HD Magazine n°3 mai/jun/jui 2006
HD Magazine n°3 mai/jun/jui 2006
  • Prix facial : 7,50 €

  • Parution : n°3 de mai/jun/jui 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Les Éditeurs Luxembourgeois

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 18,0 Mo

  • Dans ce numéro : Toshiba HD-A1, le premier HD DVD au monde !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
PRATIQUE Convertir le 1080i Mpeg2 en H.264 Trois fois plus de films ! Les films HD c’est le top ! Sauf qu’à 10 Go le bout, on remplit vite son disque dur. Voici donc une méthode pour convertir les longs métrages que vous voulez conserver en H264. Si l’opération se révèle effroyablement lente, le jeu en vaut cependant la chandelle : vous diviserez par trois la taille de vos films, sans dégradation perceptible de la qualité ! Si vous avez suivi les conseils prodigués dans notre n°1, vous êtes sans aucun doute devenu adepte des films HD en Mpeg2 qu’on trouve dans les newsgroups. Le souci, c’est que ces films prennent beaucoup, beaucoup de place : 10 Go en moyenne par long métrage, certains culminant à 25 Go ! Et même 10 Go, c’est trop pour faire rentrer un film complet sur un DVD vierge, même en double couche ! Pour autant, comme nous, ça vous déchire le cœur de devoir effacer certains films. Ne désespérez plus, voici une solution qui vous permettra de stocker trois fois plus de films sur votre disque, voire d’archiver ceux que vous préférez sur DVD (et un simple couche suffira bien souvent !). Oui, parce qu’en HD, on relativise tout de suite la valeur du Gigaoctet. Faites le calcul : un disque gargantuesque de 500 Go ne peut stocker… qu’entre 40 et 50 films ! Face à ce problème, les amateurs de haute définition expérimentent diverses solutions… Certains découpent les films en fichiers de 62• HD magazine n°3 4,3 Go afin de les graver sur plusieurs DVD±R. Outre la nécessité de recoller les morceaux avant tout visionnage (à moins d’accepter le changement de galette en plein milieu de séance – yeurk), cette solution n’est guère satisfaisante : la moindre rayure peut suffire à détruire tout espoir de revoir le métrage en entier. D’autres investissent dans de l’espace de stockage supplémentaire, mais le problème ressurgit très rapidement : pour notre part, nous arrivons au bout de nos 4 To de stockage ! D’autres, enfin, re-compressent les films en Mpeg4 720p, ce qui leur permet de diviser par trois (environ) la taille d’un film sans perte de qualité notable. Pourquoi du 720p ? Tout simplement car il s’agit du format présentant le meilleur rapport taille/qualité. En attendant l’arrivée réelle des graveurs de Blu-ray, cette solution nous parait la meilleure, et nous allons vous expliquer comment procéder ! Avant tout, rappelons que les codecs vidéo Mpeg4 se répartissent en plusieurs familles. Aujourd’hui, les plus utilisés appartiennent à la classe Mpeg4.2, et plus précisément à son sous-ensemble ASP (Advanced Simple Profile) : Divx, Xvid, Nero Digital ASP… La compatibilité de ces vidéos se révèle excellente, et la plupart des lecteurs de salon prennent en charge ce format, du moins en
résolution standard. En HD, il faut cependant impérativement que le lecteur soit équipé du circuit de décompression EM8620L/EM8621L de Sigma Designs. C’est le cas des platines DVD/Divx de nouvelle génération (Kiss DP600, Transtechnology DVX700, etc.), mais aussi de lecteurs de salon plus atypiques tels que le Tvix M-5000U. La deuxième grande famille de vidéos Mpeg4 se range dans la classe Mpeg4.10 et, plus spécifiquement, AVC (Advanced Video Coding) ou H.264, tout cela étant la même chose. Elle emploie des techniques de compression très évoluées, censées représenter ce qui se fait de mieux en matière de compression vidéo à ce jour. Le seul codec AVC/H.264 gratuit disponible aujourd’hui est baptisé X264 : encore en développement, il fournit déjà d’excellents résultats, bien supérieurs aux formats Mpeg4 ASP. Revers de la médaille, il faut impérativement un PC pour le relire aujourd’hui, puisqu’aucune platine ne le gère encore… Cela devrait toutefois évoluer avec l’arrivée des premiers lecteurs HD-DVD et Blu-Ray. Ce petit rappel vous aidera à choisir le format dans lequel vous re-comprimerez vos fichiers Mpeg2. Nous expliquons comment procéder en X264 mais, vous pouvez évidemment choisir un autre format. Grossièrement, si vos films sont susceptibles d’être relus sur autre chose qu’un PC, optez pour le Xvid (ou le Divx). Dans le cas contraire, le X264 nous semble une option très intéressante. AutoGK souverain, mais limité au Divx Pour nos lecteurs débutants, nous allons commencer par exposer la marche à suivre avec l’excellent utilitaire AutoGK. Il s’agit de la solution la plus simple à mettre en œuvre, mais elle ne permet que la conversion en Xvid/Divx. C’est pourquoi nous la ferons suivre par une méthode légèrement plus complexe, mais permettant de sélectionner n’importe quel codec de compression (dont le fameux X264). L’installation du logiciel débute par un double clic sur le fichier AutoGordianKnot.2.27.Setup.exe, évidemment présent sur notre CD-Rom. Laissez les options par défaut et contentez-vous de valider chaque nouvel écran d’un clic sur le bouton Next. Comme nous le verrons plus tard, AutoGK n’est en fait qu’une interface graphique permettant de piloter et de coordonner le travail de nombreux autres logiciels. La plupart sont mis en place de manière transparente par AutoGK, mais certains disposent de leur propre procédure d’installation. C’est pourquoi vous devrez valider manuellement les écrans d’installation des outils Vobsub et Avisynth, ainsi que du codec Xvid. Une fois de plus, ne touchez à aucun réglage et laissez les valeurs par défaut. L’opération terminée, lancez AutoGK via le menu Démarrer. Le logiciel a été conçu avec la simplicité d’utilisation comme principal souci. En conséquence, la plupart des étapes sont très intuitives et ne requièrent pas de longues explications. Commencez par choisir le fichier.ts à convertir dans Input File (1). La case directement inférieure, Convertir le 1080i Mpeg2 en H.264 PRATIQUE Output file (2), sert logiquement à déterminer l’emplacement et le nom du fichier converti. Changez-le si le choix proposé par défaut ne vous convient pas. Le choix de la piste son (3) n’en sera vraisemblablement pas un, puisque les flux.ts disponibles aujourd’hui sont rarement multilingues. En conséquence, ne touchez pas au réglage proposé par AutoGK. De même, le menu déroulant des sous-titres Subtitle track (4) ne vous sera d’aucune utilité : il ne sert que lors de la conversion de DVD en Divx. La troisième étape, en revanche, nécessite d’opérer un choix crucial, dont va en grande partie dépendre la qualité d’encodage : la taille du fichier converti. En Mpeg4 720p, pour maintenir une excellente qualité, il convient d’employer des taux des transferts vidéo situés entre 4000 Kbps et 4700 Kbps. En termes plus parlants, cela signifie que vous devrez compter entre 30 Mo et 35 Mo par minute, ou encore entre 2 heures et 2 h 30 de film par DVD simple couche. Au-delà, l’image risque de subir des dégradations trop importantes. Si votre but est de stocker le film converti sur un DVD±R et que celui-ci n’est pas trop long, alors saisissez « 4470 » dans la case Custom size (MB) (5). L’exacte capacité d’un DVD vierge est de 4482 Mo, aussi HD magazine n°3• 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 1HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 2-3HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 4-5HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 6-7HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 8-9HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 10-11HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 12-13HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 14-15HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 16-17HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 18-19HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 20-21HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 22-23HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 24-25HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 26-27HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 28-29HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 30-31HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 32-33HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 34-35HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 36-37HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 38-39HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 40-41HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 42-43HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 44-45HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 46-47HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 48-49HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 50-51HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 52-53HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 54-55HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 56-57HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 58-59HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 60-61HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 62-63HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 64-65HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 66-67HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 68-69HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 70-71HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 72-73HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 74-75HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 76-77HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 78-79HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 80-81HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 82-83HD Magazine numéro 3 mai/jun/jui 2006 Page 84