GenMag n°309 janvier 2020
GenMag n°309 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°309 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : il était une fois... nos bénévoles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Le savoir en accès libre La prochaine conférence « Ce que le numérique fait au travail » se tient lundi 27 janvier, à 20h, au Centre du nouveau monde de Villeneuve-la-Garenne. Si l’Université populaire propose des cours, elle ne fait pas la leçon ! On y vient pour secouer sa matière grise en toute simplicité. Novice ou érudit, jeune de corps ou d’esprit, le plaisir d’apprendre ne fait aucune discrimination. Les évaluations, les notes, les obligations de présence, les diplômes… Quelle angoisse, non merci ! Pas de panique, l’Université populaire des Hauts-de-Seine n’a rien à voir avec ces mauvais souvenirs. Au contraire, les connaissances s’y partagent en toute liberté. Ouverte à tous les curieux, l’association est un espace de rencontres et d’échanges autour de 32 k JANVIER 2020 multiples questions en prise directe avec le monde. Celles-ci relèvent de la philosophie, des mathématiques, de la littérature ou encore de l’histoire. Il y en a pour toutes les appétences ! Les thèmes abordés sont pluriels. Ils vont du socialisme au climat en passant par le numérique, qui est notamment le sujet au cœur du cycle de conférences de la saison. En accès libre et indépendantes les unes des autres, ces rencontres invitent plusieurs spécialistes à éclairer un aspect d’une thématique générale, cette année  : « Le numérique, une révolution ? ». À LA CARTE Par ailleurs, plusieurs cours de deux à six séances sont organisés tout au long de l’année. Pour y assister, il faut cette fois-ci adhérer, moyennant 10 euros, lors de la première séance choisie. L’inscription permet ensuite de profiter d’autant de cours que souhaité tout au long de l’année scolaire. Plusieurs cycles débutent ce mois-ci. Parmi eux, un en partenariat avec l’association Vigo pour tous  : « Fantastique
et merveilleux au cinéma », sur cinq séances, suivies à chaque fois d’une projection. Le premier rendez-vous est pris jeudi 23 avec Marcos Uzal, critique de cinéma, à 18 h 30, à Jean-Vigo, pour « découvrir des aspects du cinéma, d’un point de vue à la fois esthétique et historique », nous explique-t-il. « Analyser la forme des films et comprendre le contexte dans lequel ils ont été réalisés permet à mon sens de mieux les aimer, contrairement à l’idée reçue selon laquelle le savoir peut nuire à la magie Ça débute aussi ce mois-ci du cinéma ! ». Alors aucune raison de s’en priver. D’autant que l’invention du 7 e art a permis de réaliser « de vieux fantasmes de l’humanité, par sa nature même  : elle rendait possible une forme d’immortalité, elle matérialisait l’idée de fantôme, elle permettait de donner naissance à des créatures et des mondes imaginaires ». Allons donc observer ensemble nos obsessions les plus humaines tout en nous divertissant ! Et promis, il n’y aura pas d’interrogation écrite. NORA KAJJIOU Le désir amoureux… Un thème qui anime forcément les conversations, surtout celles du « Banquet » de Platon ! Pour le philosophe grec, il est indissociable du désir de vérité. L’amour de la beauté devient alors indispensable à la marche de la pensée. Vraiment ? Qu’en pensez-vous ? Parce que Lucrèce, poète épicurien, donne à voir tout autre chose… « Vénus contre Éros », cours d’Alain Gigandet, mercredi 8, de 19h à 21h, à l’espace Aimé-Césaire (5 séances). La guerre, c’est technique ! Parole de militaires. Mais elle se pense aussi en termes philosophiques… Parole de philosophes ! Et si on regardait l’ensemble de plus près pour faire la jonction entre ces deux visions de la guerre à l’Âge classique ? Le voyage se fait en compagnie de Grotius, Guibert, e Hobbes et Rousseau. « Les théories de la guerre », cours de Daniel Dauvois, jeudi 9, de 18h30 à 20h30, à l’espace Grésillons (6 séances). La violence scandalise, révolte. Chacun souhaite la combattre. Crime, guerre, harcèlement, exploitation… elle est bien réelle ! Mais que se cachet-il exactement derrière ce mot « violence » ? Car pour ne pas la subir ou pour lutter contre elle, il faut avant tout en saisir la nature et les mécanismes. « Violence(s) », cours de Magali Lombard et François Fine, mardi 14, de 19h à 21h, à la Ferme de l’horloge (6 séances). Les mathématiciens, enfin abordables ? Oui, oui ! Et en seulement trois rendez-vous. Un pour découvrir quelques personnalités historiques. Un deuxième pour s’initier à la résolution de problèmes avec des méthodes testées et approuvées. Un troisième, sous forme d’atelier, pour mettre l’ensemble en pratique. Fastoche ! « Devenez mathématicienne (ou presque…) en trois séances ! », cours de Laure Cornu et/ou Guillaume Reuiller, mercredi 15, de 14h à 16h, au Palais de la découverte, à Paris (3 séances). R Présentation détaillée et dates des cours en ligne sur le site universite-populaire92.org ou dans la brochure de l’association disponible dans les centres culturels et sociaux. JOËLLE MOLLOT, adhérente Je viens aux cours de l’UP depuis 2008 pour compléter mes connaissances et découvrir une forme de culture à laquelle je n’ai pas pu accéder jeune pour des raisons économiques. J’y viens en confiance. J’ai l’impression que les intervenants nous prennent en considération. Il n’y a pas d’évaluation, on n’a pas à faire nos preuves. Ce n’est pas comme dans le système scolaire. La diversité des disciplines proposées est très intéressante. Ça ouvre le champ des possibles. L’UP, c’est aussi un lieu de rencontres, de discussions. On y crée des liens. Certaines personnes sont devenues des amies. LINDA MANKOUR, adhérente J’habite Asnières. J’ai découvert l’Université populaire sur Internet, il y a quelques temps. J’ai assisté à des conférences mais j’attendais le bon moment, le sujet qui me parle, pour m’engager sur plusieurs séances. Aujourd’hui, je participe au cours « Comment lutter contre la non-pensée aujourd’hui ». J’apprécie de réfléchir à des sujets importants. L’UP est un lieu qui favorise ce genre de réflexion et qui m’apporte des éléments de réponse par rapport à ce que je peux vivre au quotidien sur un plan personnel comme professionnel. Je suis ici avec la volonté de découvrir, d’apprendre et d’échanger. GÉRARD BRAS, président de l’UP92 Nous souhaitons donner accès à des savoirs et rendre possible l’exercice de l’esprit critique. Il n’y a pas de pensée officielle ou de doctrine qui serait la bonne. Cette année, j’ai proposé un atelier sur la notion de peuple. Je parle d’atelier car on y fabrique quelque chose  : la définition du mot « peuple ». Nous l’établissons ensemble, au fur et à mesure des séances, chacun apportant sa contribution à la réflexion. Participer à des cours de l’Université populaire, c’est avoir le plaisir d’échanger, de discuter autour de questions parfois complexes. Car être seul, le nez dans les bouquins, n’est pas le seul chemin pour chercher des réponses ! JANVIER 2020 k 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :