Glam Night n°121 novembre 2018
Glam Night n°121 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°121 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : SARL MIEL

  • Format : (105 x 148) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 13,1 Mo

  • Dans ce numéro : Bigflo et Oli, on a vraiment poussé les limites.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 INTERVIEW Alors qu’ils ont à peine terminé la tournée marathon, Bigflo & Oli sortent la seconde partie de leur album La vrai vie 2 et s’arrêteront le 24 novembre Parc des Expositions de Tours pour un show dont ils tiennent le secret. Rencontre avec Olivo, dit « Oli » … OLIVIO MA PREMIÈRE SURPRISE A ÉTÉ DE VOUS VOIR JOUER LES INSTRUMENTS EN LIVE. TU N’IMAGINES PAS UN CONCERT SANS CELA ? On n’a pas trop réfléchi pour le faire et pour moi c’est assez logique car c’est un live et les gens viennent écouter de la musique. Nous avons démarré le conservatoire très jeune, Florian faisait de la batterie et moi des années de trompettes, on est assez content de pouvoir les intégrer. D’ailleurs les deux musiciens qui nous accompagnent sont des potes du conservatoire. FAUT-IL AVOIR UNE PART DE JEU EN SOI POUR FAIRE CE MÉTIER ? Totalement ! Je pense qu’il faut toujours voir ça comme un jeu, essayer de s’amuser et d’amuser, avec un esprit de légèreté et de challenge  : on souhaite toujours ramener le plus de monde, faire le concert avec le plus de bordel, où les gens ont le plus chanté et rigolé…. POUR TOI LE CONCERT EST-IL UNE FÊTE ? Le concert c’est un moyen de dire merci au public, c’est une sorte de récompense pour tous les gens qui nous soutiennent,
qui parlent de nous, qui nous ont poussé dans nos projets et sont allés écouter l’album dès qu’il est sorti. Il y a une forme de partage qui se fait entre eux et nous et c’est une fête dans le sens ou il y a toujours un sacré bordel mais c’est bienveillant. On a la chance d’avoir un public de plus en plus varié et cela créé une sorte d’énergie ! LA DATE DES VIEILLES CHARRUES RESTE-T-ELLE VOTRE RÉFÉRENCE ? Il y a des soirs qui sont plus magiques que les autres et ce concert-là en fait partie. C’était un vrai concert de fou, quelque chose dont on se rappellera longtemps car c’était un de nos meilleurs concerts, à tous niveaux ! VOUS JOUEZ À TOURS LE 24 NOVEMBRE, CETTE TOURNÉE A-T-ELLE EU UNE SIGNIFICATION PARTICULIÈRE ? C’est un peu la tournée du moment où nous sommes au top ! On a vécu des choses dont on se souviendra toute notre vie. Si un jour ça marche moins bien, on saura qu’on était le groupe qui a le plus tourné cet été-là, nous devions faire 15 Zéniths et on en a rajouté 15 de plus, puis finir à Bercy un mois après la sortie de la seconde partie d’un album qui a cartonné. Je vois les moments qu’on est en train de vivre comme quelque chose d’exceptionnel. On a vraiment poussé les limites tous les soirs et ça demande une énergie folle ! Je me dis souvent qu’on a une chance folle et j’essaie de réaliser à chaque fois mais ce n’est pas facile. A TOULOUSE VOUS AVEZ PROUVÉ QUE VOUS N’AVIEZ PAS DE LIMITES… Ah oui tu trouves ? (rires) On a fait 4 Zéniths d’affilé à Toulouse, ce qui fait environ 43.000 personnes, c’était fou et plein d’émotions. C’est assez rare d’avoir un soutien aussi fort de l’endroit d’où tu viens, souvent les artistes disent que ce n’est pas simple d’aller jouer à la maison et nous on a la chance que ce soit totalement l’inverse ! 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :