Glam Night n°124 février 2019
Glam Night n°124 février 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°124 de février 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : SARL MIEL

  • Format : (105 x 148) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : idées de Saint Valentin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 INTERVIEW émus de Nicky Larson, de Laura, de leur relation, mais aussi de l’énorme Mammouth qui donnait des coups de massue sur les têtes ou de l’obsession de Nicky pour les jolies filles. Pour bien se replonger dans l’histoire, on s’est attaqué à la lecture des mangas et ça nous a permis d’appréhender une autre facette du héros de notre enfance car le dessin animé s’est révélé plus léger que le livre. Tarek Boudali  : Nicky Larson représente notre jeunesse. C’est l’homme qu’on avait envie de devenir parce qu’il était grand, beau, musclé, il savait être drôle ou sérieux selon les occasions et gagnait toujours à la fin. VOS PERSONNAGES SONT NÉS À L’ÉCRITURE DU SCÉNARIO… Julien  : Celui de Tarek, Pancho, est très bête  : en l’écrivant, on s’est dit que ce serait Dumbet Dumber dans un même corps. Et Philippe a insisté pour qu’il soit aussi très laid… Tarek  : C’est une petite vengeance car sur « Epouse-moi mon pote », le film que j’ai réalisé, je ne les avais pas arrangés physiquement. Du coup, on est moches tous les deux et si mon personnage est un abruti, je pense que celui de Julien est un ahuri. Mais le plus bête dans l’histoire demeure Julien Arruti parce qu’il s’est écrit luimême un rôle de mec repoussant. Julien  : Il n’empêche que c’est moi qui emballe toutes les filles dans le film ! ELODIE, AVAIS-TU « RÉVISÉ » LES DESSINS ANIMÉS POUR INTERPRÉTER LAURA ? Elodie Fontan  : En amont du projet, j’ai revu la plupart des dessinsanimés et pour ne jamais perdre de vue Laura, sur le tournage, pendant les pauses déjeuners ou les raccords maquillage, je revoyais volontiers un épisode afin de retrouver ses intentions de voix ou ses mimiques. QUE LUI AS-TU APPORTÉ ? Elodie  : Je lui ai transmis une certaine douceur. J’ai voulu qu’elle soit très aimante et très protectrice vis-à-vis de Nicky, sans doute plus que dans le dessin animé. En fait, je crois que je l’ai adoucie et rendue plus équilibrée. T’ES-TU PRÉPARÉE POUR LES SCÈNES D’ACTION ? Elodie  : Je pratique la boxe depuis longtemps et j’ai toujours rêvé que cette discipline puisse un jour me servir au cinéma. C’est pourquoi, quand les garçons écrivaient, je leur suggérais régulièrement d’inclure des séquences de bagarre à Laura.
ET TOI PHILIPPE POUR DEVENIR NICKY LARSON ? Philippe  : J’étais si motivé que je me suis astreint pendant huit mois à suivre un régime alimentaire et un entraînement physique pour gagner 8 kg de muscles. En parallèle, j’ai travaillé assidûment les chorégraphies des scènes d’action, j’ai également appris à tirer avec des Magnum, des mitraillettes et d’autres armes lourdes, puis je me suis teint les cheveux. Je me souviens du jour où la costumière m’a tendue la tenue de Nicky  : me voir dans sa veste bleue, son tee-shirt rouge et son pantalon noir m’a procuré une grande émotion. AS-TU DIRIGÉ LES ACTEURS COMME SUR LES AUTRES FILMS ? Philippe  : Avec les copains, je n’ai pas changé ma façon de faire. Mais j’avais très peur par exemple de diriger Pamela Anderson ! Quand nous avons créé le personnage, il était à l’image de la pin-up de Roger Rabbit et on s’est dit que ce serait génial de l’avoir au casting car, comme Nicky Larson, c’était une icône des années 90. 27 Interview réalisée par Glam’Night



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :