Hara-Kiri n°57 novembre 1965
Hara-Kiri n°57 novembre 1965
  • Prix facial : 2,50 F

  • Parution : n°57 de novembre 1965

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions du Square

  • Format : (235 x 306) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 55,7 Mo

  • Dans ce numéro : Institut des hautes Études d'Espionne, la rentrée a failli ne pas se faire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Afin de ne pas risquer de blesser l'âme délicate de nos lecteurs par une confrontation trop brutale avec la réalité, je vais procéder par initiation progressive, en employant un langage simple et familier et en partant d'observations anodines prises dans le monde poétique des fleurs et des papillons. Observons un papillon. Il butine de fleur en fleur dans un gai rayon de soleil. Présentons-lui un portrait de Brigitte Bardot. Il s'en fout. Conclusion : les papillons sont PÉDÉRASTES. Prenons une libellule mâle. Posons-la sur une libellule femelle. Elle manifeste aussitôt une activité sexuelle intense. Arrachons-lui les ailes. Elle continue à manifester. Arrachons-lui les pattes. C'est pareil. Conclusion : la libellule est un sacré cochon. Prenons maintenant un hanneton. Chatouillons-le sous le ventre de façon Ceci n'est pas destiné aux jeunes générations. Pour les jeunes générations, il n'y a pas de problème : on leur prodigue l'éducation sexuelle à l'école. Mais les adultes, hein ? Qui s'occupe des adultes ? Personne. Les adultes, c'est le passé. Les adultes, ils peuvent crever. Ou alors, demander aux jeunes. Mais avouez, quand on a fait Verdun ou l'Indo, c'est dur de s'humilier devant des blancs-becs. Alors, c'est effrayant. 99%, des adultes sont totalement illettrés en ce qui concerne le sexe. C'est pourquoi il y a tant de malheurs. Quand deux époux se trouvent pour la première fois dans le même lit, ils essaient de mettre en commun leurs maigres connaissances, mais ça ne donne pas grand-chose : « Je te dis que c'est par là ! » « Mais non, andouille, par là ! » « T'es fou, ça serait trop sale ! » Etc. Que de nuits de noces gâchées, que de vies brisées, que de femmes inassouvies qui vont s'inscrire au parti communiste ! Pourtant, on trouve trace de l'utilisation du sexe dans les civilisations les plus reculées. Il semblerait même que les Égyptiens, 50 siècles avant J.-C., avaient déjà adopté ce mode de reproduction de l'espèce. Les Égyptiens, c'était des gens sérieux, personne ne peut dire le contraire. Bon. Alors, prenez vos cahiers et vos crayons. Ça va commencer. COURS SUPÉRIEUR BET lascive. Le hanneton nous pique le nez. Conclusion : c'était une guêpe, pas un hanneton. Ces trois exemples nous montrent déjà que l'amour est un phénomène complexe. Nous allons voir maintenant que c'est également un enfant de bohème. Promenons-nous par les rues animées de notre belle cité. Que voyons-nous ? Des couples de chiens étroitement enlacés, sourds et aveugles à tout ce qui n'est pas leur amour. La foule passe, indifférente. Eux, ils s'aiment. Bon. Saisissons le seau d'eau qui ne nous quitte jamais et déversons-le sur un couple de loulous de Poméranie (1) au moment le plus pathétique de leur conversation. Les chiens crient très fort. Nous comprenons que nous les dérangeons. Recommençons avec le même couple et le même seau pendant très longtemps. Lorsque nous estimons que ça va comme ça, séparons-les. Prenons à part un seul des deux chiens et jetons-lui un seau d'eau. Il crie « Chérie ! ». Nous avons créé chez lui un RÉFLEXE CONDITIONNÉ. Il peut désormais se passer de chienne, mais pas de seau d'eau. Vous avez compris. Nous pouvons maintenant passer à l'étude de l'échelon le plus haut placé sur l'échelle des créatures, juste après le patron : l'homme. Prenons un membre sexuel. Versons dessus quelques gouttes d'acide sulfurique. Le membre sexuel se met à bouillonner. Il se dégage des bulles de GAZ CARBONIQUE et des SPERMATO- ZOÏDES. Recueillons précieusement (1) Les loulous de Poméranie sont des chiens de petite taille I Pur morsure est moins profonde (CLASSE DE Ceci n'est pas destiné aux jeunes générations. Pour les jeunes générations, il n'y a pas de problème : on leur prodigue l'éducation sexuelle à l'école. Mais les adultes, hein ? Qui s'occupe des adultes ? Personne. Les adultes, c'est le passé. Les adultes, ils peuvent crever. Ou alors, demander aux jeunes. Mais avouez, quand on a fait Verdun ou l'Indo, c'est dur de s'humilier devant des blancs-becs. Ch Afin de ne pas risquer de blesser l'âme e délicate de nos lecteurs par une confrontation trop brutale avec la réalité, je vais procéder par initiation pro- gressive, en employant un langage Ct simple et familier et en partant d'obser- Cid vations anodines prises dans le monde poétique des fleurs et des papillons. Observons un papillon. Il butine de fleur en fleur dans un gai rayon de soleil. Présentons-lui un portrait de Brigitte Bardot. Il s'en fout. Conclusion : les papillons sont PÉDÉRASTES. Prenons une libellule mâle. Posons-la sur une libellule femelle. Elle manifeste aussitôt une activité sexuelle intense. Arrachons-lui les ailes. Elle continue à manifester. Arrachons-lui les pattes. C'est pareil. Conclusion : la libellule est un sacré cochon. Prenons maintenant un hanneton. Chatouillons-le sous le ventre de façon Alors, c'est effrayant. 99% des adultes sont totalement illettrés en ce qui concerne le sexe. C'est pourquoi il y a tant de malheurs. Quand deux époux se trouvent pour la première fois dans le même lit, ils essaient de mettre en commun leurs maigres connaissances, mais ça ne donne pas grand-chose : « Je te dis que c'est par là ! » 4 (Mais non, andouille, par là ! » « T'es fou, ça serait trop sale ! » Etc. Que de nuits de noces gâchées, que de vies brisées, que de femmes inassouvies qui vont s'inscrire au parti communiste ! Pourtant, on trouve trace de l'utilisation du sexe dans les civilisations les plus reculées. Il semblerait même que les Égyptiens, 50 siècles avant J.-C., avaient déjà adopté ce mode de reproduction de l'espèce. Les Égyptiens, c'était des gens sérieux, personne ne peut dire le contraire. Bon. Alors, prenez vos cahiers et vos crayons. Ça va commencer. 0 cu lascive. Le hanneton nous pique le nez. Conclusion : c'était une guêpe, pas un hanneton. Ces trois exemples nous montrent déjà que l'amour est un phénomène complexe. Nous allons voir maintenant que c'est également un enfant de bohème. Promenons-nous par les rues animées de notre belle cité. Que voyons-nous ? Des couples de chiens étroitement enlacés, sourds et aveugles à tout ce qui n'est pas leur amour. La foule passe, indifférente. Eux, ils s'aiment. Bon. Saisissons le seau d'eau qui ne nous quitte jamais et déversons-le sur un couple de loulous de Poméranie (1) au moment le plus pathétique de leur conversation. Les chiens crient très fort. Nous comprenons que nous les dérangeons. Recommençons avec le même couple et le même seau pendant très longtemps. Lorsque nous estimons que ça va comme ça, séparons-les. Prenons à part un seul des deux chiens et jetons-lui un seau d'eau. Il crie « Chérie ! ». Nous avons créé chez lui un RÉFLEXE CONDITIONNÉ. U peut désormais se passer de chienne, mais pas de seau d'eau. Vous avez compris. Nous pouvons maintenant passer à l'étude de l'échelon le plus haut placé sur l'échelle des créatures, juste après le patron : l'homme. Prenons un membre sexuel. Versons dessus quelques gouttes d'acide sulfurique. Le membre sexuel se met à bouillonner. Il se dégage des bulles de GAZ CARBONIQUE et des SPERMATO- ZOÏDES. Recueillons précieusement (1) Les loulous de Poméranie sont des chiens de petite taille I Pur morsure PSI moins profonde le gaz carbonique. Il est très utile pour asphyxier les gens. Les spermatozoïdes, on ne sait pas trop à quoi ça sert. En général, on les pousse discrètement sous le tapis quand on fait le ménage. Prenons encore un membre sexuel. (Un autre. Celui de tout à l'heure, vous pouvez le jeter.) Posons-le sur une enclume. Saisissons un lourd marteau. Le membre sexuel rapetisse. Il a peur. C'est un LÂCHE. Soulevons le marteau et laissons-le retomber sur le membre sexuel. Nous entendons un éclat de rire. Le membre sexuel est CHA- TOUILLEUX. cp La femelle du membre sexuel s'appelle la FEMME. Prenons une femme. Posons-la sur une fleur. Elle se casse la gueule:Elle nous CD Cio injurie. Elle nous crache de la salive. Elle nous montre son derrière. Elle nous lance des excréments. Bref, elle NE BUTINE PAS. La femme n'est pas un papillon. Elle est une sale et une va de la gueule. Pas un papillon. a) C44 le gaz carbonique. Il est très utile pour asphyxier les gens. Les spermatozoïdes, on ne sait pas trop à quoi ça sert. En général, on les pousse discrètement sous le tapis quand on fait le ménage. Prenons encore un membre sexuel. (Un autre. Celui de tout à l'heure, vous pouvez le jeter.) Posons-le sur une enclume. Saisissons un lourd marteau. Le membre sexuel rapetisse. Il a peur. C'est un LÂCHE. Soulevons le marteau et laissons-le retomber sur le membre sexuel. Nous entendons un éclat de rire. Le membre sexuel est CHA- TOUILLEUX. La femelle du membre sexuel s'appelle la FEMME. Prenons une femme. Posons-la sur une fleur. Elle se casse la gueule:Elle nous injurie. Elle nous crache de la salive. Elle nous montre son derrière. Elle nous lance des excréments. Bref, elle NE BUTINE PAS. La femme n'est pas un papillon. Elle est une sale et une va de la gueule. Pas un papillon.
Tout ce que nous venons d'apprendre bigoudis. Quand la jeune personne voit au sujet des papillons et tout ça, ça ne pour la première fois ses bigoudis, elle sert donc à rien. Nous avons perdu court vers sa maman et elle s'écrie avec EME notre temps. Nous DE sommes des SEXOLOGIE IMBÉ- émotion : « Maman ! Je les ai ! » La APPLIQUE CILES. mère alors prend le père à part et lui dit : Il faut tout recommencer. « As-tu vu la petite ? Il est temps de lui faire faire sa Première Communion. » Observons une femme sur un marché. Elle butine de botte de poireaux en camembert pas trop fait. Posons la paume de notre main sur une de ses fesses. Elle nous donne une gifle. Cette femme est FRIGIDE. Nous examine- RATTRAPAGE) Tout ce que nous venons d'apprendre au rons sujet son des cas plus papillons tard. et tout ça, ça ne sert Une donc femme à n'est rien. Nous pas femme avons du perdu premier coup, temps.comme Nous sommes ça, hop des ! Non. IMBÉ- Ce notre CILES. serait trop facile. N'importe qui pourrait 0 en Il faut faire tout autant. recommencer. Une femme ne devient ai femme que lorsqu'elle a passé le cap Observons une femme sur un marché. périlleux de la PUBERTÉ. Avant, elle est Elle butine de botte de poireaux en une MERDEUSE. camembert pas trop fait. Posons la Lorsqu'une paume de notre femme main passe sur le une cap de périlleux fesses. de Elle la puberté, nous donne il se une produit gifle. Cette dans ses son femme organisme est FRIGIDE. des métamorphoses Nous examinerons son cas plus extrêmement intéressantes tard. à observer si l'on possède une bonne paire de Une femme n'est pas femme du premier coup, comme ça, hop ! Non. Ce jumelles et une chambre juste en face. Tout d'abord, ses nattes tombent, ainsi serait trop facile. N'importe qui pourrait que sa culotte petit-bateau et son appareil à redresser les dents. A la place, il en faire autant. Une femme ne devient femme que lorsqu'elle a passé le cap lui pousse des faux cils, des mamelles, périlleux de la PUBERTÉ. Avant, elle est un slip nylon noir avec de la dentelle, une MERDEUSE. un support-jarretelles assorti et des bigoudis. Lorsqu'une Sa femme croupe passe s'anime le d'un cap périlleuvement de la oscillato-giratoire puberté, se produit de grande dans mou- son amplitude organisme qui ne des s'arrêtera métamorphoses qu'à la extrêmement ménopause. La intéressantes nuit, elle lit à Lamartine observer et si « l'on Notre possède Cœur ». une Elle bonne pleure beaucoup paire de parce jumelles que et Johnny une chambre Halliday juste en aime en face. une Tout autre. d'abord, ses nattes tombent, ainsi que sa culotte petit-bateau et son appareil à redresser les dents. A la place, il Une puberté réussie est une fierté pour lui les pousse parents. des Aussi faux doivent-ils cils, des mamelles, se tenir prêts à toute éventualité. Dès qu'un père un slip nylon noir avec de la dentelle, un s'aperçoit support-jarretelles que sa fille rougit assorti en le et voyant des faire pipi, il peut se dire que les temps bigoudis. Sa croupe s'anime d'un mouvement oscillato-giratoire de grande sont proches. Bientôt apparaissent les amplitude qui ne s'arrêtera qu'à la ménopause. La nuit, elle lit Lamartine et « Notre Coeur ». Elle pleure beaucoup parce que Johnny Halliday en aime une autre. Une puberté réussie est une fierté pour les parents. Aussi doivent-ils se tenir prêts à toute éventualité. Dès qu'un père s'aperçoit que sa fille rougit en le voyant faire pipi, il peut se dire que les temps sont proches. Bientôt apparaissent les On conduit la jeune fille chez l'évêque, qui lui donne une gifle. Elle est femme. Elle a le droit de cracher contre le vent. Les parents sont heureux. Leur fille est maintenant capable de gagner bigoudis. le pain de Quand leurs la vieux jeune personne jours sur voit le pour trottoir. la première fois ses bigoudis, elle court vers sa maman et elle s'écrie avec émotion : « Maman ! Je les ai ! » La mère alors prend le père à part et lui dit : « As-tu vu la petite ? Il est temps de lui faire faire sa Première Communion. » On conduit la jeune fille chez l'évêque, qui lui donne une gifle. Elle est femme. Elle a le droit de cracher contre le vent. Les parents sont heureux. Leur fille est maintenant capable de gagner le pain de leurs vieux jours sur le trottoir. Chez le mâle, la puberté est moins brutale, plus intellectuelle. Avant la puberté, les garçons passent leur temps à crever les yeux des mouches. Après la puberté, ils crèvent les yeux des mouches en soupirant « Je t'aime ». Avant la puberté, ils rajoutent des moustaches aux photos de Jane Mansfield. Après, non seulement ils ne le font plus mais ils rajoutent des supports-jarretelles aux bustes de Victor Hugo. A peine le cap périlleux de la puberté Chez le mâle, la puberté est moins brutale, plus intellectuelle. Avant la franchi, voilà qu'arrive l'AMOUR. On n'est jamais tranquille. Voyons un peu puberté, les garçons passent leur temps cela de près. à crever les yeux des mouches. Après Si, la puberté, par une douce ils crèvent soirée les de yeux printemps des qu'embaument mouches en soupirant les mille « Je parfums t'aime des ». fleurs Avant écloses, la puberté, nous ils rajoutent nous promenons des moustaches frais aux vallon photos aux eaux de Jane murmurantes, Mansfield. en un notre Après, attention non seulement est attirée ils ne par le font la vive plus mais ils rajoutent des supports-jarretelles aux bustes de Victor Hugo. A peine le cap périlleux de la puberté franchi, voilà qu'arrive l'AMOUR. On 1 n'est jamais tranquille. Voyons un peu cela de près. Si, par une douce soirée de printemps qu'embaument les mille parfums des fleurs écloses, nous nous promenons en un frais vallon aux eaux murmurantes, notre attention est attirée par la vive animation qui règne dans un charmant groupe d'HLM aux perspectives bien ordonnées. Approchons-nous. Un garçon est arrivé, sur sa mobylette, avec ses copains. Il se met au milieu de la cour et il commence à chanter en faisant blam blam sur sa guitare. Elle est électrique, la guitare, alors ça fait du bruit. Et le micro aussi est électrique. C'est très beau, très pur. Y'a un copain qui s'occupe de l'ampli. Tout le HLM se O balance aux fenêtres et chante avec lui animation le refrain. qui A toutes règne les dans fenêtres. un charmant Sauf, groupe o naturellement, d'HLM aux une perspectives fenêtre, tout bien làhaut, au huitième, Approchons-nous. qui reste fermée. Un gar- Et ordonnées. çon c'est est naturellement arrivé, sur sa la mobylette, fenêtre de avec celle ses qu'il copains. aime. Il souffre Il se met beaucoup milieu et tout de la le cour monde et il voit commence bien qu'il à souffre chanter et en tout faisant monde blam espère blam qu'il sur sa va guitare. souffrir Elle encore est le électrique, plus et on se la demande guitare, où alors il va ça s'arrêter, fait du bruit. mince, Et alors. le micro Et juste aussi comme est électrique. on commence est très à en beau, avoir très marre, pur. voilà Y'a un la fenêtre copain (A C qui s'occupe s'ouvre et de la l'ampli. fille qui Tout se le montre. HLM se balance Belle, belle, aux belle. fenêtres Et lui, et il chante avec encore lui F le plus refrain. beau, A plus toutes beau les que fenêtres. tout, Sauf, blam 0 naturellement, blam comme pas une un, fenêtre, merde, dis tout donc là- ! +I haut, Les rossignols au huitième, dans qui les reste gouttières fermée. du Et c'est HLM naturellement ferment leurs la gueules. fenêtre de Vexés. celle qu'il Mais aime. la fille, Il souffre rien. Elle beaucoup a juste ouvert et tout la le monde fenêtre voit pour bien secouer qu'il souffre la salade. et tout Alors, le monde elle secoue espère la salade. qu'il va La souffrir chanson, encore tout plus ça, elle et on entend se demande pas. Elle où a il autre va s'arrêter, chose mince, à penser. alors. Elle Et pense juste à comme sa salade. on Déjà, commence le gars, à il en trouve avoir qu'elle marre, pousse voilà la un fenêtre peu. qui Mais s'ouvre voilà encore et la fille qu'en qui secouant montre. sa Belle, salade, belle, les gouttes belle. Et d'eau, lui, il chante elles tombent encore plus sur la beau, guitare. plus Plein beau de que gouttes tout, d'eau. blam Les blam cordes, comme dzouingue, pas un, merde, comme dis donc de la ! merde, Les rossignols Merde ! dans Là, il les est gouttières pas content. du « HLM Salope ! ferment » il dit. leurs L'HLM, gueules. vous pensez Vexés. s'il Mais retient la fille, son rien. souffle. Elle « a Quand juste ouvert je pense la que fenêtre c'est pour pour secouer toi que la je salade. m'esquinte Alors, à faire elle secoue le con !... la salade. Je suis bien La chanson, con. » Alors, tout la ça, fille, elle elle entend a le beau pas. Elle geste. a autre Elle lui chose jette à une penser. feuille Elle de pense salade. à Ca, sa salade. mon pote... Déjà. le gars. il trouve qu'elle pousse un peu. Mais voilà encore qu'en secouant sa salade, les gouttes d'eau, elles tombent sur la guitare. Plein de gouttes d'eau. Les cordes, dzouingue, comme de la merde. Merde ! Là, il est pas content. « Salope ! » il dit. L'HLM, vous pensez s'il retient son souffle. « Quand je pense que c'est pour toi que je m'esquinte à faire le con !... Je suis bien con. » Alors, la fille, elle a le beau geste. Elle lui jette une feuille de salade. Ca, mon pote...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :