin est le point d’attache de ma famille. Mon mari est médecin-chef adjoint de cardiologie dans un hôpital universitaire. Dans une volonté de compromis envers moi et la famille, il a renoncé à plusieurs places de médecin-chef, a réduit son temps de travail depuis 2012 et a fondé une entreprise de technologie médicale.» Isabelle Wildhaber, 43 ans, est professeure associée à 75% de droit privé et de droit économique, en particulier de droit du travail, et préside depuis 2016 la commission pour l’égalité de l’Université de Saint-Gall. Elle vit à Berlin. 1996 Licence en droit, Bâle 1999 Doctorat, Bâle 2001 Avocate à New York et Francfort 2003 Naissance d’Aron 2005 Naissance de Sophia 2008 Naissance de Dan 2010 Habilitation, Zurich 2010 Professeure assistante de droit du travail et de la responsabilité civile, Université de Saint-Gall 23 26 28 30 32 35 37 Time for us References Conference Home Office Anna Oevermann • Des témoignages complets sont disponibles sur www.bit.ly/Ho_diversity Organisation et flexibilité «Famille et carrière scientifique se stimulent réciproquement. Mes enfants apprennent beaucoup de choses de mon travail et, dans le domaine de l’organisation, je tire parti de ce que j’ai vécu en famille. Concilier les deux exige beaucoup d’enthousiasme pour son travail, une bonne capacité de coordination et de la flexibitilité. C’est valable autant pour l’employeur que pour nous. Mon mari, originaire de Turin, est professeur à l’Université d’Edimbourg depuis janvier 2016. En 2003, Berne est devenue notre point d’attache après de nombreuses années de relation à distance. Chez nous, la garde des enfants est une construction complexe entre la crèche, une nounou et nous. La condition pour pouvoir se concentrer complètement sur son activité professionnelle, c’est de savoir que les enfants sont entre de bonnes mains.» Anna Oevermann, 42 ans, est professeure extraordinaire à 100% de neuropathologie vétérinaire à la Faculté Vetsuisse de l’Université de Berne. Elle vit à Berne. 1999 Diplôme de médecine vétérinaire, Giessen 2001 Doctorat, Zurich 2006 Spécialisation européenne en anatomie pathologique vétérinaire 2008 Naissance de sa première fille 2012 Naissance de sa deuxième fille 2012 Habilitation, Faculté Vetsuisse, Berne 2013 Professeure assistante d’anatomie pathologique vétérinaire, Berne 25 27 32 34 38 39 Interview Workshop Train



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :