GenMag n°309 janvier 2020
GenMag n°309 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°309 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : il était une fois... nos bénévoles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
BÉNÉVOLES Toujours là ! Sans bénévole, les associations sportives ne seraient pas ce qu’elles sont. Souvent dans l’ombre, les bénévoles sont aussi utiles au fonctionnement des clubs. Ils portent des valeurs fondamentales pour la vie en société. Certains en témoignent. Fin novembre, AhmedBouajaj, manager général du CSMG football et secrétaire général de la Ligue de Paris Ile-de-France, rendait un dernier hommage à l’emblématique secrétaire général du club gennevillois, Pierre Motheron, décédé à l’âge de 82 ans. Arrivé au club avec son fils, David, alors jeune joueur, il en était devenu un dirigeant actif, veillant dans les moindres détails au bon déroulement des rencontres, à domicile comme en déplacement. 37 ans au service des autres ! Ses obsèques ont permis à ses nombreux amis du club d’entourer son épouse, Marie-Thérèse, également dirigeante du CSMG football. Le maire Patrice Leclerc assistait à l’inhumation ainsi que Marc Hourson, adjoint au maire. François Charrasse, président du District 92, était présent, ainsi que le directeur technique régional de la Ligue, Ali Moucer, et de nombreux représentants de l’Amicale des éducateurs. Les plus jeunes, eux, observaient une minute de silence en sa mémoire avant le coup d’envoi de leurs matches. Pierre Motheron aurait pu figurer dans ces pages consacrées aux bénévoles du paysage sportif local. À l’image de Lounis 38 k JANVIER 2020 Il y a quelques mois, l’école de foot du CSMG recevait le label Jeunes du District 92 pour la plus grande fierté du club, de ses bénévoles et de ceux du CSMG omnisport. Une photo souvenir sur laquelle on reconnait Pierre Motheron, son secrétaire général récemment décédé et Lounis Bouheddou qui témoigne dans cette page. Naziha Chougrani Jean-Jacques Ndoumbe Bouheddou, dit Loulou, un autre des piliers bénévoles du CSMG football. « J’ai joué avec les grands-parents, j’ai encadré les parents et aujourd’hui, je fais l’inscription des enfants et petits-enfants », s’amuse-t-il. Loulou signe sa première licence en 1963. Vingt ans plus tard, il encadre déjà les jeunes. Cette saison, il assure l’intendance pour les U20 et les seniors le dimanche. Il s’occupe aussi des inscriptions et de la remise des packs équipements. « J’ai le sentiment d’être utile, dit-il modestement. Le bénévolat, c’est mon mode de vie. Il faut savoir donner, rendre en partie ce que l’on a fait pour moi. C’est gratifiant, un peu une drogue même s’il ne faut pas complètement s’oublier. Je m’accorde le samedi pour ma vie privée. Aujourd’hui, on dirait que le temps est compté. Les bénévoles sont une espèce en voie de disparition ! À terme, je crains la disparition des clubs s’ils doivent rémunérer tous leurs encadrants. » DU TEMPS ET DES VALEURS La situation chez les Archers Gennevillois, où tout le monde est bénévole, peut tempérer le sceptissisme de Loulou. Au moins la moitié des 81 licenciés participe
à l’ensemble des activités du club. Lors du dernier renouvellement du comité directeur, six arrivées ont compensé cinq départs. « Plus que des bénévoles, nous sommes des militants associatifs », souligne Sylvie Chavrot, trésorière des Archers. « Nous voulons faire partager des valeurs communes au plus grand nombre possible, ajoute le vice-président Michel Guignon. Transmettre notre passion du tir à l’arc bien sûr, mais aussi la solidarité, l’entraide, l’autonomie, la persévérance, la maîtrise de soi, la responsabilité… » Le club est considéré comme un outil de sociabilisation où toutes les générations sont mêlées, où chacun a les mêmes droits et les mêmes devoirs. « Cet engagement est enrichissant qui nous incite à aller vers les gens et à les découvrir, estime Michel. Ce sont des rencontres humaines. Et participer à l’activité du club amène à réfléchir sur son développement et ses projets. » Même si le bénévolat exige un fort investissement pendant son temps libre, Éric Regnard, responsable des infrastructures, juge que « la motivation demeure avec l’arrivée de nouveaux membres qui apportent des idées pour faire grandir le club. » Près de vingt-cinq ans de bénévolat pour Jean-Jacques Ndoumbe, vice-président du Gennevilliers basket club ! Joueur puis dirigeant, il a participé à remettre le club en selle autour d’un projet qui a su associer formation des jeunes et équipe fanion de haut niveau (N2). Un club qui est passé de 100 à 450 adhérents et où les jeunes du début sont devenus à leur tour entraîneurs. « Ce sont ma ville et mon sport de cœur », dit tout simplement Jean-Jacques. « Ce fut une aventure humaine avec une bande de copains, tous attachés à la ville et au club, poursuitil, qui ont apporté leurs compétences extrasportives. Pour moi, dans le domaine de Les Archers Gennevillois l’organisation, de la structuration. Une de nos plus belles réussites est de voir ce que le club est devenu. Notre grande satisfaction est de toujours associer la transmission et les résultats. » Lina, depuis neuf ans, et Jade, depuis cinq ans, ont choisi la gymnastique rythmique. Naziha Chougrani est devenue vice-présidente de Gennevilliers GR lors de la dernière assemblée générale. « L’activité de mes filles et une ambiance sympa, où les profs sont à l’écoute et se soucient autant du sportif que de l’éducatif, m’ont donné envie de m’investir, explique la maman. En tant que parent, je pense qu’un tel engagement participe à la réussite des enfants en leur renvoyant une image de partage et d’entraide. » La vice-présidente participe aux activités du club  : aider à l’habillage, tenir la buvette, faire des photocopies, trouver les lots pour la tombola de fin d’année… « C’est un club où les bénévoles se renouvellent et un club où l’on revient. Même si leurs filles ne font plus de GR, des parents restent bénévoles. » Comme quoi, il y a encore des motifs d’espoir du côté du bénévolat ! JEAN-MICHEL MASQUÉ JANVIER 2020 k 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :