Glam Night n°128 juin 2019
Glam Night n°128 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°128 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : SARL MIEL

  • Format : (105 x 148) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 28 Mo

  • Dans ce numéro : Venise n'est pas en Italie...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 INTERVIEW La famille Chamodot est fantasque et inclassable. Bernard, le père, un peu doux-dingue, fait vivre tout le monde dans une caravane et la mère, Annie, teint les cheveux de son fils Emile en blond, parce que, paraît-il, il est plus beau comme ça… Découvrez la naissance de cette aventureuse comédie avec le réalisateur Ivan Calbérac, Benoît Poelvoorde et Valérie Bonneton. IVAN CALBÉRAC, QU’ESPÉRIEZ- VOUS OBTENIR EN METTANT FACE À FACE BENOÎT POELVOORDE ET VALÉRIE BONNETON POUR LES INCARNER ? Des étincelles, de la vie, de la fantaisie, de l’émotion, du rire, de la vérité, et bien plus encore ! J’ai immédiatement songé à eux. Valérie et Benoît portent en eux un grain de folie, avec une poésie, mais aussi des fêlures… La combinaison idéale pour incarner ce couple inclassable et, je l’espère, touchant. D’autant qu’ils ont eu une complicité immédiate sur le plateau. Valérie et Benoît sont au-delà de la justesse. Ils sont vrais. Ils ne cherchent pas à apparaître à leur avantage, ils ne mettent jamais leur personnage à distance, en essayant de nous faire croire qu’ils sont plus intelligents que lui. Non, ils se fondent totalement en lui. Et ce sont de vraies Formules 1  : on lance le moteur, et ça part à 100 à l’heure. BENOÎT, QU’EST-CE QUI A SUSCITÉ LE DÉSIR D’ACCEPTER LE PROJET ? Benoît Poelvoorde  : J’ai trouvé le scénario très drôle. Et puis c’est une histoire vraie, ce qu’a en partie vécu le réalisateur, alors ça m’a touché. Il en a d’abord tiré un roman avant d’écrire le scénario. J’ai lu les deux, j’ai d’ailleurs aimé autant l’un que l’autre, puis je me suis dit  : « Oui, d’accord pour le tourner, mais avec qui ? » Pour qu’une comédie fonctionne, cela dépend beaucoup du partenaire de jeu. VALÉRIE, QUAND BENOÎT A SU QU’IVAN CALBÉRAC PENSAIT À VOUS POUR INCARNER SON ÉPOUSE, IL VOUS A AUSSITÔT APPELÉE. QU’A-T-IL DIT POUR VOUS CONVAINCRE ? Valérie Bonneton  : « Il y aura deux ou trois scènes de nu, ça va bien se passer… ne t’inquiète pas ! » (rires).
Plus sérieusement, dès que j’ai lu le scénario, j’ai eu envie d’entrer dans cette famille  : les Chamodot. Ensemble, ils traversent les aléas de la vie, même si les deux fils ont un peu honte de leurs parents. Surtout Émile, le cadet, malgré ce qu’il subit, et le fait qu’il doive supporter des parents barges et névrosés et le quotidien dans une caravane, il y a beaucoup d’amour entre eux, de la maladresse certes, mais avant tout de l’amour. C’est ce qui m’a touché. VOUS AVIEZ BRIÈVEMENT TOURNÉ UNE FOIS ENSEMBLE DANS UN FILM D’YVAN ATTAL, COMMENT SE SONT PASSÉES LES RETROUVAILLES SUR LE PLATEAU ? Benoît  : On savait déjà qu’on allait se marrer. C’est fondamental de bien s’entendre. Surtout qu’on a tourné l’été dernier durant la période de canicule. Croyez-moi, lorsqu’on passe de longues heures, avec des vêtements en coton épais, sous une chaleur épouvantable, à laquelle s’ajoute celle émise par les projecteurs, dans un espace réduit  : une toute petite caravane, ou une veille Volvo break… on vit une expérience humaine extrême ! D’autant qu’on était souvent à quatre dans la caravane avec les enfants. Sans parler du chien de Valérie. QU’APPORTE CETTE COMPLICITÉ À VOTRE TRAVAIL ? Valérie  : On se pose moins de questions. C’est assez merveilleux lorsque l’entente est naturelle. Ça m’a aidé pour les scènes où je devais jouer tapie dans l’ombre, en étant présente, mais avec peu de choses à dire. Parce que dans ce cas il est difficile de se contenir pour ne pas intervenir. Benoît  : Quand j’avais du texte et Valérie quasiment pas de dialogue, elle ne pouvait s’empêcher d’ajouter des  : « Et bien… », « Oui mais je… » Et le réalisateur de la reprendre  : « Non ! N’en rajoute pas… » 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :