Histomag 39-45 n°49 octobre 2007
Histomag 39-45 n°49 octobre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de octobre 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Le Monde en Guerre

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : 1940, où étaient les cocardes belges ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
HIS OMA6'44. A- Les munitions antichars : Les munitions antichars agissant par effet mécanique (énergie délivrée au moment de l'impact sur la surface à percer) sont de plusieurs types : AP = Perforant. Il s'agit de la forme la plus simple des projectiles antichars, consistant en un obus plein (ou boulet dans la terminologie française) ou disposant d'une très faible charge d'explosif ; APC = Armour Piercing Capped, Perforant à ogive où l'ogive est une partie en métal moins dur que le reste du projectile afin d'absorber le choc initial ; APCBC = APC Ballistic Cap, Perforant à ogive et coiffe balistique, le même que précédemment avec une coiffe balistique afin d'améliorer son aérodynamique ; APHE = Perforant explosif, il s'agissait du projectile perforant le plus utilisé à la fin de la Seconde Guerre mondiale sur les calibres de 75 mm et plus ; HVAP = High Velocity Armour Piercing (ou APCR = Armour Piercing Composite Rigid), Perforant à grande vitesse initiale, qui consiste en un obus perforant plus léger que d'ordinaire consistant en un coeur constitué d'un matériau dense avec le reste de l'obus constitué de matériaux légers (comme l'aluminium). Le Panzergranate 40 de la Seconde Guerre mondiale est un exemple de ce type de munitions ; APCNR = Armour Piercing Composite Non-Rigid, similaire au précédent mais se déformant dans le tube comme dans les canons à âmes coniques allemands ou les canons de 2-pdr équipés de l'adaptateur "Littlejohn". APDS = Armour Piercing Discarding Sabot, Perforant à sabot détachable, ce type d'obus perforant a été mis au point par la France avec les obus Brandt de 75/57 ou de 37/25 consistant en un projectile sous-calibré. Des obus de ce type ont été distribués pour les canons britanniques de 6-pdr et de 17- pdr à partir de mars 1944 ; H APFSDS = Armour Piercing Fin Stabilized Discarding Sabot, Perforant à sabot détachable stabilisé par ailette (également appelé obus flèche) où le projectile sous-calibré à un rapport diamètre : longueur supérieur à 1:10. Ce type de projectile est celui que l'on retrouve sur les chars modernes avec un pénétrateur en tungstène ou en uranium appauvri. La grande vitesse initiale de ces projectiles les rend dangereux à des distances beaucoup plus importantes que leur portée pratique (durant la Guerre du Golfe, des projectiles tirés par des chars Abrams ont été retrouvés à une centaine de kilomètres de l'endroit où ils avaient été tirés...) Un autre type de munitions antichars agit non par impact, mais par explosion d'une charge dédiée : HEAT = High Explosive Anti-Tank, obus à charge creuse. Ce type de munition fait appel à l’effet Neumannpour créer un jet de métal en fusion qui va traverser le solide. L’efficacité des munitions à charge creuse est directement lié à son diamètre, en règle générale la capacité de perforation d’une charge creuse sera de 1,5 à 2,5 fois son diamètre (jusqu’à 7 fois sur des charges creuses modernes). La charge est moulée en forme de cône inversé. L’arrière et les flancs sont en matériaux lourds, alors que le cône est en matériaux plus légers (cuivre ou étain). L’explosion de la charge transforme le métal du cône en un jet de métal en fusion se déplaçant à vitesse hypersonique (jusqu’à 25 fois la vitesse du son). C’est ce jet de métal qui va percer le blindage. Les allemands ont utilisés ce type de munition dès l’été 1940 avec le Panzergranate 38, tiré des canons courts de 75 mm du PzKpfw IV et StuG III. La grenade antichar britannique No.68 faisait appel au même principe fut également introduite en 1940 ; HESH = High Explosive Squash Head, Explosif brisant à ogive plastique. Ce type de munition est surtout utilisé par les britanniques qui l'ont développé au cours de la Seconde Guerre mondiale comme arme anti-fortifications. L'explosif s'écrase contre le blindage avant d'exploser, l'onde de choc traversant le blindage pour détacher des morceaux de métal de sa face interne qui vont balayer l'intérieur du char... B- Les munitions explosives : Il s'agit des classiques munitions d'artillerie portant toutes une charge d'explosifs qui explosent à l'impact ou à faible distance du sol, l’efficacité de la munition dépendant de la quantité et du type d’explosif dont l’obus est chargé. HE = High Explosive, Explosif... pas grand chose à rajouter... HEI = High Explosive Incendairy, Explosif incendiaire ; HE FRAG = Explosif à fragmentation, agissant plus par éclats que par effet de souffle ; HE A/PERS = Explosif à fragmentation antipersonnel (à noter qu'il existe également des HEAT FRAG...).
1939 AGRESSION OE LA POLOGNE C- Les autres munitions : offro2 CP = Concrete Piercing, Perforant anti-béton ; Cluster = obus à sous munitions ; Chimique, fumigène, éclairant, nucléaire, des obus d'artillerie peuvent également être utilisés pour transporter des messages ou des tracts de propagande Trajectoires de tir d’un mortier, canon et obusier Sources : - http://www.quarry.nildram.co.uk/ballistics.htm - Balistique terminale, Bleu Marine, 100 p.http://pros.orange.fr/bleu.marine/index.html - Revue Militaire Canadienne, http://www.journal.forces.gc.ca/frgraph/home_f.asp - http://fr.wikipedia.org/wiki/Balistique Illustrations : - canon ordnance, QF, 18-pdr - obusier ordnance, QF, 4.5-in. - canon obusier ordnance, QF, 25-pdr - canon antichar ordnance, QF, 2-pdr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :