GenMag n°309 janvier 2020
GenMag n°309 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°309 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : il était une fois... nos bénévoles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
BÉNÉVOLAT Associations de On entend souvent dire que l’avènement d’une société individualiste aurait sonné le glas du bénévolat, pilier du monde associatif. Méfions-nous des clichés  : si tout n’est pas rose dans ce domaine, la vitalité associative est patente à Gennevilliers. Projets, initiatives et témoignages nous le montrent. À l’instar de ce qui se passe au niveau social ou sociétal, le bénévolat associatif, l’engagement citoyen en général, prend des formes variées, moins formalisées que par le passé. On pense notamment aux réseaux sociaux ou aux engagements ponctuels et ciblés. Associations et institutions sont donc amenées à repenser leur fonctionnement et leur organisation pour bénéficier de ces nouvelles formes de mobilisation. Par ailleurs, les impressions alarmistes sur le déclin du bénévolat sont sérieusement à nuancer comme le montre la récente étude de France Bénévolat sur le sujet (voir les conclusions de cette étude dans l’encadré ci-après). À Gennevilliers aussi, on constate de la stabilité dans le monde associatif comme le confirme Isabelle Massard, adjointe au maire chargée de la vie associative  : « Le nombre d’associations est assez stable depuis cinq ans, même si certaines disparaissent et d’autres se créent. Avec le sport, on compte environ 250 associations. Évidemment, les bénévoles vieillissent, certaines associations ont du mal à les renouveler. Elles se plaignent que les jeunes ne s’investissent pas assez… Pourtant, nous voyons des juniors associations se créer avec de superbes projets 18 k JANVIER 2020 comme celui du Maroc porté par l’association Dans l’Mouv’. » (*) BÉNÉVOLES EN QUESTIONS Pour faire vivre l’engagement citoyen, la Ville a mis en place ces dernières années de nombreux outils (budgets participatifs) et instances de démocratie participative (**) qui découlent d’une Charte de la vie démocratique locale édictée en 2009 et réactualisée en 2018. Pour ce qui concerne plus particulièrement le volet associatif, Gennevilliers a relayé en mars dernier le Printemps Citoyen, une initiative d’envergure nationale (voir GenMag, n°300, mars 2019, p.10). Un Étude France Bénévolat Printemps qui devrait être reconduit cette année et les suivantes… À cette occasion, une réflexion approfondie sur le bénévolat a été lancée avec l’association France Bénévolat qui a débouché le 30 mars sur une première rencontre interassociative autour de la thématique « Comment accueillir, animer et fidéliser les bénévoles au sein d’une association ? ». Une seconde rencontre début juillet a permis de peaufiner le plan d’actions issu des débats et travaux des plus de trente associations participantes. « Ces deux réunions, précise Isabelle Massard, nous ont permis de faire se rencontrer des associations et d’échanger sur leurs besoins. Par exemple, c’est comme ça Le bénévolat, notamment associatif, reste pratiquement stable depuis plusieurs années. Il progresse chez les plus jeunes, tandis qu’il régresse chez les plus âgés. Le bénévolat ponctuel ou occasionnel continue sa progression. L’écart a plutôt tendance à se creuser entre diplômés de l’enseignement supérieur et moins diplômés. Les réserves de personnes qui ne font pas de bénévolat (mais qui potentiellement accepteraient d’en faire), ainsi que de celles qui n’en font plus (mais qui pourraient y revenir) restent importantes. Conclusions de « L’Évolution de l’engagement bénévole associatif en France de 2010 à 2019 », Étude France Bénévolat/IFOP Mars 2019 avec l’appui de Recherches & Solidarités, et le soutien du Crédit Mutuel.
bienfaiteurs FATIMA KENANI Secours Populaire Suite à une grave maladie, j’ai rencontré le Secours Populaire lors d’une braderie. J’avais envie de sortir de chez moi et de donner de mon temps. C’était il y a dix ans ; j’y suis restée. J’ai eu une expérience avec les Restos du Cœur et je suis toujours visiteuse dans un hôpital. Au Secours Populaire, je m’occupe du pôle vacances au comité de Gennevilliers et au comité des Hauts-de-Seine. C’est une activité qui nous tient à cœur car les vacances sont un besoin psychologique. Cette année, j’ai participé au départ de 54 personnes en vacances sans compter les 60 enfants de la Journée des oubliés des vacances. Ça fait plaisir de faire plaisir. Les gens qui partent nous envoient des mots, font des gestes, des cadeaux… Cet engagement m’a appris à relativiser par rapport à la misère rencontrée. Le Secours Populaire m’a redonné vie en me montrant que je peux servir à quelque chose. Et j’y ai trouvé une bande d’amis ! LE MOT DU MAIRE PATRICE LECLERC Merci ! Que serait notre ville sans ces centaines de bénévoles qui donnent de leur temps, de leur savoir-faire, de leur attention aux autres ? Combien de clubs de sports, combien d’associations culturelles, de loisirs, de solidarité existeraient encore sans bénévole ? Merci à vous, jeunes et moins jeunes, qui déployez autant de générosité, de solidarité, d’investissement humain. Qu’il soit ponctuel ou durable, le bénévolat est une activité gratuite qui participe au PIB (Produit Intérieur de Bonheur). Il permet de faire échapper à la marchandisation de nombreux rapports humains, très utiles. Il donne sens à de nombreuses activités humaines, au partage, à l’investissement sur des objectifs communs. Le bénévolat est producteur d’émancipation. Merci pour tout ce que vous faites. JANVIER 2020 k 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :