GuyaMag n°87 novembre 2019
GuyaMag n°87 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°87 de novembre 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : EPAG

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : la production locale au coeur de l'économie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Les associés de Yana Wassaï (de gauche à droite)  : Philippe Byron, Jean-Pierre et Dave Drelin, Patrick Labranche. Filière d’AVenir Le wassaï, également connu sous le nom d’açaï, est un fruit de palmier, appelé palmier Pinot, en Guyane. Mise en avant pour ses propriétés anti-oxydantes et énergisantes, et sa capacité à aider à la lutte contre certains cancers, cette baie, Yana WASSAï Yana Wassaï, société spécialisée dans la transformation et la conservation de fruits, a pour ambition de mettre en place et structurer la filière wassaï en Guyane. Coup de projecteur sur ce projet d’envergure. Par Aurore Portelli qualifiée de « superfruit » est depuis quelques années très tendance. « Aujourd’hui, un quart du marché mondial est satisfait. C’est un marché en croissance de douze pour cent par an. C’est dire le potentiel de ce fruit ! », explique Dave Drelin, président de Yana wassaï. Qui sème une graine récolte du wassaï Tout commence il y a cinq ans  : Dave Drelin, bercé depuis toujours dans l’agriculture et en 38/Novembre 2019 www.ewag.fr/Guyamag/@ewagmedia
reconversion à l’époque, a pour idée de transformer un produit agroalimentaire  : le wassaï. Il fonde la société Yana wassaï dont il est le président avec pour associés deux agriculteurs, son père Jean- Pierre Drelin et Patrick Labranche, président de la coopérative agricole CACG et Philippe Byron, directeur de Solamaz, une entreprise spécialisée dans l’éclairage photovoltaïque. « À travers Yana wassaï, notre projet est non seulement de valoriser notre propre agriculture mais surtout de structurer la filière », explique le président. « Pour ce faire, nous avons mené une réflexion globale à travers des études de marché, de faisabilité technique, industrielle et financière et nous sommes assurés de la capacité de production et de rentabilité ». Et structurer une filière La structuration de la filière du wassaï se met en place en partenariat avec la coopérative « Bio-Savane », qui regroupe une cinquantaine d’adhérents, à ce jour. Ce partenariat prévoit une coordination et un accompagnement des agriculteurs afin d’améliorer et optimiser les cultures existantes ainsi qu’un accompagnement de producteurs qui souhaiteraient se lancer dans l’exploitation du palmier Pinot. À ce jour, ce sont trois cents hectares de pinotières naturelles ou plantions existantes et cinquante mille pieds prêts en pépinière qui permettront d’assurer le démarrage de Yana wassaï. D’autres cultures seront exploitées afin d’assurer les besoins en production estimés à une superficie de mille hectares dans les sept ans à venir. Le partenariat avec Bio-savane prévoit l’achat de la production à un coût équitable pour tous les intervenants mais vise également à garantir un approvisionnement stable, de qualité et conforme aux exigences sanitaires et règlementaires, le tout dans un schéma d’agriculture équitable, bio et éco-responsable. Filière d’avenir Au terme de cinq années d’études et DOSSIER PRODUIRE LocaL À travers Yana wassaï, notre projet est non seulement de valoriser notre propre agriculture mais surtout de structurer la filière. Le Président, Dave Drelin Entouré des associés de Yana Wassaï de montage de dossier, les associés peuvent être fiers de disposer d’un projet terminé dans sa phase de conception. Prochaine étape  : la construction de l’usine début 2020 et un début de l’exploitation au premier semestre 2021. Au départ, l’usine assurera la transformation du wassaï sous forme de pulpe fraiche ou surgelée, de poudre et d’huiles essentielles, et à terme s’orientera vers d’autres fruits tels que le cupuaçu ou l’awara. À travers l’utilisation de la « zéodratation », Yana wassaï sera ainsi en mesure de proposer des produits déshydratés d’une qualité supérieure, détenteurs de tous leurs nutriments, le tout dans des emballages recyclables qui seront vendus à des industriels locaux mais également sur la scène internationale. Si une vingtaine de salariés doivent assurer l’exploitation de l’usine, à terme, c’est plus de deux cents emplois qui seront générés pour assurer la production, la recherche et le développement ou encore la logistique. Preuve en est que Yana wassaï est indéniablement un projet d’envergure et structurant pour l’agriculture guyanaise ! Lotissement Banane 97356 Montsinéry-Tonnegrande 0694 41 66 20 contact@yana-wassai.com www.ewag.fr/Guyamag/@ewagmedia Novembre 2019/39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :