GenMag n°309 janvier 2020
GenMag n°309 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°309 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ville de Gennevilliers

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : il était une fois... nos bénévoles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Des livres à dormir debout La Nuit de la lecture s’invite à la médiathèque François-Rabelais, samedi 18 janvier, dès 15 heures. Pour l’occasion, les lieux prennent un éclairage à la fois loufoque et chaleureux… avec la complicité de tous ! Les bibliothécaires font une crise de somnambulisme. Samedi 18 janvier, ils nous embarquent dans leur divagation nocturne et nous tiennent en éveil jusqu’à ce que minuit sonne et que les carrosses se transforment en citrouilles… ou l’inverse ! On ne sait pas trop avec eux car ils ont l’air prêts à tout mettre sens dessus dessous pour nous enchanter. « Les idées délirantes, les projets incongrus qu’on peut avoir au cours de l’année, on les met en place pendant la Nuit de la lecture. » Tiphaine, l’un de ces hôtes facétieux, a le mérite d’être claire  : ils mettent le paquet ! Ateliers, spectacles, lectures, bingo littéraire, expositions, installations sonores, expériences décalées, bref, des tas d’activités sont à découvrir, autour de la lecture, à partir de 15 heures. Oui, la nuit commence tôt entre les murs de la médiathèque François-Rabelais… mais on vous a prévenus  : les bibliothécaires n’en font qu’à leur tête ! Puis c’est pour la bonne cause, parole de Nadège  : « Nous démarrons les festivités plus tôt pour cette 4 e édition car nous avons beaucoup de 16 k JANVIER 2020 choses à proposer. Et ceux qui ne peuvent pas rester toute la nuit ont ainsi la possibilité de participer quand même à l’événement. » Libre aux visiteurs d’arriver, de partir (et pourquoi pas de revenir !) à l’heure qui leur convient. Il y a forcément une surprise qui les attend au milieu des livres. C’est à la carte  : une activité, deux, quatre… toutes ! Chacun fait ce qui lui plaît, quand il lui plaît. Et tout le monde est bienvenu. Les petits comme les grands, les lecteurs avertis, tâtonnants ou ceux en devenir… un sourire les accueille derrière la porte. « Qu’on soit timide ou qu’on ait envie de s’exprimer, il y a de la place pour tous, rassure Nadège. On peut venir seul ou en famille. Sur place, on est entouré. » La nuit s’annonce chaleureuse.
Lire, c’est bien. Ensemble, c’est encore mieux ! DES HISTOIRES PLEIN LEUR CHAPEAU L’espace lui-même est transformé pour se faire plus douillet. Les bibliothécaires ont décidé de pousser les murs de la section adulte et d’y créer un salon d’écoute, inauguré le 18. Confortablement installé dans un canapé niché entre les CD et les livres audio, il suffit désormais de se saisir des écouteurs mis à disposition pour tester les dernières nouveautés. « Cet espace de détente favorise également l’inclusion. Les mal ou nonvoyants peuvent eux-aussi consulter leurs documents directement sur place », indique Tiphaine, qui mène avec ses collègues un travail sur l’accessibilité des lieux. Une initiative qui se ressent jusque dans les animations proposées lors de la Nuit de la lecture. En effet, la compagnie Les Singuliers Associés et son spectacle « Histoires de signes » sont invités pour l’occasion. Ce duo de comédiens, l’un sourd, l’autre entendante, interprète en français et en langue des signes des histoires issues de la littérature jeunesse, en soirée. Dans l’après-midi, un atelier permet de se sensibiliser à ce langage. Côté spectacles, les amateurs sont servis car les intervenants attendus cette année sont nombreux, comme la compagnie La Passante, avec son spectacle déambulatoire « Rue des dames », ou celle de La Tortue qui nous fait voyager avec des « Récits d’ici et d’ailleurs ». Il y a aussi des auteurs qui déclament leur texte, « Jou, des poèmes d’amour » pour Edgar Sekloka et « Le Graillon » pour Guillaume Deloire. Même les bibliothécaires donnent de la voix en relevant un défi un peu fou, celui de lire un livre, du début à la fin, en se relayant… Un véritable marathon littéraire ! C’EST PARTICIPATIF Auteurs donc, comédiens, bibliothécaires… soit. Mais les lecteurs sont loin d’être en reste ! Lors de la grande veillée, à partir de 21h30, c’est leur tour de régaler l’auditoire des histoires qu’ils aiment tant, en lecture libre, dans une atmosphère tamisée. Nabila, assistante maternelle, imagine déjà ce moment  : « Ce sera chaleureux comme à la maison, le soir, quand on lit une histoire avant le coucher… Et on pourra partager nos lectures, rencontrer des gens. » Anne, bibliothécaire, est bien d’accord car elle est convaincue que ce sont les lecteurs euxmêmes qui créent l’ambiance  : « Ils s’emparent de ce qu’on leur propose et en font quelque chose de chouette. L’année dernière, plus de 400 personnes ont répondu présentes. C’était fantastique ! » D’ailleurs, elle et ses collègues comptent beaucoup sur la participation des habitants, y compris avant le jour J. Car ils nous réservent de nombreuses surprises et, pour l’une d’elles, ils auraient bien besoin d’un enregistrement vocal des phrases de romans adorés par les lecteurs. Ce qu’ils vont en faire ? Impossible de leur soutirer cette information… Rendez-vous le 18 pour le découvrir ! NORA KAJJIOU D Informations au 01 40 85 66 47. Programme détaillé des animations proposées en ligne sur ville-gennevilliers.fr ou directement dans les médiathèques. À voix haute Samedi 11 janvier, un atelier de récitation est prévu pour ceux qui voudraient s’entraîner avant la grande veillée. JANVIER 2020 k 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :