Gotha Magazine n°6 jun/jui 2011
Gotha Magazine n°6 jun/jui 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°6 de jun/jui 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 24,7 Mo

  • Dans ce numéro : Kate Middleton, à peine mariée et maintenant un enfant.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 INTERVIEW DOSSIER JEAN-LUC LAHAYE LAHAYE GOTHA magazine 14 CÉLÉBRITÉ Magazine Février/Mars 2011 Pascal Beliard
RENCONTRE AVEC L’IDOLE DES ANNÉES 80 Jean-Luc Lahaye F INTERVIEW DOSSIER JEAN-LUC LAHAYE « Le public a toujours le dernier mot ! » « Femme que j’aime », « Papa chanteur » ou encore « Décibelle » font partie de ces tubes inoxydables qui déclenchent automatiquement chez les gens des souvenirs émus de leur jeunesse. Ces chansons sont désormais fredonnées par les nouvelles générations, et Jean- Luc Lahaye regagne une notoriété qui a pu le fuir dans les années 90. Après deux concerts triomphaux en septembre 2010, il effectue actuellement une grande tournée dans toute la France. Avec lucidité et humour, il revient avec nous sur sa carrière : de son enfance difficile à nos jours, en passant bien évidemment par les grands succès qui ont marqué les années 80. Vous êtes un enfant de la Dass. Racontez-nous cette première partie de votre existence. Jean-Luc Lahaye : Je suis passé par soixante-treize familles en dix-sept ans de vie. Je raconte ce parcours dans mon livre « Cent familles », jusqu’à mon premier tube. Ce n’était pas formidable... On sortait de l’Assistance publique, qui consistait à mettre des gamins sans parents ou dont les parents étaient en grande difficulté sociale, médicale, voire en prison, dans des fermes d’accueil. Nous étions d’abord dans une base qui s’appelait Denfert-Rochereau, un ancien hôpital, et de là nous étions orientés vers des familles d’accueil, en général dans des fermes. C’étaient des gens qui travaillaient dans les champs, qui étaient payés pour héberger des gamins de la Dass de Paris. Le gamin arrivait dans un univers étranger et il fallait travailler dans les champs. Ils nous exploitaient comme ils le pouvaient aussi, car nous étions une bouche à nourrir supplémentaire. Dans les petites écoles, nous arrivions toujours en cours de scolarité, donc montrés du doigt, parce que nous étions des enfants de la Dass. Cela était vécu comme une honte ? Oui, bien sûr. Il a fallu que je traverse toutes ces années. En fait, j’ai vécu cette enfance comme sur un bateau qui menaçait de prendre l’eau à tout moment. Comme dans une tempête, avec très peu de moments d’accalmie… Dans cet univers trop instable pour un enfant, à quoi vous raccrochiez-vous ? C’était toujours changeant. Parfois, je restais une heure dans une famille d’accueil. Je refusais d’y rester. En ce qui me concerne, très tôt, j’ai eu des rêves de réussite dans la chanson. A 8 ans, je pense. Mais ce qui me raccrochait, c’était mes copains à Paris que j’allais retrouver. On savait qu’on avait une base à Denfert- Rochereau, et inévitablement, ces copains d’enfance que j’ai toujours, faisaient tout pour se faire virer ou simplement fuguaient. La chanson est apparue très tôt dans votre vie. Vous parliez d’un poste de radio qui vous accompagnait partout. Cela a été le fil conducteur de ma vie, qui était relié à un bout d’horizon bleu. Le poste de radio était mon compagnon. D’ailleurs, j’ai gardé cette habitude, partout où je vais en tournée. Je l’emporte toujours. Pas le même évidemment ! Vous vous intéressiez à la chanson française ou à des groupes anglo-saxons ? J’aimais beaucoup les Stones. J’étais plus Rolling Stones que Beatles. Comme Johnny, ils avaient cette rébellion officielle, assumée et révolutionnaire par leur comportement, leur tenue sur scène, leur démarche. Musicalement, les Stones m’ont toujours plus intéressé. Maintenant encore, certains groupes rock m’intéressent plus que des groupes consensuels comme Coldplay. Vous vous sentiez proche de cet esprit rebelle ? J’ai été à Fresnes en prison à 17 ans, pour vol de voitures. Après la prison, j’ai continué un peu dans la délinquance, par provocation. J’ai eu la chance, très vite, d’avoir un éducateur formidable qui m’a pris en main. J’ai aussi eu un père spirituel, Louis Bianco. Ils m’ont structuré, m’ont dit que si j’avais une passion, il fallait que j’aille jusqu’au bout. Je n’en étais pas à faire des braquages, mais j’avais des mauvais réseaux. Ils m’ont dit que je valais mieux que ça. Ils m’ont trouvé une place comme chauffeur de Zizi Jeanmaire. C’est là où mon destin a basculé. La bonne étoile ! GOTHA magazine 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 1Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 2-3Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 4-5Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 6-7Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 8-9Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 10-11Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 12-13Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 14-15Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 16-17Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 18-19Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 20-21Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 22-23Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 24-25Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 26-27Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 28-29Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 30-31Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 32-33Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 34-35Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 36-37Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 38-39Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 40-41Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 42-43Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 44-45Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 46-47Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 48-49Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 50-51Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 52-53Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 54-55Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 56-57Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 58-59Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 60-61Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 62-63Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 64-65Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 66-67Gotha Magazine numéro 6 jun/jui 2011 Page 68