Gotha n°4 novembre 2014
Gotha n°4 novembre 2014
  • Prix facial : 1,90 €

  • Parution : n°4 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 19,6 Mo

  • Dans ce numéro : Burt Reynolds... la star ouvre les portes de son paradis.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 Actualité Mick, 71 ans, et toujours l’allure d’un jeune homme.'. T.,t James Brown, son maître.
James Brown Like a Rolling Stone Mick Jagger nous a donné rendez-vous au théâtre Apollo dans le quartier d’Harlem à New-York. C’est là qu’il a vu pour la première fois sur scène James Brown. Devenu son ami au fil des années, le chanteur des Rolling Stones a décidé de produire le film Get On Up qui retrace la vie de l’artiste, avec émotion. GOTHA : Pourquoi est-ce que le chanteur des Rolling Stones décide de se lancer dans la production pour raconter la vie de James Brown sur grand écran ? Mick Jagger : Je l’ai toujours admiré et il m’a inspiré dès mes débuts sur scène. Je n’irais pas jusqu’à dire que je voulais l’imiter mais James Brown m’a appris à bouger devant un public et à savoir communiquer avec une salle. Il a été le premier à faire ça. Quel est votre premier souvenir de James Brown ? J’ai tenu à présenter notre film dans ce théâtre car c’est ici à l’Apollo que je l’ai vu sur scène pour la première fois. J’avais 21 ans… c’était presque hier (Ndlr : Jagger éclate de rire puisqu’il a fêté ses 71 ans en juillet dernier). C’était un moment magique. Chadwic Boseman campe le Parrain de soul au cinéma Selon vous, qu’est-ce qui restera dans l’histoire de James Brown ? James a marqué des générations à travers le monde. Il a été le premier à plaire à un vaste public quelles que soient ses origines sociales ou raciales. Des gens du monde entier continuent d’écouter sa musique. Non seulement ses chansons sont encore au goût du jour mais des jeunes du hip-hop utilisent des extraits de ses compositions pour faire de nouveaux mix. Vous étiez sur la scène du stade de France l’été dernier. Peut-on espérer le retour des Rolling Stones dans notre pays en 2015 ? Il est beaucoup trop tôt pour parler de ça. J’évite de penser trop à l’avance, même si des concerts demandent des mois de préparation. C’est du côté de l’Australie qu’il faudra faire le déplacement si l’on veut voir les Rolling Stones sur scène avant la fin de l’année. Ensuite, je compte bien prendre un peu de repos avant de songer à 2015. À Hollywood : Grant Dever. 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :