GenMag n°310 février 2020
GenMag n°310 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°310 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : brasserie, magasin bio, fleuriste...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
700 ans de la ville en 2003… … ou carnaval de 1962… … quoi qu’il en soit, Gennevilliers a l’âme festive ! 42 k FÉVRIER 2020 Marie-Claude L’Huilier… … et l’auteur illustrateur PEF lors des 6 e Rencontres.
Jours de fête La fête traverse les temps, les continents et les âges. Il y a quelques semaines, les sixièmes Rencontres d’histoire critique ont exploré ce thème de la fête « entre ordre et désordre » pour leurs dix ans d’existence. Le thème de la fête a fait l’unanimité du comité de pilotage des Rencontres pour aller à l’encontre de l’ambiance morose de notre époque… et parce que ce thème est redevenu un objet de recherche historique. Initiées en 2009 par « Les Cahiers d’histoire » et l’Université populaire des Hauts-de-Seine, les Rencontres ont l’ambition de « rapprocher, à Gennevilliers, le public le plus large possible et des historiens ou sociologues chercheurs autour de thèmes très vastes et internationaux », explique Marie-Claude l’Huillier, une des fondatrices des Rencontres et historienne spécialiste d’histoire romaine. Ces Rencontres bisannuelles peuvent compter sur de nombreux partenariats dont, localement, le Centre Culture et Patrimoine Gennevillois et la Société d’histoire. Avant le thème de la fête dernièrement, la ville, les migrations, la guerre, la mondialisation, les révolutions du XX e siècle ont tour à tour été l’objet des conférences, des débats et des animations qui occupent les Rencontres pendant trois jours. Un long week-end qui sait mêler à la transmission du savoir historique, et aux ateliers-débats qu’il engendre (*), des moments de convivialité lors de projections de films et de concerts, autour des stands d’éditeurs et associatifs, et au cours de repas partagés. Lors des 6 e Rencontres, le film de Slatan Dudow, co-écrit par Bertolt Brecht, « Ventres glacés. Qui alors changera le monde ? » (1932), le repas indonésien et la rencontre du jeune public avec Pef ont « Rapprocher, à Gennevilliers, le public le plus large possible et des historiens ou sociologues chercheurs autour de thèmes très vastes et internationaux. » été particulièrement appréciés. Parmi les temps forts des débats, on soulignera l’intervention de Françoise Martinez (Paris VIII) sur les fêtes nationales en Bolivie et au Mexique au premier siècle de leur indépendance (1810-1925) ou encore la présentation des « fêtes maçonniques » au XIX e siècle par Éric Saunier (Université de Normandie). Remarquée aussi l’intervention, photos à l’appui, du syndicaliste Bernard Maupin sur « convi- vialités et délires dans l’atelier d’une usine aéronautique de Gennevilliers  : la Snecma ». À l’occasion d’une lutte sociale évidemment ! BIEN AVANT LE CARNAVAL… Outre ce focus sur la Snecma, la ville de Gennevilliers, hôtesse des Rencontres, a forcément été à l’honneur parce qu’ici aussi la fête traverse les époques ! S’appuyant sur une exposition, préparée en étroite collaboration avec le service des archives municipales, et sur diverses sources écrites — dont les articles de GenMag ou l’ouvrage de Jocelyne Tournet-Lammer, « Gennevilliers de A à Z » (éd. Alan Sutton) —, Jacqueline Le Men, ancienne responsable du service et membre du comité de pilotage des Rencontres, a fait une communication sur les fêtes à Gennevilliers. Depuis les fêtes médiévales religieuses ou plus profanes autour de la vigne, Jacqueline Le Men a déroulé le fil de l’histoire festive gennevilloise. Des fêtes de la noblesse au XVIIIe, avec le point d’orgue de la première présentation en 1783 de la pièce de Beaumarchais « Le Mariage de Figaro », au retour du Carnaval au début du XXI e siècle, une fête moins connotée socialement ou politiquement, comme une célébration du vivre ensemble contemporain, en passant par les fêtes républicaines puis ouvrières des XIX e et XX e siècles, les moments de fête ont été nombreux à Gennevilliers. L’an prochain paraîtront aux éditions Effigi les actes de ces Rencontres sur la fête « entre ordre et désordre ». En attendant le thème des 7 e Rencontres, en 2021… JEAN-MICHEL MASQUÉ (*) Ateliers-débats des 6 e Rencontres  : Fêtes et enfermement, De la fête populaire à la fête instituée  : les temps de la Révolution et de l’Empire, Les fêtes  : Les mises en scène du pouvoir, Fêtes et Luttes sociales, Les fêtes  : expression des résistances ?, Fêter pour des idées, Fêtes et ordre social, Lutter c’est fêter, fêter c’est lutter. 2009 Premières Rencontres d’histoire critique organisées à Gennevilliers. FÉVRIER 2020 k 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :