Gotha n°4 novembre 2014
Gotha n°4 novembre 2014
  • Prix facial : 1,90 €

  • Parution : n°4 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 19,6 Mo

  • Dans ce numéro : Burt Reynolds... la star ouvre les portes de son paradis.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Avant tout, il faut déjà comprendre la constitution du cheveu. La cuticule : la partie la plus externe du cheveu est composée de plaques cornées en forme d’écailles, un peu comme une toiture. Le cortex : au centre, c’est lui qui donne au cheveu sa couleur. Il contient des chaînes de protéines appelées kératines. Il absorbe l’eau facilement. Un cheveu coloré ayant perdu la cuticule devient donc particulièrement poreux. La mélanine est la pigmentation de la couleur naturelle de la couche du cortex. C’est elle qui peut être modifiée, mais avec une forte oxydation ou des solutions alcalines concentrées. La moelle, constituée de protéines. Parfois absente dans les cheveux très fins, elle se présente en petit tunnel parfois discontinu au centre du cheveu. Quel processus ? Lors d’une coloration, la cuticule protectrice se soulève pour laisser passer la composition colorante dans le cortex. Si le cheveu a été endommagé par des colorations trop fréquentes ou mal dosées, la coloration sera difficilement réussie et n’aura pas l’air très naturelle. Le shampooing ou une crème posée après la coloration referme les écailles de la cuticule et emprisonne donc la couleur. 44 Beauté QUELLE BONNE coloration ? Les femmes ont pris depuis des lustres l’habitude de modifier la couleur naturelle de leur chevelure. La coloration est un processus en vogue mais qui fragilise fortement le cheveu. Quitte à se faire plaisir, autant choisir la meilleure solution ! Choisir la ‘‘bonne » couleur Premier impératif : il fait être certaine de choisir la bonne couleur et pas forcément celle que l’on souhaite. En effet, normalement, décider de faire une couleur a quand même pour but, non seulement de changer d’apparence, mais aussi de paraître plus séduisante. C’est d’ailleurs l’un des points qui différencie un bon coiffeur d’un commerçant : il cherchera à vous dissuader de choisir une couleur qui ne vous ira pas, voire il THINKSTOCK refusera de le faire. Mais oui, cela existe, je vous assure ! Il faut donc partir de notre petite personne en particulier : notre teint, notre couleur d’yeux, et bien entendu notre teinte naturelle de cheveux. En effet, cette teinte peut ne pas être en accord avec celle que nous voulons à tout prix. Il faut aussi avoir un objectif clair : changer de couleur pour modifier l’impression que l’on donne au premier abord, trouver un nouveau look à la suite d’un bouleversement dans notre vie, couvrir les premiers cheveux blancs, retrouver la couleur de ses jeunes années, uniformiser les cheveux gris. En bref, des besoins fort différents qui vont dicter un choix de couleur très diversifié. Si vous n’êtes pas trop sûre de vous, il y a toujours la possibilité d’avoir recours à un conseiller en image, spécialiste en « relooking », qui étudiera avec vous les couleurs qui vous mettent le plus en valeur. Couleurs froides & couleurs chaudes Les couleurs froides sont associées aux profils de type nordique la plupart du temps : THINKSTOCK
pi des yeux clairs et une peau claire avec tendance au rosissement. Cela est bien entendu associé aux blonds. Il faut ensuite choisir dans la gamme qui va du blond blanc au blond cendré. Les couleurs chaudes sont souvent associées au type méditerranéen, asiatique ou africain, avec des peaux qui vont parfois sur le jaune et l’olive. La couleur des yeux est marron ou verte. On va donc plutôt sur des couleurs de cheveux dans la gamme des bruns, ainsi que des roux tirant sur le bordeaux ou le doré. Rien n’empêche les reflets et les mèches. Les coiffeurs déconseillent systématiquement certaines associations comme les yeux et sourcils foncés et les cheveux blonds clairs. A la mode il y a quelques années avec certains punks, il est clair que ce n’est pas un mélange qui flatte le physique, à moins d’avoir envie de se faire remarquer. Différents types de colorations Pour commencer, si vous faites une coloration chez vous, mieux vaut démarrer avec des colorations semi-permanentes qui disparaissent après environ 12 shampooings, car les molécules sont fixées uniquement autour du cheveu. Il existe également des colorations dites demi-permanentes qui tiennent environ le double de temps, soit environ 24 shampooings, car les molécules se répartissent entre les écailles du cheveu. Votre coloration sur internet Les sites de L’Oréal, Garnier ou Schwarzkopf peuvent vous aider à établir un bon diagnostic. Une fois que vous êtes certaine d’avoir fait le bon choix parmi la palette qui vous est offerte, vous pouvez passer à la coloration permanente, ou plutôt durable, puisque les pigments pénètrent dans le cheveu lui-même. Attention, car si le résultat ne vous plait pas, et si vous voulez procéder à une décoloration, cela équivaut à une autre coloration durable. Coloration & allergies On a noté depuis environ une dizaine d’années une forte augmentation des allergies aux colorants capillaires. En fait, cela est assez logique étant donné que le nombre d’utilisateurs de teintures a explosé, et ce, dans toutes les tranches d’âge, y compris très jeunes. Environ la moitié des Français se teignent les cheveux après 14 ans, régulièrement ou non. On a pu également constater que le délai entre deux colorations ne cesse de se réduire, les couleurs de varier, en bref le besoin de changement semble être en progression constante. Malgré les recherches, à ce jour, aucun ingrédient n’est parvenu à remplacer cette substance qui permet de parvenir à une couleur uniforme pour les colorations durables, ne s’éliminant pas lors des shampooings. Les symptômes sont divers : ils peuvent aller d’un eczéma sur le visage et le cuir chevelu jusqu’à une réaction cutanée avec œdème. Heureusement, cela ne concerne pas tout le monde, mais il est clair qu’il ne faut avoir recours aux colorations que lorsque cela est nécessaire et non pas en permanence. 41'/eve'Toujours faire des tests préalables THINKSTOCK La Commission de Sécurité des Consommateurs a étudié les produits colorants et fourni quelques mesures de précaution. Les produits sont techniques et il est donc impératif de suivre à la lettre le mode d’emploi qui est donné avec le produit et surtout de réaliser une touche d’essai. Ce sont surtout les colorations permanentes qui présentent le plus de risque sur le cheveu. Il faut particulièrement faire attention aux mains et aux yeux. Une petite précaution supplémentaire si de jeunes enfants sont dans le foyer : placer les produits de façon à ce qu’ils ne puissent pas les attraper. Eviter les colorations si vous avez des pellicules ou une irritation du cuir chevelu. Il existe d’autres types de colorations à base de plantes qui ne sont pas durables, puisque naturels (châtaignier, camomille...). Les colorations métalliques sont rares en France, et à vrai dire, tant mieux, car elles ne permettent plus d’utiliser ensuite un produit oxydant sur le cheveu. Le choix est largement ouvert, alors pourquoi ne pas commencer par une bonne coupe et quelques conseils de votre coiffeur visagiste ? I.N. 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :