Glam Night n°127 mai 2019
Glam Night n°127 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°127 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : SARL MIEL

  • Format : (105 x 148) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : mode, les sneakers.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 INTERVIEW Les Crevettes Pailletées Acclamés par le public du Festival de l’Alpe d’Huez, nous rencontrons les acteurs du film « Les Crevettes Pailletées ». Cette comédie, qui a remporté le prix spécial du Jury est une véritable pépite mêlant humour et éclats de rires, qui retrace les aventures périlleuses d’une équipe de water-polo amateur pour participer au championnat du monde Gay Games. QUELLE ACCLAMATION LORS DU DERNIER FESTIVAL DE L’ALPE D’HUEZ ! Michaël Abiteboul  : C’est vrai que nous avons eu des retours géniaux à la fin de la projection, alors qu’on ne s’attendait à rien, hormis la hantise d’un rejet du film où de la manière dont le sujet est traité. Car on assume totalement cette extravagance et notre insolence. AVIEZ-VOUS DÉJÀ CONNAISSANCES DES GAY GAMES AVANT QUE CE PROJET VOUS SOIT PROPOSÉ ? Nicolas  : Pas du tout ! Et à chaque fois que j’en parlais à des gens de mon entourage, personne ne m’a dit « ah ouais grave, je connais bien ! ». Mais dès que l’on s’y intéresse, on se rend vite compte que c’est un événement énorme, qui réunit cinq fois plus d’athlètes qu’aux Jeux Olympiques ! Alban  : Le plus fou c’est que l’année où on a tourné, les Gay Games se déroulaient à Paris. Michaël Abiteboul  : Moi j’en avais entendu parler et j’y suis allé avec toute ma curiosité. ET LA VRAI ÉQUIPE DES CREVETTES PAILLETÉES ? Michaël  : On ne les connaissait pas, mais j’ai beaucoup aimé les rencontrer, puis on s’est un peu entrainé avec eux. VOUS ÊTES-VOUS SENTI AMBASSADEURS DE LA COMMUNAUTÉ GAY ? Alban Lenoir  : Un peu oui, pas seulement pas rapport aux Gay Games, mais aussi le fait de parler
de la communauté gay dans une comédie, ce que l’on avait pas vu depuis plus de vingt ans avec « Pédale Douce ». Ce film est porteur d’un message d’ouverture et j’ai de la fierté de tenir ce rôle, comme celui que j’avais eu dans le film « Un Français ». Nicolas Gob  : Lorsque tu rentres dans un tel scénario, tu ne peux pas être étranger à la situation des gays, ça devient presque un devoir ! Michaël  : Bien que je sois roux avec un nom ridicule (rire), je n’ai jamais traversé les rejets qu’ils ont connu. J’ai eu l’impression de participer à quelque chose qui me dépassai et j’espère leur avoir apporté autant qu’ils m’ont apporté. ALBAN ET NICOLAS, ON Y RESSENT VOTRE COMPLICITÉ ET UN RESPECT MUTUEL, VOUS VOUS CONNAISSIEZ BIEN AVANT CE FILM ? Nicolas Gob  : Le terme de respect est bien placé, on connaissait beaucoup le travail l’un de l’autre, mais ne nous étions jamais croisé. Alban Lenoir  : Nous avions cette volonté de travailler ensemble, j’étais ravis du casting en général et de savoir que c’était avec Nicolas c’était parfait ! MICHAËL, TU VENAIS DE TERMINER UN TOURNAGE AVEC ALBAN ? Michaël Abiteboul  : C’était le film « L’Intervention » qui est sortie en début d’année, lors de ce tournage il m’avait dit qu’on ne serait pas forcément copain tout de suite, mais que l’on deviendrait amis sur le tournage des Crevettes. J’avais trouvé ça gonflé mais on est réellement devenus amis ! VOUS AVEZ RÉELLEMENT JOUÉ CONTRE UNE ÉQUIPE DE WATERPOLO PROFESSIONNELLE ? Nicolas  : Oui et on s’est fait démonter (rire), ils sont insubmersible ! Michael  : C’était l’équipe B Nationale en Croatie, on pouvait s’appuyer à deux sur leurs épaules et ils ne coulent pas ! Il y a quandmême certaines actions que l’on fait bien à l’écran, mais en réalité on est tellement nul en water-polo ! On rate les passes alors que eux ils devaient se forcer pour rater leurs tirs ! Alban  : Et ils nous ont même aidé, quand ils voyaient qu’on était en galère ils nous tenaient. ÇA DONNE ENVIE DE POURSUIVRE LE WATER-POLO ? Nicolas  : Pas du tout ! Alban  : On peut faire beaucoup d’autres sports, mais celui-ci c’est le plus dur du monde. Interview réalisée par Glam’Night Sélection officielle du festival de l'Alpe d'huez 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :