GenMag n°310 février 2020
GenMag n°310 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°310 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : brasserie, magasin bio, fleuriste...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
J’peux pas, j’ai Tamanoir ! Au 27 avenue Lucette-Mazalaigue, on passe une soirée, le temps d’un concert… mais pas que ! Le Tamanoir est aussi un lieu d’échange et de partage entre les artistes qu’il soutient et les élèves du quartier du Luth. L es corps se balancent sur les sièges. Les mains se lèvent, applaudissent. Des rires et des cris enthousiastes éclatent dans le public. Vendredi 19 décembre, la salle est pleine à craquer… d’enfants de 6 à 12 ans. Et ils ont droit à un show digne des grands  : basses qui dépotent, lancers de fumée, spots lumineux. C’est qu’il n’y a pas de petit spectacle au Tamanoir ! Aujourd’hui, c’est un concert mêlant hip-hop et comédie, « La relève », qui est proposé aux classes élémentaires du quartier du Luth par trois compères  : Kelly Carpaye, Lorin Paquin et Quentin Perette. « Notre métier, c’est d’apporter du bonheur pendant une heure. Dans nos chansons, on aborde des sujets qui pourraient toucher cette tranche d’âge. » Le tout avec un son qui claque ! Voilà de quoi baigner tout de suite les jeunes dans les musiques actuelles. Et c’est bien là l’objectif du Tamanoir, comme le rappelle son directeur, Jean- Christophe Delcroix  : « Nous voulons sensibiliser les jeunes à la musique. Ils sont le public de demain et cette matière artistique est un outil de construction de soi, d’émancipation. Leur faire mettre un pied dans les lieux contribue à le désacraliser. » On dirait bien que les enfants y sautent même à pieds joints  : « La première chanson, elle était trop bien ! » « Moi j’ai bien aimé quand ils dansent. » « Le mieux, c’est le remixage Cookies ! » TENIR LA BONNE NOTE Plus qu’une simple salle de spectacle, le Tamanoir rayonne dans le quartier du Luth pour faire venir les musiques actuelles dans toutes les oreilles. Au-delà de sa riche programmation annuelle, il propose ainsi deux spectacles par saison aux plus jeunes et mène également plusieurs actions culturelles avec les établissements scolaires du quartier et d’autres structures de la ville, en partenariat avec des artistes associés ou en résidence. Depuis janvier, Sly Johnson, ancien membre du Saïan Supa Crew, accompagne des élèves de CM2 de l’école 34 k FÉVRIER 2020 Sly Johnson « La relève », concert mêlant hip-hop et comédie. Jean-Lurçat dans la réalisation d’un morceau original à partir de textes de Boris Vian. Il encadre également un projet d’écriture et de composition musicale entre jazz et cultures urbaines, « Jazz time », en collaboration avec le Lycée Galilée et le conservatoire Edgar-Varèse (voir encadré)… tout en dirigeant la fameuse chorale intergénérationnelle soul hip-hop  : Tama Vox ! Un véritable hommeorchestre. Quant à la chanteuse et contrebassiste franco-colombienne Ëda, ancienne enfant du Luth, et sa complice Magaly Alzate, chanteuse et percussionniste colombienne, elles accompagneront les élèves de 4 e du collège Guy-Môquet dans la réalisation d’une chanson sur l’histoire de leur quartier. Ceux-ci puiseront leur inspiration dans des échanges avec les retraités de la résidence Camille-Cartier ainsi qu’avec des jeunes de Medellin, en Colombie. C’est le dispositif « Éteignez vos portables », en partenariat avec le département des Hauts-de-Seine, pour une musique plus que jamais ouverte sur le monde. Il y a aussi Edgar Sekloka, auteur, poète et rappeur, Koto Brawa, chanteur, batteur et percussionniste, et Malika Abbes, compositrice multi-instrumentiste. Ces trois artistes en résidence répondent présents pour assurer l’encadrement d’ateliers de sensibilisation à la pratique musicale pour les élèves de CM2 de Jean-Lurçat et de 5e,
Festival Chorus 4 e et 3 e de Guy-Môquet, avec le soutien de la direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France. Au programme  : découverte et fabrication d’instruments, jeux de percussions corporelles, mais aussi réalisation, enregistrement et restitution scénique Du jazz… à voir ! de plusieurs morceaux. Avec le Tamanoir, c’est ainsi un fin maillage de musiques actuelles qui se déploie sur l’ensemble du quartier, son équipe et ses artistes partenaires, offrant à tous un petit bout de culture en accès libre. NORA KAJJIOU Dans le cadre du projet Jazz time, une exposition de l’artiste plasticien YannCouedor s’installe au conservatoire Edgar-Varèse jusqu’au 27 mars. Elle plonge les visiteurs dans l’univers de ce genre musical à travers des portraits de figures incontournables qui ont également combattu pour les droits civiques, comme Billie Holiday ou encore Miles Davis. Kelly Carpaye, artiste J’ai monté mon précédent spectacle « Kudiwa » au Tamanoir, qui a été ma salle partenaire pendant un an, dans le cadre du dispositif Trace 92*. J’ai aussi contribué à un atelier musique mené en collaboration avec le collège Guy-Môquet. L’équipe du Tamanoir a été très présente pour moi, je pouvais toujours demander conseil, y compris pour des questions administratives. Depuis, j’ai fait la première partie de nombreux artistes, comme Disiz la peste, en septembre dernier, à la salle des fêtes. Même si je ne suis pas Gennevilloise, je me sens très proche de la ville et de ses habitants. Aujourd’hui, j’ai fait mon 4 e concert au Tamanoir et c’est toujours très fort. * Ancien dispositif de repérage et d’accompagnement des groupes de musiques actuelles dans le département des Hauts-de-Seine. Facebook  : La Relève – le spectacle Jordan Garcia, professeur d’éducation musicale au collège Guy-Môquet Je suis en lien avec le Tamanoir pour deux projets  : « Éteignez vos portables » et les ateliers musicaux. C’est intéressant pour les élèves car ils ont une salle de spectacle qui a une belle programmation, juste dans leur quartier. Elle accueille des artistes internationaux. Mais les parents ne les y emmènent pas forcément. Aussi, qu’ils aient accès à cette structure leur permet de s’enrichir culturellement, de s’ouvrir à la musique. Elle propose aussi des cours d’instruments ouverts à tous et à un prix très abordable. Avec ces initiatives, les élèves pourront assister d’eux-mêmes à des spectacles plus tard. Les liens qui existent entre le Tamanoir et les établissements scolaires du quartier sont riches. Il est un acteur très important pour les projets culturels. FÉVRIER 2020 k 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :